Des hommes, des machines et un défilé

Gradés au sol surveillant la répétition du défilé aérien. Châteaudun (Eure-et-Loir) photo L.Anaki

Cinq heures du matin mercredi 10 juillet, les Champs-Elysées sont au garde-à-vous. Ultimes répétitions au pas millimétré. Pour guider les troupes, des traits et des lignes au sol, une véritable toile d'araignée réalisée par des "taggeurs" d'un genre particulier. Des peintres placés sous haute surveillance car une ligne décalée d'un mètre peut casser la chorégraphie du défilé.

D'autres passent leurs journées la tête en l'air. C'est à Châteaudun que les avions répètent leur défilé. La météo, les appareils autour pour les pilotes, il y a de nombreux paramètres à gérer.

Quant aux véhicules, c'est sur la base de Brétigny-sur-Orge qu'ils s’entraînent. Dès 8h du matin, c'est parti pour les 82 motos et les 183 véhicules, tous à la même vitesses : 14 km/h.

Que ce soit au sol ou dans les airs, tant que ce ne sera pas parfait ils vont faire et refaire, jusqu'à dimanche et, enfin, les Champs-Elysées.

 

 

Un reportage de Loubna Anaki, Stéphane Guillemot et Mélanie Laporte

Related Posts: