"Glorious Mission Online", le jeu anti-Japonais de l'armée chinoise

Capture d'écran de la vidéo de présentation du jeu "Glorious Mission Online" (FRANCETV INFO)

J'étais complètement passé à côté de Glorious Mission Online, le jeu de tir chinois en partie financé par les militaires locaux, l'Armée populaire de libération (APL). C'est un article de Kotaku, paru lundi 5 août, qui m'a averti de l'existence de ce titre. L'auteur y teste la dernière mise à jour du jeu, disponible gratuitement depuis le début du mois, et dont la principale nouveauté est l'apparition d'un mode de jeu directement inspiré par l'actualité.

Le joueur y incarne un membre de l'APL qui doit défendre des îles de l'envahisseur japonais. Sauf que ces îles existent vraiment : il s'agit de l'archipel Senkaku, inhabité mais administré par le Japon, et que la Chine rêve de voir passer dans son giron. Dans la vraie vie, des manifestations antijaponaises de grande ampleur sont organisées dans les rues de Pékin avec la bénédiction du gouvernement, et celui-ci envoie régulièrement des navires près des côtes de l'archipel pour défier Tokyo.

"Les démons arrivent, tuez-les tous !"

Rien de tout cela dans Glorious Mission Online. Dès le début, une voix off lance "Les démons arrivent, tuez-les tous !", et le joueur est invité à défendre les îles Diaoyu (le nom chinois de l'archipel) des hordes de Japonais qui déferlent sur les plages. "Le jeu ne s’embarrasse pas d'expliquer le conflit qui entoure les îles Diaoyu/Senkaku, indique Kotaku. Ici, elles appartiennent à la Chine. Fin de l'histoire."

Plus gênant encore, l'auteur de l'article indique qu'à chaque fois que le joueur vise le corps d'un Japonais abattu, l'arme vide toute seule son chargeur sur le cadavre. "C'est tordu, et je n'arrive pas à savoir s'il s'agit d'une fonctionnalité ou d'un bug", raconte le journaliste.

Est-ce seulement un bon jeu ? Pas vraiment, à en croire Kotaku : "Il n'y a rien de nouveau par rapport à un jeu de tir classique. (...) C'est un punching-ball virtuel, enveloppé de propagande et de fiction." Ceux d'entre vous qui auraient tout de même envie de s'y frotter (et qui comprennent le chinois) peuvent télécharger le jeu ici. Il va sans dire que je décline toute responsabilité en cas de bug ou d'endoctrinement soudain.

Publié par Vincent Matalon / Catégories : Non classé

A lire aussi