Nul en com' ou trop de com' : finalement, à quoi ça sert la communication ?

Le Premier ministre Manuel Valls, le 17 avril 2014 à Matignon (Paris). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Le gouvernement Ayrault était nul en com'", le voilà décrié. "Manuel Valls fait trop de com'", voilà qu'on le dénonce. Accusés de creuser plus encore le fossé entre le peuple et les dirigeants, les spin doctors ont mauvaise presse au sein de l'opinion. Au point de se demander s'il ne sont pas devenus aussi détestés que les traders autrefois. Aujourd'hui, il ne fait pas bon être "conseiller en communication". Plongé dans ce contexte délétère, on serait tenté de poser une question un tant soit peu provocatrice : finalement, à quoi sert la communication ?

La communication, ce "métier à la con"

" Les Français s'attendaient à un plan de bataille, ils ont eu un plan de com' " répétait à l'envi Jean-François Copé suite au discours de politique générale de Manuel Valls. Critique quelque peu culottée. Tout le monde comprend aisément que cette petite phrase, ayant pour but de vilipender la com' du nouveau premier ministre, est très précisément un élément de langage. Son essence même est d'être déclinée, répétée, assénée jusqu'à ce que les médias interpelés s'en emparent. "Couacs", "erreurs de com' ", "problème de communication"... les décrypteurs aux aguets les commentent à longueur de plateaux télés. Comme si la communication était devenue l'alpha et l'omega, résumant et définissant à elle seule l'action politique.

"La compétence ou l'incompétence dans le cynisme politicien, telle semble être le nouveau critère pour évaluer la politique dans l'«essoreuse à idées» des grands médias audio-visuels et de nombre d'entreprises de conseils et de communication" s'indigne Jean-Pierre Le Goff, écrivain et sociologue. 

Hors sol, déconnecté de la réalité, ce métier  "parasite", appelé par certains "métier à la con", est aujourd'hui accusé d'avoir hautement aggravé la déliquescence du politique. Porte-plume de ce "vivre ensemble" mis à mal, le rappeur Orelsan, dans son titre phare "Suicide social", revient sur l'intolérance de notre société malade, où l'incompréhension et les clivages règnent entre corporatismes :

"Tous ces connards dans la pub, dans la finance
Dans la com', dans la télé, dans la musique, dans la mode
Ces parisiens, jamais content, médisants
Faussement cultivés, à peine intelligent"

Si vous ajoutez à cela la novlangue qui la caractérise, héritage des années 80, symbole de "l'ère du vide" des années "frics", la communication -matinée de marketing publicitaire sur fond de "pensée power point"- ne semble plus parler qu'à elle-même. Et les agences de publicité ne sont pas dupes. Dans un petit spot datant du début des années 2000, l'une d'entre elles, décrit le métier de ces communicants -slash- publicitaires, non sans cynisme : "Dans la publicité, on dit qu'on travaille dans la com'. Mais dans la com', on ne dit rien".

Pour autant, la communication est-elle assimilable à de la publicité ou du marketing ? Non, bien évidemment. En revanche, derrière ce mot-valise, insipide et galvaudé, des dizaines de métiers différents se cachent. Ils n'ont pourtant rien en commun. La preuve ? La communication nécessite en permanence d'être qualifiée. On parle de communication de "crise" pour la gestion des risques, de communication "corporate" pour l'image des entreprises, de communication "politique" pour les affaires publiques... Je passe le florilège des nouveaux métiers liés au numérique.

"Faire de la pédagogie", ce mantra de communicants

Bien sûr, communiquer est essentiel pour être entendu dans ce flot continu de messages cathodiques. Non pour se formater, mais bien au contraire, pour révéler ses aspérités et tenter de faire passer son message singulier. "La forme c'est le fond qui remonte à la surface" disait Victor Hugo. Seul problème, la langue des politiques et des entreprises, façonnée à force de mediatraining par les communicants s'est vidée de son sens. Elle ne dit plus rien. Faire de la "pédagogie", ce mantra de conseiller en communication, revient à infantiliser une fois de plus l'opinion. Ce n'est pas tant que les explications manquent, c'est surtout l'absence de vision qui fait aujourd'hui cruellement défaut.

Schéma Communication

S'il faut penser en politiques et agir en communicants, jamais l'inverse, pour certains, la communication est aujourd'hui intrinsèquement liée à l'action. Bille en tête, Manuel Valls. Il s'en explique le 4 avril en marge du premier conseil des ministres, comme le rappelle Le Monde :

« Dans nos démocraties modernes, la communication n'est pas un vain mot. Elle est le véhicule de l'action, de la réforme au service de l'intérêt général. L'action politique doit donc être conduite dans une parfaite intégration des contraintes de la communication. A l'heure des chaînes d'information continue et des réseaux sociaux, maîtriser le message adressé aux Français demande le plus grand professionnalisme. Les ministres y veilleront, et il m'appartiendra de coordonner et de valider la communication gouvernementale. »

Pour lui, la communication doit être "performative", au sens de John Austin. Dans son ouvrage "Quand dire c'est faire", le philosophe explique que produire l'énonciation c'est exécuter l'action. Que Manuel Valls soit un professionnel de la communication, qu'il s'adresse directement à tous les Français, tout le monde le reconnaît, et c'est effectivement essentiel. Mais le problème est ailleurs. Abyssal. Il tient en quelques mots : le dialogue est rompu avec l'opinion.

A l'heure des réseaux sociaux, la communication des entreprises et des dirigeants ne peut plus être descendante et donc infantilisante. Un dialogue nourri et continu doit s'engager. Les rôles d'émetteur et de récepteur doivent se confondre pour devenir interchangeables. Les règles dévolues au dialogue énumérées par Platon nécessitent d'être réhabilitées à l'aune de notre agora numérique : écouter, accepter l’objection, ne pas se contredire, être prêt à reconnaître ses erreurs... Du bon sens, en somme. Plus vivante, moins dogmatique, cette nouvelle forme de dialogue implique un partage d'idées plus qu'une simple démonstration pédagogique.

Alors enfin, la communication servira peut-être l'action.

Anne-Claire Ruel

Coup de cœur, coup de gueule, coup de poing, n’hésitez plus : venez débattre et tweeter. Cette page est aussi la vôtre vous vous en doutez. Pour "Fais pas com’ Papa", un seul hashtag : #FPCP et une seule page Facebook : Fais pas com' papa.

Related Posts:

  • PEILLON

    A l'évidence l'auteure de ces lignes n'a jamais mis les pieds dans une entreprise. De plus faire l'amalgame entre communication politique (ou propagande démocratique !) et communication des entreprises est sans intérêt puisque ce sont deux mondes opposés et qui s'ignorent. Dommage l'idée de départ était bonne.

    • Anne-Claire Ruel

      Désolée de vous contredire, j'y ai plus que mis les pieds... 😉 Bonne journée.

    • lyseam

      ce n'est pas l'amalgame qui est faux
      mais c'est ce qui est mis en avant comme définition (ou utilisation) de la com dans l'article et par les communicants (politiques, publicitaires internes/externes etc) pas fous (on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre ) :
      information/action etc une image mettant en lumière la réalité/vérité : termes positifs donc
      alors qu'il y a justement avant tout propagande, et manipulation etc un monde d'apparence occultant la réalité /vérité

      mais c'est même pas sûr que les communicants le nez dans le guidon et élevés là-dedans aient assez de recul pour s'en apercevoir
      et encore moins s'ils s'en aperçoivent , assez de conscience et de volonté (par opposition au déni et à leur intérêt) pour y remédier

  • Sandra

    Il faut simplement retenir...qu'une bonne communication...est une communication de contenu !!

  • Arianne

    ...Evidemment, beaucoup d'entreprises communiquent bien mieux que les politiciens... Mon passage préféré dans cet article est cette surprenante citation de Victor Hugo :"La forme c'est le fond qui remonte à la surface" ...que devraient sérieusement méditer tous les professionnels de la Communication.

  • Maramata SYLLA

    Il me semble que la littérature a déjà décrié toutes les actions de communication qui suscite de la passion ces jours-ci, qu'elles soient mauvaises ou bonnes. Depuis Watergate, la presse tire sur toutes les ficelles en vu de faire ou défaire les hommes politiques. Ainsi, il demeure plus que jamais vital pour le grand public d'acquérir une culture de la vraisemblance et de l'invraisemblance. Mon gatekeeper est devenu une app !!! A bon entendeur...

  • Pingback: Moi communicante, je ferai mon job si les politiques font le leur | Fais pas com' papa | Francetv info()