Jon McNaughton, peintre anti-Obama

Le peintre Jon McNaughton pose aux côté de son oeuvre "A nation under socialism" à Tampa, le 27 août 2012.

"Je ne connais personne qui fait ce que je fais. J'utilise mon art pour tenter de communiquer sur ce que je ressens sur l'état de mon pays." Jon McNaughton a peint sa première "peinture patriotique" en 2008. Mais c'est la deuxième, The Forgotten Man, qui l'a fait connaître. Barack Obama, impassible, y écrase la Constitution américaine sous l'œil impuissant des pères fondateurs du pays. Le tableau provoque les sarcasmes, mais fait le tour de la presse nationale. Il s'est vendu à plus de 100 000 euros.

"Quand j'ai commencé [la peinture patriotique], je ne pensais même pas vendre une toile. Je faisais ça pour moi. J'étais un peintre de paysages !" Depuis, Jon McNaughton a écoulé des milliers de reproductions de ses tableaux au message on ne peut plus clair. "Les gens achetaient mes peintures parce ce qu'ils les trouvaient décoratives. Maintenant, c'est devenu un acte politique. Ils affichent qui ils sont, ce en quoi ils croient."

"Aux Etats-Unis, on ne veut pas du socialisme"

One Nation Under Socialism, qui représente Obama brandissant impassible la Constitution en feu, est une de ses œuvres les plus symboliques. Le tableau cristallise en une image la pensée des opposants les plus virulents à Barack Obama, qui reprochent au président de mépriser les valeurs fondamentales de l'Amérique.

"Je voulais montrer le contraste entre les deux choix que les gens auront le 6 novembre pour l'élection présidentielle. En Europe, c'est peut-être différent, mais aux Etats-Unis, on ne veut pas du socialisme", explique le peintre, qui a vendu l'original de la toile à Sean Hannity, un célèbre présentateur  de la chaîne conservatrice Fox News. Là aussi, pour un montant "à six chiffres" (Jon McNaughton refuse de donner le montant exact).

Outrancier ? Simple point de vue, se défend l'artiste, qui voit dans les critiques qui lui sont adressées la pensée politiquement correcte venue des élites progressistes. "La plupart des artistes sont de gauche. J'utilise mon art de la même manière qu'eux, pour exprimer un point de vue, un ressenti. C'est drôle, quand un artiste de gauche peint comme ça, ils disent que c'est de l'art, mais quand un conservateur peint ça, ils disent que c'est de la propagande ! Sur mon site web je fais beaucoup d'efforts pour documenter mon travail, ce que je peins et pourquoi je le peins. Je suis juste un artiste politique et conservateur."

Une œuvre inspirée par la foi mormone

Jon McNaughton réside à Provo, dans l'Utah. Comme Mitt Romney, il est de confession mormone. Sur ses toiles se mêlent symboles religieux et figures politiques, un mélange des genres fréquent aux Etats-Unis et qu'il assume pleinement. "Dans notre doctrine, nous pensons que la Constitution est un document d'inspiration divine. Elle n'est pas parfaite, mais elle a beaucoup apporté à ce pays, elle a été une bénédiction pour beaucoup de gens. Or  elle est foulée aux pieds par Obama."

Venu à la convention républicaine pour parler de son travail, le peintre soutient Mitt Romney, même s'il doute parfois qu'il soit un vrai conservateur. Lundi 3 septembre, premier jour de la convention démocrate, il espère bien frapper un grand coup en révélant son prochain tableau.

"La peinture représente Obama à son pupitre, comme s'il faisait un discours, et autour de lui plus de 60 symboles représentant tout ce qu'il a fait pendant sa présidence. Comme si une sorte de fête déjantée était en cours. Il y a la marée noire de BP dans le golfe du Mexique, le financement de la contraception imposé aux institutions religieuses... Je ne suis même pas arrivé à tout rentrer. Le titre est Obama Nation. C'est un jeu de mots : Oba-ma-nation, Abo-mi-nation. Vous suivez ?"

A lire aussi