Marie-Sophie Lacarrau : opération Caracal

Pour sa première participation au 14 juillet, Marie-Sophie Lacarrau ne pouvait rêver mieux : un survol des Champs-Elysées à bord d’un des fleurons de l’Armée de l’Air française, l’hélicoptère H225M Caracal.

Nous avons rendez-vous à la base 107 de Villacoublay avec les équipages de deux appareils. Les hommes, que nous rencontrons, appartiennent aux forces spéciales. Ils ont été et seront engagés en première ligne dans les opérations extérieures : Mali, Irak, Syrie ? Et toutes celles que nous ignorons.

Pour ce vol, nous sommes accompagnés de deux commandos masqués et armés.

avec commando FS


Nous faisons connaissance avec notre équipage : le commandant de bord, pilote expérimenté, son copilote et les deux mécaniciens navigants qui peuvent également occuper la place de gunner (tireur embarqué). 

gunner

Pendant que les deux pilotes commencent leur check-list, l’un des mécaniciens se charge du briefing. Marie-Sophie ne perd pas une miette des consignes de sécurité et des explications sur l’appareil. Nous enregistrons un premier plateau sur le tarmac avant que les cinq pales du rotor principal et les 4 du RAC se mettent à tourner.

Matthieu Dreujou à la caméra, edouard Piquereau au son

Matthieu Dreujou à la caméra, edouard Piquereau au son

Embarquement. Pour la première partie du vol, un des deux mécaniciens  a laissé son poste dans le dos des deux pilotes à Marie-Sophie.

Décollage. Ca secoue un peu et l’un des commandos soutient fermement notre JRI, Mathieu Dreujou, par son harnais de sécurité.

gunner tient Matthieu

Dans nos casques, nous suivons avec attention les échanges entre les deux pilotes. Pendant que nous survolons le château de Versailles, Marie-Sophie enregistre la bande-annonce pour les programmes (photo E).

Puis c’est le moment d’ouvrir les portes latérales. Les deux commandos harnachés sont assis au-dessus du vide.

Commando pied dans le vide

Ils ont reçu une formation spéciale pour pratiquer le vol dans ces conditions mais il faut reconnaître qu’il ne faut pas avoir le vertige et des nerfs bien accrochés.  

Marie-Sophie s’assoit, à son tour, face à la porte grande ouverte de l’hélicoptère. Sans aucune peur et en gardant le sourire, elle enregistre de nouveaux plateaux tout en profitant de la vue exceptionnelle qui s’offre à nous.

Nous rejoignons l’hippodrome d’attente :  tous les hélicoptères qui participent à la répétition du défilé aérien tournent en rond, en attendant le top départ.

MSL hélico

Après quelques minutes, c’est parti. Survol des tours de la Défense puis de l’Arc de Triomphe avant de descendre les Champs-Elysées à 150 mètres d’altitude. Une vue à couper le souffle. Nous admirons la verrière du Grand Palais, avant de passer au-dessus de la tribune officielle sur la place de la Concorde. Nous survolons encore Beaubourg et Notre-Dame avant d’entamer le vol de retour. 

Atterrissage à 16h45 à Villacoublay. Marie-Sophie est enthousiasmée et déjà prête à remettre ça. Opération séduction réussie à 100%. Ces hommes aguerris sont tombés sous son charme.

pouce en l'air

Texte et photos Anne-Laure Cailler
Edition Pascal Doucet-Bon

	
Publié par Pascal Doucet-Bon / Catégories : Non classé

Related Posts:

  • No Related Posts