BB, c'est la France... mais laquelle ?

C'est un tweet qui date de l'été 2015. Après avoir passé un moment avec Brigitte Bardot dans sa propriété de Saint-Tropez, Florian Philippot met deux photos et inscrit quelques mots de remerciement sur son compte. Le cinéma et la politique peuvent être bons amis. Depuis qu'il existe, le FN a toujours eu un rapport particulier avec le milieu artistique, c'est-à-dire quasiment inexistant… même si le comédien Franck de Lapersonne vient d'afficher son soutien à Marine Le Pen. Pour Brigitte Bardot, ce n'est pas la même chose.

Début mars 2017, dans le cadre d'une interview à la chaîne américaine CBS, Marine Le Pen redit être « opposée au port du voile dans l'espace public ». Elle poursuit : « Nous avons une loi en France. (…) Ce n'est pas ça la France, la France ce n'est pas le burkini sur les plages. La France, c'est Brigitte Bardot ». À qui s'adresse la présidente du FN ?  À l'ancienne actrice et chanteuse ? À celle qui a pris la défense de la cause animale ? Ou, encore, à la femme (mariée depuis plus de vingt ans avec un ancien conseiller de Jean-Marie Le Pen) condamnée, à plusieurs reprises, pour « incitation à la haine raciale » pour ses propos tenus envers la communauté musulmane ?

Son nom revient dans l'histoire du FN et ce, en rapport à des domaines bien différents. Brigitte Bardot abandonne sa carrière artistique au début des années soixante-dix pour se consacrer à une autre cause. Son amour pour les bêtes est connu par la plupart tout comme la fondation qu'elle a créé en 1986. Au printemps 2016, elle affiche son soutien au collectif Belaud-Argos - consacré à la cause animale et présidé par l’eurodéputée FN Sophie Montel - accompagné de ce message :

Lettre de soutien de Brigitte Bardot au collectif FN Belaud-Argos, présidé par Sophie Montel

Puis, les Le Pen, elle les connaît depuis un bon moment. Elle se trouve à côté de Jean-Marie Le Pen dès le début des années soixante alors qu’il organise des caravanes de soutien à l’Algérie Française :

brigitte-bardot-jmlp-nb-mpi

Brigitte Bardot partage aussi quelques moments avec le président du FN qui la considère comme son « amie de toujours, notre BB nationale » :

jm-lepen-bardot

 

En juin 2004, Brigitte Bardot est condamnée pour « incitation à la haine raciale ». Voici quelques passages de l'ouvrage incriminé, Un cri dans le silence (2003, éditions du Rocher) : « On n'a plus le droit d'être scandalisés quand des clandestins ou des gueux, profanent et prennent d'assaut nos églises pour les transformer en porcheries humaines, chiant derrière l'autel, pissant contre les colonnes, étalant leur odeur nauséabonde sous les voûtes sacrées du chœur. (…) Je suis contre l'islamisation de la France ! Cette allégeance obligatoire, cette soumission forcée me dégoûtent. Me voici, peut-être, encore fragilisée par l'ombre d'un procès, mais il n'est pas né celui qui m'empêchera de m'exprimer ! Nos aïeux, les anciens, nos grands-pères, nos pères ont donné leurs vies depuis des siècles pour chasser de France tous les envahisseurs successifs. Pour faire de notre pays une patrie libre qui n'ait à subir le joug d'aucun étranger. Or depuis une vingtaine d'années, nous nous soumettons à une infiltration souterraine et dangereuse, non contrôlée, qui, non seulement ne se plie pas à nos lois et coutumes, mais encore, au fil des ans, tente de nous imposer les siennes (…) La campagne de France se gorgeait, ce jour-lа, du sang versé par les milliers de moutons égorgés, les uns devant les autres, par un chef de famille maladroit qui s'y reprenait souvent à plusieurs fois avant de couper les deux carotides. Une boucherie atroce, un désastre, une horreur ! »  Une nouvelle condamnation survient en juin 2008, suite à une lettre qu'elle adresse à Nicolas Sarkozy (datée de décembre 2006) et publiée dans la revue de sa fondation L'Info-Journal. La demande qu'elle formule au Ministre de l’Intérieur est précise : les animaux tués par les musulmans lors de l'Aïd el-Kébir doivent être étourdis avant d'être saignés. Elle écrit notamment ceci : « Il y en a marre d'être menés par le bout du nez par toute cette population qui nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes ». 

Aujourd'hui, et comme en 2012, son choix est fait. Brigitte Bardot est « pour M ». L'octogénaire s’est déjà exprimée à propos de Marine Le Pen. À la présidentielle précédente, elle a voté pour cette « femme admirable » qui « a dédiabolisé » le Front national ; la « seule », souligne-t-elle, à s'être « occupée de dénoncer le scandale de la viande halal ». Le parallèle est éclairant. Pour elle, la présidente du FN est « la Jeanne d'Arc du XXIème siècle ». Brigitte Bardot ne fait pas qu’apprécier « son calme, sa façon de développer son argumentaire et son bon sens politique quoi que puissent en dire ses adversaires ». Les « idées » de Marine Le Pen lui « plaisent ». Elle l'« aime beaucoup » et n’a pas à s’en « cacher ». Pour la première, seule la seconde peut « sauver la France ». Une « mission » que « BB » attribuait déjà à Jean-Marie Le Pen.

Mais il semblerait qu'il puisse y avoir un problème avec cette référence (et caution) lepéniste dans la configuration présidentielle de 2017. Et il est révélateur. Le propos de Marine Le Pen « a de quoi surprendre » relève Thomas Bertin sur le site Boulevard Voltaire. En effet, poursuit-il, la « candidate à l’élection présidentielle semble avaliser l’idée selon laquelle, entre le burkini islamiste et la nudité ostentatoire de la célèbre actrice, il ne saurait exister de juste milieu. Brigitte Bardot est une des figures archétypiques de la révolution sexuelle des années 1960-1970. Personne ne niera qu’une bonne partie de sa notoriété est liée à des scènes qualifiées par les uns d’érotiques et par les autres de pornographiques, sans que l’on ne sache très précisément la différence entre ces deux qualificatifs, qui semblent recouvrir la même réalité (...Quel père donnera comme modèle à ses filles la vie chaotique de Brigitte Bardot, dont la fortune et la célébrité ne sont pas obligatoirement gage de bonheur ? ». Ces quelques mots soulignent un aspect de l'élection à venir : Brigitte Bardot peut-elle être considérée comme un modèle, un signal positif adressé à l’électorat conservateur qui a « fait le succès de François Fillon à la primaire de la droite et du centre et qui, aujourd’hui, s’interroge » ? La France serait Brigitte Bardot selon Marine Le Pen. Mais quelle France ? commencent à se demander certains, au sein même de la famille politique de l’extrême droite française.

 

A lire aussi

  • Aucun article
  • adoque

    Dommage, Brigitte Bardot n'est pas parfaite...
    Mais qui d'autre remplit ces critères de perfection pour représenter "la France "?

    Y a-t-il besoin d'une personne, d'une déesse, d'une idole... d'un(e) symbole ?

    • Arm00

      Vu le trajet de vie de BB, il manquerait plus qu'elle sorte de la tombe pour faire une deuxième carrière, sous les feux du FHaine. Tu parles d'un symbole !

      • adoque

        "Tu parles d'un symbole !
        Certainement que BB n'en demandait pas tant.
        Je reste interrogatif sur l'écart entre sa vie et ce que le système en a fait. Je pencherais sur ce: elle aura voulu le fuir, probablement blessée...
        Mais, allez savoir !?

      • adoque

        Arm00,
        dans votre post, vous m'étonnez : "tombe", "FHaine"...
        sans guillemets ?????

  • Daniel Lacourt

    C'est l'une des seules (autre que les militaires) qui mérite sa Légion d'honneur. N'en déplaise à certains. Elle mène sa petite vie tranquille sans se pavaner. Elle a et est toujours une très grande fierté pour la France. Merci Brigitte pour tout.

  • Pascal SANCHEZ

    Selon Luc Ferry, l'Allemagne nazie « promulgua les plus importantes législations qui soient à l'époque touchant la protection de la nature et des animaux » (source = Wikipédia). Comme quoi on peut aimer les bêtes et ne pas aimer les gens, surtout s'ils sont d'une autre culture que la vôtre.

    • Slucsa

      Ça marche à l'envers aussi

  • Moh Sou

    La France c'est Brigitte Bardot??? elle qui déteste son propre fils! Quelle message sinistre pour la France.... étrangement pour se défendre BB dit "Je n'ai jamais cru aux liens du sang." mais c'est au nom du droit du sang, quelle rejette les immigrés et embrasse le Fn...au secours un psy.

    Mme Bardot en 1996 "confiait que son fils Nicolas, fruit de sa relation avec l’acteur Jacques Charrier, était né « dans une odeur atroce », et qu’elle aurait préféré « accouché d’un petit chien ». Lors de la parution du livre, Nicolas, alors âgé de 36 ans, avait poursuivi sa mère en justice, se disant « effroyablement affecté » par ce récit.

    Voilà le modèle des Le Pen qui en dit long sur leur idéologie: la haine sans limite, même familiale, comme le montre aussi l'histoire de la famille Le Pen. Haine de l'étranger = haine de soi.
    La France et les Français ne veulent pas de cette idéologie dépressive et mortifère.

  • Lorentxo Rigo Ram Khamhaeng

    Gainsbourg doit se retourner dans sa tombe le pauvre... elle n'a fait carrière qu'avec son cul celle-ci.