Pourquoi Lorànt Deutsch pose problème

1,5 million d’exemplaires de Métronome, 50 000 pour Hexagone (soit un très beau succès d’édition déjà) : Lorànt Deutsch occupe une place de choix dans le petit monde de la vulgarisation historique, dans la lignée d’un Alain Decaux. Mais voilà : le comédien, connu pour sa diction à haute vélocité, écrit de la même façon : très vite[1]. Trop vite.

Il y a tromperie sur la marchandise

N’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon, reprocher à un jeu comme Assassin’s Creed Unity de commettre des erreurs historiques est une sottise : les scénaristes d’Ubisoft n’ont jamais prétendu faire œuvre d’historien. Le cadre temporel – la Révolution française – est un décor comme la France de Louis XIII est le décor des Trois Mousquetaires. Il ne viendrait à l’esprit de personne de reprocher à Dumas d’y loger ses héros dans des maisons dûment numérotées[2], avec un bon siècle d’avance sur la réalité.

Le cas de Lorànt Deutsch est différent : le comédien et ses éditeurs présentent bien Hexagone ou Métronome comme des ouvrages historiques. Si le comédien se garde de s’afficher historien, ses livres sont bien vendus comme des ouvrages de vulgarisation historique et non comme des fictions.

Toute la question est donc de savoir ce qu’on attend d’un livre de ce genre. Après tout, les grands vulgarisateurs ne sont pas toujours historiens et les historiens ne sont pas toujours de bons vulgarisateurs. Reste qu’il semble important d’afficher un minimum de retenue, à fortiori quand on prétend vulgariser le travail des autres et non ses propres recherches. Car rappelons-le : non seulement Lorànt Deutsch n’est pas universitaire, mais il n’est pas non plus un pratiquant amateur de la recherche historique, familier des archives et des sources de première main. Ni les méthodes, ni les sources du travail historique ne sont son quotidien. Comme il le dit lui-même (« Je suis juste un passionné. Mais je m’appuie sur les grands auteurs et ce que j’écris est véridique »), il se base sur les recherches des professionnels – sans pourtant en citer un seul dans Métronome, dépourvu de toute bibliographie et dédié au grand historien contemporain Eddy Mitchell.

Mieux : à en croire les références (cette fois) affichées à la fin d’Hexagone, Deutsch utilise non les travaux des historiens, mais des publications pour la plupart déjà destinées au grand public. Bref : Lorànt Deutsch vulgarise de la vulgarisation.

De quoi justifier à mon sens une certaine prudence dans l’affirmation. Or…

Il écrit parfois n’importe quoi

Revenons sur cette ambition affichée en 2012 et dont on ne se lasse pas :

« Je suis juste un passionné. Mais je m’appuie sur les grands auteurs et ce que j’écris est véridique. »

Ah, la belle prétention – et d’une orgueilleuse candeur – que d’écrire des choses « véridiques »…  Eh bien gâchons un peu le suspense : c’est faux. Mais alors pas qu’à moitié. Sans cruauté aucune, un petit florilège entre petites erreurs et grosses âneries :

  • Dans la version illustrée de Métronome, on lit cette phrase : « Quand Childéric s’envola pour le paradis des guerriers germains, son fils Clovis acheva le Louvre.» C’est d’autant plus méritoire que le Louvre, dont les premiers travaux remontent à Philippe Auguste, est postérieur à Childéric de 7 siècles. Une paille.
  • Toujours dans Métronome, Lorànt Deutsch affirme en passant que Jeanne d’Arc était la demi-sœur de Charles VII. Formidable sujet romanesque, mais vieille thèse éculée que rien, jamais, n’est venu étayer sur le plan historique.
  • Métronome encore, Lorànt Deutsch cite le général de Gaulle sur les Champs-Élysées à la Libération, s’exclamant face au peuple venu en masse « Ah ! c’est la mer !». Phrase qu’il n’a pas prononcée : elle apparaît dans le tome 2 des Mémoires de Guerre, paru en 1956.
  • Et ma préférée : Twitter a récemment retrouvé un texte de 2012, démonté en détail ici, où le comédien affirmait ceci : « Nous avions (…) été plutôt dominés par une culture méditerranéenne (…) et là, (…) ces Goths arrivent avec leur architecture : le gothique. Notre-Dame constitue le témoin, le symbole de ce passage entre le Sud et le Nord…»[3]. Ce qui serait totalement défendable si les Goths n’avaient pas disparu de France au début du VIIIe siècle, 500 ans bien tassés avant que le style gothique n’émerge en Ile-de-France.

Sa vision de l’Histoire est militante

Comme Stéphane Bern, Lorànt Deutsch n’a jamais fait mystère de son positionnement politique et s’assume royaliste depuis plusieurs années. Dans cette interview de 2011 au Figaro, on peut même dire qu’il y allait de bon cœur :

« (…) pour moi, l'histoire de notre pays s'est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche. (…) Il aurait fallu instaurer, comme en Angleterre, une monarchie parlementaire. C'est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat. »

Que les choses soient claires : libre à Lorànt Deutsch de défendre les idées auxquelles il croit, sur le plan politique comme ailleurs. Mais stopper l’histoire de France en 1793 est une thèse qu’on pourrait qualifier d’osée pour être gentil et de ridicule en l’étant moins.

Surtout, une telle sortie laisse peser certains doutes quant à l’objectivité de ses ouvrages, marqués par le retour du « roman national », cette faute méthodologique qui consiste à raconter l’histoire de France à la manière d’un destin construit par une succession de grands hommes – exclusivement des rois donc, puisque ce destin s’arrête à l’exécution de Louis XVI. Une histoire de France qui se résume à la royauté, une histoire des grands personnages, quelle histoire est-ce donc ?

Sa ligne de défense est éculée

À en croire le comédien, ce positionnement politique expliquerait largement les critiques dont il fait l’objet. Ainsi, dans une interview au Parisien de novembre 2012, il explique :

« J'ai été attaqué par des gens qui ont cherché à faire parler d'eux en parlant de moi… dont un élu du Front de gauche[4] qui est avant tout un militant politique et qui a, en tant que tel, une vision très orientée de l'histoire. Et oui, j'ai osé avouer il y a deux ans que j'étais royaliste. »

Étonnant paradoxe : reprocher à un élu de gauche sa vision biaisée de l’histoire pour se scandaliser ensuite d’être soupçonné du même travers… alors qu’il s’affiche royaliste.

Kamoulox.

Les critiques ? Forcément des jaloux, des envieux ou des partisans. Le royaliste Deutsch, lui, n’est bien évidemment pas partisan. Le comédien Deutsch, lui, ne risque évidement aucune erreur. À cette position intenable avec un peu d’honnêteté, Deutsch ajoute une forme de victimisation particulièrement mal venue de la part d’un comédien qui capte bien davantage la lumière médiatique que ses critiques. Jouer les victimes des tristes universitaires ronchons quand on a cette notoriété et la force de frappe qui l’accompagne, c’est ce qu’on appelle un rapport de force asymétrique. Ou une tartufferie.

Dans tout ça, Lorànt Deutsch oublie un peu vite que ceux qui ont le culot de critiquer son livre sont pour beaucoup… des historiens. Des universitaires, des chercheurs. Des praticiens de l’histoire. Ceux qui passent leur vie professionnelle à travailler sur des sources dont Deutsch n’a jamais vu l’ombre. Et que leur critique a donc quelque chance d’être aussi pertinente que les remarques d’un lauréat de la Médaille Fields sur la copie de maths d’un élève de Math Sup.

Bref : Deutsch clame à longueur de plateau qu’il est conteur et non historien, mais s’effarouche dès qu’un historien de profession signale une erreur dans ses livres.

Une conclusion ? Dans l’interview de 2012 déjà citée, l’acteur ajoutait :

« J'ai découvert que l'histoire était un champ de bataille où chacun défend sa chapelle. Alors qu'au départ je crois qu'on se bat tous dans le même camp. Pour donner l'envie aux gens d'ouvrir des livres d'histoire. »

On ne saurait mieux dire. Ce qui n’est pas une raison pour ouvrir n’importe lesquels.

 _____________

[1] C’est même un argument éditorial, à en juger par la 4e de couverture de Métronome : « Lorànt Deutsch nous livre ses découvertes dans un ouvrage qui lui ressemble : rapide, ludique et imprévu. »

 [2] Pour les amateurs de ce bon Alexandre Dumas, il fait habiter d’Artagnan au 7, rue des Fossoyeurs, dans le 6e arrondissement – soit au 12 de la rue Servandoni aujourd’hui.

[3] Dans le magazine Détours en France, n°148

[4] Alexis Corbières.

Publié par jcpiot / Catégories : Actu

A lire aussi

  • Aucun article
  • superyahoo

    Merci pour cet article.

    Question : puisque Deutsch n'est légitime en rien, pourquoi les médias continuent-ils de citer ses opinions ? (y compris Ftvi) Parce qu'il a écrit un best-seller ? (est-il le seul ?) Parce qu'il reste et demeure l'égérie du Yop, la boisson de notre enfance ? Parce que Nabilla n'a pas pu être interrogée ?

    • JCP

      C'est un acteur connu : qu'on cite ses prises de position ne me surprend pas davantage que pour n'importe quel autre personne dotée de sa notoriété, surtout en période de promo de sa part, c'est le jeu. C'est plus problématique quand ça touche à un débat historique pour lequel on peu trouver des interlocuteurs plus pertinents - le blasphème, récemment.

  • Moreau

    Que Monsieur Deutsch retourne sur les planches ou tourne d'autres films, c'est un acteur talentueux, mais qu'il cesse de manipuler l'histoire à des fins idéologiques!

  • avisiset

    Un simple malade qu'il convient de soigner.

  • ILG

    Il ne pose pas problème ! On s'en fout ! Il n'a aucune légitimité !

    • Be….

      Il a chopé la grosse tête come beaucoup d'autres avant lui !

  • Xavier56

    Merci pour cet article. Je suis moi-même historien (un vrai, sans prétention aucune, c'est juste que c'est mon métier et que j'ai suivi 9 années de formation pour l'exercer correctement), mais si un historien ose faire ce type de réflexion, on l'accuse de prêcher pour sa paroisse. Alors, oui, merci.

    • simonet

      Faut il suivre 9 ans d'études pour aimer l'histoire avec ses grands et petits H

      • pascal

        non;mais pour s'estimer expert cela ne me semble pas inutile..sinon autant écrire un conte pour enfant.

        • simonet

          De mémoire il ne s'est jamais estimé expert

          • pascal

            Raison de plus pour le remettre à la place qui est la sienne.

      • Xavier56

        Si un mécanicien auto veut apprendre son métier correctement, il passe un CAP pour se former. Avec l'Histoire, c'est pareil.
        Ne pas passer de CAP auto n'empêche pas d'aimer les belles voitures, et ne pas avoir de doctorat d'histoire n'empêche pas d'aimer l'Histoire. En revanche, cela permet de savoir où et comment chercher, et cela apprend à vérifier plusieurs fois ses sources. Tel était le sens de ma remarque, tout simplement.

        • simonet

          Sincères remerciements pour vos précisions.
          Bien cordialement

      • champagne

        pour l'aimer sans doute pas, pour en suivre les tenants et aboutissants et transmettre, sans doute...

  • Phylloscopus

    Deustch n'a pas seulement le génie d'écrire l'Histoire comme on aime la lire: pleine de bruit et de fureur (bien plus que la réalité), de faits spectaculaires (mais inventés), de coïncidences troublantes (mais fumeuses), d'anecdotes mémorables (mais apocryphes). Il a aussi compris que son succès éditorial reposerait sur son statut de martyr, obtenu grâce à un procédé d'une simplicité élémentaire, répandu sur le premier forum de football venu: "écrivez n'importe quoi, avancez la thèse la plus délirante; si vous concluez par "Houlala, attention, je suis un hérétique, je vois déjà les bien-pensants arriver pour me lyncher", vous attirerez immédiatement la sympathie et un soutien massif que jamais vos inepties n'auraient pu susciter en elles-mêmes".
    Cette entourloupe de la victimisation-par-avance est massivement utilisée, pas que par le personnage d'ailleurs, et s'il nous exaspère, c'est aussi un peu, je crois, par dépit devant l'efficacité de cet authentique procédé de troll, qui garantit une exposition médiatique inoxydable à des discours qu'un élève de troisième serait capable de réfuter.

  • Baptiste

    Bonjour, ayant d'autres chats à fouetter et n'ayant ni sympathie ni antipathie pour Lorant Deustch, je me permets juste d'avoir de la sympathie pour la factualité que vous appelez de vos voeux.

    Je ne prends que la première citation que vous incriminez. Page 94
    "Et
    c'est ainsi, désabusé et amer, qu'il [Childeric] s'envole en 481 pour
    le Walhalla, le paradis des guerriers germains, laissant à son fils
    Clovis le soi d'achever son oeuvre."

    Oeuvre pas Louvre. Est-ce une coquille dans votre version illustrée ?
    Soit il y a une coquille dans votre ouvrage (et c'est une erreur que de n'avoir pas contrôlé dans le livre original) soit vous avez une drôle de vue. En tout cas, c'est malhonnête.

    Vous vous débrouillerez avec votre factualité

    PS : je tiens à préciser de nouveau que je n'ai aucune affection pour Deutsch. J'ai lu son livre, je l'ai trouvé agréable, pas folichon mais agréable. Et je suis pas vraiment du genre royaliste...

    • JCP

      Bonsoir,
      Après avoir vérifié une nouvelle fois, mon édition mentionne très précisément le Louvre. Je me renseigne, mais il est très possible que l'erreur du premier tirage ait été corrigée dans les impressions suivantes, l'erreur avait été rapidement signalée dès la sortie du livre par plusieurs lecteurs.

  • delmay

    Pour avoir supporté pendant ma scolarité plusieurs profs d'histoire marxistes je trouve Lorant Deutsh tout autant légitime et plus passionnant !

    • pascal

      Si vous aimez les contes ,oui..ça se lit bien ...dès le primaire ,en effet..

    • Damiel Über Berlin

      Si la bouillie pour chats vous convient, alors, je n'ai rien à redire à vos choix...

      • ALEXY

        Quand on voit les niaiseries et les raccourcis (et tous les "oublis") colportés par l'histoire officielle que la république fait enseigner par l’Éducation nationale, je ne vois pas bien ce que l'on peut reprocher à Lorant Deutsch. Peut-être préférez vous l'histoire marxiste et dans ce cas, vous ne tolérez pas qu'on la voie différemment. Ah, les "historiens" marxistes qui avant de chercher savent déjà la conclusion à laquelle ils parviendront... c'est beau

        • pascal

          Comme si tous les historiens étaient marxistes?!..Il n'est pas suffisant de seriner les slogans de "Rivarol" pour étre crédible..

          • ALEXY
          • pascal

            ah Sévilla!!..L'historien de seconde zone ;ou plutot le pseudo Historien ,car il n'en a jamais eu la formation!!..Aussi sérieux qu'user de Henri Troyat pour se faire une idée de l'Histoire de la Russie tsariste!?...C'est de l'Histoire bonne pour les lectrices de "Point de vue ,images du Monde" ..un Stéphane Bern amélioré!..Je vois le niveau:sans commentaire.

          • ALEXY

            Je vois d'ici l'abruti fini qui ne souffre pas la contradiction 😉

        • Damiel Über Berlin

          Décidément, mon bon, vous avez un sérieux problème avec le soi-disant "marxisme"; vous le voyez partout.... C'est une pathologie assez sérieuse,,mais il existe heureusement quelques soins... Pris à temps, bien sûr, cela donne des résultats...

    • champagne

      traumatisé à vie, vous vous vautrez donc donc le prêt à penser d'extrème droite. Logique.

  • kimy

    J'aime lire les ouvrages de L Deutsch, n'en déplaise aux "historiens" chevronnés. Je ne suis d'ailleurs pas sûr du tout de la véracité de leurs ouvrages. Souvent difficiles à lire.

    • pascal

      Ce n'est pas par ce que vous n'y comprenez rien qu'il sont faux...sinon restez en à la bibliothèque rose,ce sera suffisant..

      • simonet

        Un peu de courtoisie ferait le plus grand bien à tout le monde

        • pascal

          Un peu de culture ,d'intelligence aussi..

          • simonet

            oui, aussi

          • pascal

            en effet.

    • Damiel Über Berlin

      Il ne faut pas "historien chevronné" pour lire d'autres ouvrages, tels ceux d'autres auteurs fameux et, ceux-là, qui n'ont jamais fait objet de polémique... Au moins, l'on s'instruit... Mais pas avec lui...

    • champagne

      c'est ainsi que la Vérité réside dans Oui-Oui et la voiture magique...

    • Didy Damona

      Vous préférez donc apprendre n'importe quoi pour pouvoir vous dire "intellectuel" ? On peut ne pas être d'accord avec certaines hypothèses des historiens mais de là à dire qu'ils sont faux... Je pense que vous n'êtes aucunement apte à en juger en vu de vos propos.

  • La Sardine

    Pourquoi dans ce cas avoir fait une série sur France 5 Le Métronome..

    http://www.france5.fr/metronome/

    • champagne

      l'avidité, le pognon, le mépris du peuple. j'en passe encore et des meilleures...

  • Maurice

    Jules Michelet en a fait de belles aussi d'erreurs !
    Il a lui aussi fait passer ses idées avant la réalité, mais qui le dit ?

    Lisez-le pour vous en rendre compte. (par ex : son histoire de France)

  • HEPHENDY

    Mais on se fout de ce qu'il peut dire ou écrire. Il n'existe pas.

  • Arthur Beaulieu

    n'en déplaise à l'auteur de ce post, l'Histoire a toujours était manipulée, elle est écrite par les vainqueurs. à Partir de là toute théorie est envisageable. un peu comme les math. Qui saura dénouer le bordel historique, créé pour se vanter de faits qui ont était déformés.
    êtres historiens c'est être un gardien des mensonges et de l'orgueil de ses ascendants.
    Il y a chaque année des corrections dû à des fouilles archéologique. (exemple le gaulois, prit pendant longtemps pour un "débile" aidé par Rome, alors qu'il s'agit de l'inverse)
    En bref l'histoire c'est de la fiction.
    (attention, ne déformons pas mes paroles je ne remets pas tout en cause)

    • Sebkun!!

      non, pas comme les maths justement ! Toute théorie n'est pas envisageable… il faut des bases justes, les axiomes sont incontournables.

      Vous pouvez avoir une théorie concernant la multiplication qui ne serait pas distributive… à moins de pouvoir le prouver par la démonstration, ça n'est pas valable ! U_U

      Pour en revenir à l'histoire, oui… des actes pris pour des vérités peuvent être démontés plus tard… mais le travail de l'historien, le vrai, c'est justement de confronter les faits avérés en permanence pour pouvoir démêler le vrai du faux… c'est plutôt un dénicheurs de mensonge plutôt qu'un gardien.

      Et comme en math on s'appuie sur des théories existantes, en histoire quand on avance une idée, on la source, pour justement pouvoir la confronter… un peu comme dans du journalisme d'investigation… 😉

    • NH

      D'ailleurs le 11 septembre n'a pas existé, les attentats de Charlie Hebdo et les deux guerres mondiales non plus. Ce sont des complots américano-sionistes que Hollange, "gardien des mensonges et de l'orgueuil de ses ascendants", se plaît à entretenir. Et le premier qui me répond que je raconte n'importe quoi, je lui dis que de toute façon, "selon les points de vue", tout se vaut, tout est vrai, aucune parole ne l'emporte sur l'autre.

      Ce post pour vous dire, Monsieur, que non, tout ne se vaut pas. Entre un jugement à l'emporte-pièce balancé du haut de son fauteuil en recrachant les préjugés amassés au fil d'une triste existence et un jugement étayé par toutes les traces et preuves qu'une époque nous a laissés, il y a une différence. Ce n'est que du bon sens que de le reconnaître, je ne comprends pas pourquoi tant de personnes tombent dans ce relativisme postmoderne et désenchanté qui ne mène à rien d'autre qu'à l'isolement, au refus de la discussion et au nihilisme le plus sordide.

    • Arthur Beaulieu

      Ne tombons pas dans le jugement hâtif et acide monsieur NH. Je ne suis pas de ses théoriciens du complots, vous voulez me faire passer pour un drôle, il n'est rien de plus faux.
      La vérité historique c'est quand tous le monde est d'accord, par tous le monde j'entends la majorité. et c'est là que le bât blesse.
      Je ne refuse pas le dialogue bien au contraire je le développe, faisant réagir certains vivement, comme touché dans leur pudeur et d'autre qui visent à me contester dans une tentative de me noyer dans un flot inutile de beaux mots.
      Mais évidemment je pense que vous avez déjà des préjugés sur mes pensées parce que pour vous : tout ne se vaut pas. Vous préférez sans doute l'auto-fellation exhibitionniste à un vrai dialogue philosophique. Par ce que c'est de ça dont je parle. Non pas de la substance d'un livre, mais de la substance d'un être.
      Dans vos paroles, très dures, vous dîtes que je ne fais pas preuves de bon sens. Il y a donc une une voies ? une seule ? L'univocité absolue qu'il faut respecter. C'est bien cela que je dénonce.
      Pourquoi relativiser ? sans le relativisme monsieur, vous fouetteriez encore des nègres parce que ce ci a toujours était fait et que tout le monde va dans le même sens, celui de l'histoire et de la bien bien-pensance de son temps.
      L'histoire n'est pas fiable elle se base sur des écrits pour une bonne partie, que l'on peut mettre en doute car un écrit est subjectif. Et d'autres par sur des preuves matérielle qui pourrait être décryptées tout aussi subjectivement.
      Je ne suis pas nihiliste juste quand dix ans plus tard des scientifiques ou des historiens affirmaient détenir une grande vérité, on trouve plus tard que c'était faux en affirmant détenir une grande vérité.
      Je pense que l'homme plutôt que de se focaliser sur son histoire pour prouver la taille de son membre viril devrait voir venir l'avenir avec plus d'attention.

  • http://www.leslivresdoscar.com LesLivresdOscar

    Lorant Deutsch et son oeuvre a tout de même été adapté pour la télévision publique... dans mon souvenir nous avons même du subir une promotion agressive, jusque dans le hall de France Télévisions...

  • n-g

    Une simple remarque en passant sur:
    "N’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon, reprocher à un jeu comme Assassin’s Creed Unity de commettre des erreurs historiques est une sottise"

    Je n'ai pas lu que Mélenchon reprochait au jeu simplement de commettre des erreurs historiques, mais plutôt d'avoir un agenda politique en défendant une idéologie. Au final, c'est également un des problèmes soulignés avec les écrits de Deutsh. Pour moi, le fait d'écrire un livre d'histoire faux n'est pas un problème (si un lecteur pense que Roger est né en 1712 au lieu de 1722, franchement, ça change quoi ?), c'est le fait d'influencer l'inconscient du public sur les conclusions des événements historiques. Sur le coup, Deutsh et Ubisoft font la même erreurs, Ubisoft sans doute même avec bien plus de dégâts.

  • Philippe

    Cet article n'intéresse que les historiens qui ont suivi neuf années de formation...C'est bien là le problème. L'histoire appartient à tous et non pas aux seuls spézialistes de l'histoire... Quand à l'accusation qui lui est faite de manipuler l'histoire, il vaut mieux en rigoler...l'histoire est le fruit d'interprétations et les auteurs nous la livre avec leur prisme idéologique, qu'il soit de gauche ou de droite, d'extrême gauche ou d'extrême droite...(Cf. Michelet, Milza, Nora, Vidal-Naquet)...

    • Damiel Über Berlin

      Vous ne pouvez dire cela... Effectivement, j'avais relevé la très grossière erreur de la construction du Louvre, et cela, pour moi, avait définitivement classé son auteur... Se tromper comme cela? Impardonnable!!!

    • Xavier56

      L'Histoire appartient à tous, je suis d'accord avec vous. Mais autant l'écrire en étant le plus proche possible des faits, sans écrire d'âneries, non ? Et si on la vulgarise, autant faire de même aussi...

      • Xavier56

        Ce qui me gêne aussi (et surtout), c'est de se faire des millions (plus de 10 millions d'euros de droits d'auteur, je pense) rien qu'en recopiant (mal) d'autres auteurs, qui eux se sont décarcassés à faire des recherches. Toute cela parce que l'on est connu, passé à la TV, et que l'on a des amis journalistes qui vous font de la publicité. Je pense que ce serait du même niveau que Nabilla écrivant un ouvrage de droit en recopiant les autres (même légitimité, et je pense malheureusement, même succès).

  • Matthis

    Moi je trouve pas que ca soit des sottises ce que reproche Mélanchon et ses copains universitaires qui sont justes les grands spécialistes intergalactiques de la Révolution Française. Faire des jeux cest cool, y mettre ds balgues cest cool, y mettre un mensonge historique cest faire de la contre révolution.. La critique ne porte pas sur le jeux mais l'historicité, et le fait qu'aucun messages à l'attention des joueurs ne leurs dit attention cest tout plein de caca capitaliste qui va te manger le vocer.
    Non la vrai critique est bien d'ordre historique, faisons une loi obligeant à rappeler l'Histoire dans les jeux vidéos et meme mieux intégrons les jeux videos dans la pédagogie pour qu'enfin on puisses avancer sainement ( ls jeunes sont bien plus influencés par l'entertainement que ls discours et livres des mandarins morts vivants).
    Aussi mettre sur le mm plan assassin screed et métronome oui les scénaristes et deutsch oui. Ce sont des ouvrages de vulgarisation de l'histoire par leur influence et elle est contre revolutionnaire. Le seul problème est que vous choisissiez un seul angle d'approche, votre article ne porte pas tant sur le bouquin que sur la personne , Mélanchon et l'institut d'Histoire de la Révolution française de l'université paris1 ne s'en prennent pas aux individus mais bien aux conséquences et contenues.

  • titov

    Encore un article de gauchiste.

    • JCP

      Ah bon ? Sur quoi vous basez-vous ?

      • http://www.parigotmanchot.fr/ Gilles

        Sur les mêmes sources que LD peut-être :)

    • ALEXY

      Tout à fait d'accord, un bel article de gauchiste. intellectuellement neutre, n'est-ce pas ? Quand on est royaliste, on ne peut pas être impartial. En revanche quand on est un bon gauchiste bien pensant (et du coup républicain) on est au dessus de tout soupçon

      • pascal

        Vous n'avez rien compris ;la question n'est pas celle de son appartenance politique - dont on se moque - mais celle de sa compétence professionnelle et de l'intérèt d'un travail de pur recopiage et de compilation.

  • Vive le roi

    Il a parfaitement raison lorsqu'il dit que l'histoire de France s’arrête en 1793 !!! Depuis la France n'est plus l'ombre que d'elle même avec pour seul repère des partis obsolète,la gueuserie pour model !!! On parle de la monarchie sous le dicta de l'enseignement publique, la presse et la franc maçonnerie comme d'un mal alors que c'est eux qui font que d'année en année la France décline de plus en plus. Il est bien loin le temps ou notre pays était un acteur majeur du monde. Vive la France et vive Louis XX

  • simonet

    Quand on veut se débarrasser d'un chien on dit qu'il a la rage, alors pour Mr L. D. quand on veut le discréditer tout est bon.
    Mesdames et Messieurs les détracteurs je vous souhaite le bon soir

    • JCP

      C'est surtout une façon d'éviter de répondre sur le fond, ceci.

      • Lambda

        Je ne pensais pas qu'il y avait autant de petits profs aigris à ce point ! Vive LD ! Ce qu'il écrit, vrai ou faux, s'est vendu à des milliers d'exemplaires, et c'est ça qui aigrit tant ces petits professeurs, eux qui essaient de publier des petites "oeuvres" que personne ne lit ... Rageant, non ?

        • JCP

          - Je ne suis pas prof.
          - Si vous n'en avez rien à faire de lire des choses inexactes, ma foi.... 2+2=5, ça vous semblerait pourtant idiot.

  • RAOULT NICOLE

    CONCERNE Laurent DEUTSCH qui posède une très bonne culture générale sur l'histoire de France. D'autant que ses origines remontent des pays de l'Est. Je l'admire beaucoup pour avoir sur se plonger avec l'histoire de France avec beaucoup de plaisirs et en essayant de rester dans les faits de notre histoire. J'ai lu de ce même auteur la ville de PARIS rue par rue, quartier par quartier Ce travail a du lui coûter un certain temps de recherches ! Ce travail a du lui couter un certain temps de recherches un travail formidable ! et surtout pour donner les origines de rues. J'admire le travail de recherches qu'à du fournir LD. BRAVO POUR VOTRE TENACITE. JE vous lie avec beaucoup de plaisir

    • pascal

      Ce n'est pas un travail de recherche:c'est de la compilation sans réflexion,du mauvaise recopiage, Gribouille qui se prend pour Michelet...ça peut plaire à la ménagère de moins de 50 ans ou à un ado pré pubère.

      • ALEXY

        Michelet ??? Lisez un peu son histoire de France ou même sa Révolution française en 7 tomes, vous verrez s'il est impartial. C'est un républicain enragé. Et ses méthodes de travail sont plus que dépassées. Que ce soit l'école des annales comme celle des chartes tout le monde en convient aujourd'hui. Trouvez d'autres références...

        • pascal

          Je parle du style ,mème pas du fond -car chez Deutsch il n'y en a aucun!- sinon lisez Soboul ,Furet ,Méthivier,Tulard (que j'ai eu comme professeur),Ozouf,Bouloiseau ..mais certainement pas ce charlatan..merci bien.

  • ALEXY

    Il a bien le droit d’être royaliste, tous les autres sont bien républicains et personne ne remet en cause leur impartialité. Et puis que pour lui l'histoire de france s'arrête en 1793, pourquoi pas ? Bien d'autres l'ont dit, à commencer par Lyautey. Et cela change agréablement de ce qu'enseigne la république, à savoir que l’histoire de France débute en 1789 (avant il n'y avait rien qu'un "état" réactionnaire, obscurantiste, etc)

    • pascal

      Cela fait longtemps que vous n'avez pas du lire le livre d'un Historien,ni été sur les bancs d'un amphi à l'Université , ni feuilleté le BO de l'Education Nationale..

      • ALEXY

        Je suis seulement historien de formation... et je suis employé par l'Education nationale. Mais peut-être pour autant ne sais-je pas lire un manuel ??

        • pascal

          Ce n'est absolument pas antinomique!..

          • ALEXY

            Et vous, mon ami, vous apprenez l'Histoire dans les chroniques de france Info ? vous êtes pitoyable

          • ALEXY

            Bac -2 ? -3 ? Vous avez un cerveau cependant et vous pourriez tenter de vous en servir

          • pascal

            Vous n'en faites aucun usage ;tenir Deutsch pour un Historien relève de la grande truanderie et je me demande si vous avez jamais enseigné de votre vie...Votre péroraison sur les historiens marxistes suffirait amplement à vous disqualifier,vous n'étes pas professionnel dans votre approche ,ni sérieux..quelle votre qualification réelle?...

          • ALEXY

            Mais il n'en est objectivement pas un. Il vulgarise simplement, et donne éventuellement son avis sans s'en cacher, ce qui me paraît honnête. Mais entendre des idiots qui n'y connaissent rien paraphraser un article d'une pauvreté navrante et s'y associer sans plus de discernement, voilà qui a le don de m'agacer. D'autant que le fond du problème, pour ses détracteurs, est que LD est royaliste et a une vision personnelle de l'histoire de France. Reproche-t-on à Michelet sa partialité visible ? Non. Certes il était vraiment historien et a consacré sa vie à son œuvre. Mais justement, un "spécialiste" qui interprète l'histoire de manière partiale et s'en défend est bien plus dangereux qu'un profane comme LD qui n'a jamais prétendu être historien.

          • pascal

            Un profane qui ne sait donc ni ce qu'il décrit ,ni ce qu'il écrit .Vous n'avez toujours strictement rien compris au fait que ses opinions politiques ne sont en rien en cause ( on peut lire d'excellents historiens conservateurs et contre révolutionnaires ,Chaunu en fut un exemple:et je l'ai eu comme Professeur en Sorbonne) mais ses compétences professionnelles sont équivalente à 0;dire le contraire relève de la pure escroquerie ,le monter en épingle est une forme de charlatanisme insupportable ,et j'en dirai autant pour un Sévillia ou pour un Bern.

          • ALEXY

            Mais bien sur que si. ses résumés sont bons dans 99% des cas. Pierre Chaunu est un excellent historien, mais il cherche moins à redresser les torts que Jean Sévilla (qui n'est certes pas Historien de formation mais a mené des travaux d'investigation intéressants et surtout a relevé bien des erreurs dans les inepties enseignées à l'école primaire et jusqu'au collège) et de toute façon, ces deux hommes se sont côtoyés un certain temps au Figaro. Quant à Mona Ozouf - que j'ai eu l'occasion de rencontrer à Scienes Po - et dont vous parliez, elle n'a pas non plus de formation historienne, elle y est venue après, ce qui ne l'a pas empêchée de produire des travaux intéressants quoi que souvent partiaux.

          • pascal

            Jean Sévillia n' a effectivement aucune formation d'historien ,quant à la trajectoire universitaire de M Ozouf elle l'a qualifie largement pour étre considérée comme une historienne - sa spécialisation porte en ce domaine sur la révolution française- alors que Sévillia est un plumitif au service d'une cause politique dont la formation historique est inconsistante.Ne mélangeons pas tout ,on peut respecter Chaunu - qui n'est pas de mon bord- et lui donner toute la considération qu'il mérite ;pour Deutsch ,Bern ,Sévillia et consorts la réponse est négative.

          • pascal

            Hi,hi..l'aigreur remonte depuis l'estomac..dur ,dur de raconter des inepties et de tomber sur un contradicteur..car visiblement la carrure va vous manquer.

        • pascal

          "employé" par l'EN?..c'est vaste !..et à quoi donc?..aux services extérieurs?!....et vous vous étes arrèté où dans votre formation..au premier semestre?..

    • Damiel Über Berlin

      Divertissant...

  • Kobbbel

    Jean-Luc Mélenchon n'a pas reproché à Assassin’s Creed Unity de commettre des erreurs historiques, il s'est indigné sur le fait que ce jeu amenait les joueurs à avoir une fausse interprétation du rôle et conséquences de la Révolution et des ses partis opposés.

  • Clément

    Ahaha ça me fait marrer cet article, On s'en fiche un peu de ces petites erreurs dans l'ensemble l'oeuvre est facile à lire et on comprend l'idée générale. Aux lecteurs de faire la part des chose. Il s'agit là d'un bon procès d'intention. Chacun à le droit de dépenser son fric dans ce qui lui plaît. Je préfére voir mon fils lire ces deux livres que lire des mangas ou du Levy/Musso...

    • http://www.parigotmanchot.fr/ Gilles

      L'un ne va pas forcément à la place de l'autre...

    • JCP

      Rappelez-moi où j'écris que vous n'avez pas le droit de dépenser votre argent où bon vous semble ? Et y compris si c'est pour acheter le Musso de la vulgarisation ?

    • Guy Liguili

      Et bien dans ce cas je préfère lire du Placid et Muzo…

  • CHIVRAC MARC

    une restitution parfaite des événements. Bravo pour votre intelligence et votre génie monsieur Laurent deutsch chaleureusement marc

  • Didy Damona

    Il n'est pas le premier ni le dernier à croire qu'il peut faire de tout et n'importe comment, ne parlons pas de ces chanteurs qui se prennent pour des acteurs et vice-versa. J'aime la façon dont il écrit mais mon côté d'étudiante dans la recherche me fait dire qu'il faut arrêter de se prendre pour ce qu'on est pas. Et quelle honte de ne même pas toucher à des archives ou de vrais articles archéologiques quand on veut faire un travail sensé. Ah ça c'est sûr, il faut du courage.

  • Logopathe

    Je trouve que ce genre de critique néglige la simple valeur mnémotechnique du récit, y compris erroné. Tout n'est pas vrai et précis dans les bouquins de Deutsche (que je n'ai pas lus), manifestement, mais au moins ceux qui les liront en retiendront l'existence et la chronologie de faits et de personnages réels. Et c'est déjà très bien. Les gens que ça intéresse pourront toujours en lire davantage, et s'apercevoir (ou pas) des erreurs. Il vaut mieux croire que les Goths ont inventé le gothique que de ne pas savoir qu'ils ont existé : un partie du chemin pédagogique, la plus importante à mon avis, est déjà parcourue.

    Par ailleurs, je pinaille, mais il me semble que le gothique commence au XIIe (à cheval sur la fin du roman), ce qui fait plutôt de l'ordre de 400 ans après le VIIIe.

  • Pingback: Le comédien Lorànt Deutsch se cacherait derrière un pseudo pour insulter sur Twitter – A La Maison()

  • bazard entique

    Deutsh n'est pas à le premier à manipuler l'Histoire pour voire ou écrire celle qu'il aurait aimé qu'elle soit .
    Récemment , après que le charismatique Hollande (bien sur c'est une blague) ait dits que la femme voilé était la marianne de demain une Historienne a tout de même dits que le bonnet de Marianne était là pour cacher ses cheveux parce qu'à l'époque ont interdisait les femmes d'avoir les cheveux longs et que sont sein n'avait jamais été nue . L'Histoire est quelque chose que les Historien aime former et déformer à leur guise alors pourquoi en vouloir plus à Deutsh qu'aux Historien de métier qui manipule cette Histoire à des fins idéologique voire politique .

    • bazard entique

      Bonnet qui en réalité était un bonnet phrygien mais l'Historienne c'est bien passé de le dire alors que toute personne censé le sait ou bien peut le remarqué

  • cinule

    Savoureux par le style, important par les lumières..Vive le Roo

  • Pingback: Entretien avec Jean-Christophe Piot – Patrimoine et télévision()

  • Pingback: Apprendre à vulgariser ? | Devenir historien-ne()