Le paquet de cigarettes neutre : une mesure efficace pour arrêter de fumer ?

paquets-neutres

La vente du paquet de cigarettes neutre est obligatoire depuis le 1er janvier 2017. Il s’agit d’un paquet sans logo à couleur unique, affichant uniquement des messages de mise en garde tels que « fumer tue » et le nom de la marque.

Cette mesure a pour objectif de faire diminuer l’attractivité des paquets. Mais cela peut-il vraiment être efficace pour faire baisser la consommation de tabac des français ? Voici quelques éléments de réponse...

Une mesure de plus pour tenter de vous faire arrêter de fumer

Le paquet neutre vient donc se rajouter à l'arsenal déjà mis en place pour tenter de diminuer votre consommation de tabac : augmentation du prix des paquets, interdiction de fumer dans les lieux publics, patchs à la nicotine, photos de personnes défigurées illustrant les paquets, etc. (toutes ces mesures n’ont d’ailleurs pas d’impact significatif sur votre consommation, puisque l’on constate que la consommation de tabac reste à peu près stable au fil des années).

Une mesure qui pourrait faire la différence ?

La plupart des mesures actuelles citées plus haut s'apparentent à des stratégies basées sur les antécédents de vos comportements : on cherche à vous dissuader de fumer en agissant sur les éléments environnementaux qui précèdent votre consommation. Or j’avais déjà expliqué dans un ancien post que vos comportements ne peuvent pas seulement être déterminés par ces seuls antécédents, puisqu’ils dépendent aussi et surtout de leurs conséquences, c’est-à-dire des bénéfices que vous procurent la cigarette (l’arôme du tabac, la sensation de la fumée qui passe dans votre gorge, la décharge de nicotine, le fait d’être plus à l’aise dans les situations sociales, l’impression qu’une cigarette vous aide à mieux dormir ou vous détresse, etc.). En science du comportement, il a en effet été démontré que ce sont plutôt les stratégies basées sur les conséquences de vos comportements qui permettent de les modifier à long terme, de façon plus permanente. Ce sont donc les conséquences de vos comportements et non leurs antécédents qui permettent réellement un apprentissage : tant que la conséquence reste inchangée, c’est-à-dire que vous obtenez toujours les mêmes bénéfices en fumant, vous y reviendrez presque immanquablement. Voilà pourquoi les mesures actuelles sont peu efficaces.

Le paquet neutre, comme les précédentes mesures déjà en place, n’est qu’une stratégie de plus basée sur les antécédents de votre consommation : en quelque sorte, on cherche à moins attirer votre regard sur l’objet de la tentation. A priori, on pourrait en effet penser qu’en voyant moins les paquets de cigarettes, on y pensera moins et donc que l’on fumera moins. Mais une fois encore, ce raisonnement est incomplet et ne tient pas compte de tous les principes comportementaux de base qui régissent votre dépendance. Grâce au paquet neutre, on observera donc peut-être une diminution de votre consommation de cigarette à court terme, car il permettra de diminuer l’attrait ressenti pour le paquet. Mais il ne permettra pas de réel apprentissage à long terme tant que l’on n’y associera pas des stratégies basées aussi sur les conséquences de votre consommation.

Pour conclure…

Le paquet de cigarettes neutre est donc une mesure dont les effets sur nos comportements seront limités. Il n’existe pas une seule et même recette miracle qui conviendrait à tous les fumeurs pour les aider à arrêter la cigarette. La « dépendance » au tabac implique tellement de facteurs variés et individuels que réussir à s’arrêter nécessite une combinaison personnalisée de stratégies qui doivent être encadrées et évaluées, pour éventuellement être réajustées au cours de l’apprentissage.

A lire aussi

  • Pingback: Le paquet de cigarettes neutre : une mesure eff...()

  • Webster McCloud

    Le paquet de cigarettes (et de tabac) "neutre" participe d'une politique du Père Fouettard où l'on retrouve les radars-pièges (posés aux endroits rentables et pas là où ils seraient nécessaires), le chantage aux convocations/radiations à Pôle Emploi et plus largement un principe de précaution érigé en dogme paralysant. Une politique élaborée par des technocrates cultivés hors-sol qui pensent que tout ce qui n'est pas eux, à savoir la Société, n'est que gamins irresponsables et à la limite demeurés.
    J'ai envie de faire un peu de provoc' : et si on nous laissait fumer tranquilles ? On est saturés de particules fines, de pesticides, de pollutions aux métaux lourds, nos villes sont recouvertes d'un smog dont les strates vont du plus bel ocre au brun plombé, l'eau courante est chlorée et on y trouve trouve des traces d'antibiotiques et parfois de matières fécales, à cette heure précise (je consulte Flightradar), 10806 aéronefs survolent notre planète bleue, grillant des millions de litres de kérosène.
    Ai-je envie de devenir un octogénaire de plus promis à une retraite minable qui suffira à peine à couvrir un loyer et mes frais de chauffage ? Et si je prends du plaisir à fumer ? Et si et si...
    Quiconque pousse la porte d'un bureau de tabac pour se ravitailler en clopes sait pertinemment ce qu'il fait et pourquoi il le fait et pourquoi il n'a peut-être pas envie d'arrêter de le faire. Et s'il la pousse pour s'acheter des bonbons, aussi. Mourir du diabète, d'un AVC, d'un infarctus, d'une angine de poitrine, d'un accident de voiture ou de mort naturelle, c'est toujours mourir et la mort est dans l'ordre des choses. Avant ça, il s'agit de vivre, et pour moi la notion de plaisir est indissociable de la vie telle que je la conçois. Le tabac en participe. Comme les bonbons. N'en déplaise aux Pères Fouettard dont le comportement est évidemment irréprochable...