Sommes-nous tous conditionnés ?

99 francs Jan Kounen

« Le mot conditionnement est chargé, dans l’usage courant, de connotations négatives » (Marc Richelle, 1977).

Dans le langage courant, un individu conditionné voit en effet ses opinions, ses goûts et ses comportements déterminés par une influence externe. L’homme conditionné est manipulé par la société de consommation, le gouvernement, les médias qui font de lui un homme asservi. En somme, le conditionnement est mal vu car il nuirait à la liberté de l’être humain. Illustration dans cet extrait du film 99 francs de Jan Kounen (2007) :

A priori, le comportement d’achat d’un yaourt par cette "ménagère de moins de 50 ans" semble conditionné par la publicité. En réalité, les mécanismes à l’origine de nos comportements sont plus subtils et méritent quelques éclaircissements.

Ce sont les écoles de psychologie de l’apprentissage qui, à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, ont mis en évidence les mécanismes du conditionnement. On doit principalement ces découvertes aux travaux de Pavlov et de B. F. Skinner qui se sont interrogés sur la manière dont un comportement pouvait être appris. On distingue deux types de conditionnements, soit deux apprentissages différents :

1. Le conditionnement répondant

Le physiologiste Russe Pavlov, tout d’abord, a mis en évidence un 1er type d’apprentissage par conditionnement dit répondant. Ses expériences sur le chien sont assez bien connues aujourd’hui, elles consistent à provoquer la salivation de l’animal au seul son d’une cloche. Explications : l’ingestion de nourriture est un stimulus qui entraîne une salivation chez tous les individus d’une même espèce (cela aide à la digestion des aliments). La salivation est donc un comportement réflexe inné, tout comme les changements de rythme cardiaque en réponse aux changements de température, ou encore la saisie chez le nourrisson provoquée par la stimulation de la paume de la main. Cette relation entre un stimulus et un réflexe est considérée comme un héritage génétique utile à notre survie. Mais revenons au chien de Pavlov. Contrairement aux aliments, le son de la cloche ne déclenche pas de salivation a priori, on dit que c’est un stimulus neutre. Mais si l’on fait précéder à plusieurs reprise l’administration de nourriture d’un son de cloche, ce son devient capable à lui seul de provoquer la salivation du chien, malgré l’absence de la nourriture.

Pavlov

On dit que la salivation du chien déclenchée par le son de cloche est un comportement appris par conditionnement répondant. Dans notre quotidien, les exemples d’un tel apprentissage sont nombreux : frissonner lorsque l’on voit de la neige ; avoir une accélération de son rythme cardiaque quand on réécoute une musique entendue lors d’un premier rencard ; avoir la nausée en sentant un alcool qui nous a fait vomir lors d’une précédente cuite ; se boucher les oreilles en voyant quelqu’un allumer un pétard ; baisser ses paupières avant d’ouvrir ses volets un matin d’été ensoleillé ; l’enfant qui ri avant que la main de l’adulte lui touche le ventre pour le chatouiller, etc.

2. Le conditionnement opérant

Il existe un 2ème type d’apprentissage, découvert par le psychologue américain Skinner. Il s’agit de l’apprentissage par conditionnement opérant. Il stipule qu’un organisme apprend à partir des conséquences de ses comportements sur l’environnement. Ainsi, les conséquences de nos comportements modifient leur fréquence d’apparition dans le futur. Cette fréquence augmente si les conséquences sont appétitives (on parle de renforcement), et elle diminue si les conséquences sont aversives (on parle alors de punition). Pour le dire autrement, la cause d'un comportement, c'est sa conséquence.

Le conditionnement opérant se réfère donc aux effets sélectifs des conséquences sur nos comportements. Il s’agit là d’un concept parallèle à la théorie de la sélection naturelle de Darwin : à l’échelle humaine, les comportements produisant les conséquences les plus favorables sont sélectionnés et « survivent ».

Un exemple de renforcement :

Prenons un autre exemple : au volant de votre voiture, lorsque le feu passe au rouge, vous vous arrêtez. Contrairement à un conditionnement répondant, ce n’est pas seulement le feu rouge qui provoque votre freinage. En réalité, le feu rouge a acquit cette capacité de contrôle de votre freinage car il a été associé dans le passé à certaines conséquences. Ainsi, vous freinez surtout pour éviter un accident ou une contravention.

Autre exemple : si vous laissez sonner un téléphone à côté d’une personne qui n’en a jamais vu ni entendu de toute sa vie, elle orientera éventuellement sa tête vers cet objet curieux, mais elle ne décrochera jamais. Ce n’est donc pas seulement parce que le téléphone sonne que l’on décroche, mais surtout parce que le comportement de répondre a été suivit dans le passé par une communication avec un interlocuteur. Ceci explique que vous ne décrochiez pas votre téléphone lorsqu’un connard vous appelle.

Le feu rouge, la sonnerie du téléphone, les panneaux de limitation de vitesse ou tout autre signal qui précède vos comportements ne sont donc pas toujours suivis du même effet. En réalité, ces signaux ne servent qu'à vous rappeler ce qui peut ou non vous arriver en vous engageant dans le comportement. C’est l’histoire personnelle que vous entretenez avec les conséquences de vos comportements qui va déterminer votre probabilité d’action.

Ainsi, la vision du yaourt dans le supermarche ne déclenche pas de comportement d’achat à la manière d’un réflexe. Mais que l’on ne s’y trompe pas, la fréquence d’un comportement d’achat est bien évidemment plus importante en présence d’un stimulus publicitaire plutôt qu’en son absence. Cependant, ce qui détermine l’achat, c’est principalement l’interaction entre l’histoire personnelle de la « ménagère de moins de 50 ans », sa rencontre avec le produit et les conséquences associées.

Sommes-nous tous conditionnés ?

Pour de nombreux spécialistes des apprentissages, l’ensemble de notre répertoire comportemental est issu uniquement de ces deux types de conditionnement. Nos goûts, nos pensées, nos émotions seraient tous appris par conditionnement, depuis notre naissance et jusqu'à notre mort. Qu’on le veuille ou non, tous nos comportements seraient donc conditionnés selon un mécanisme inhérent à l'être humain dont on ne peut se soustraire. Les connotations négatives attribuées au conditionnement dans le langage courant apparaissent alors infondées et l'idée qu'un conditionnement par les médias nuirait à nos libertés serait un pur fantasme : dans une telle conception des apprentissages il n'y a en effet pas de libre arbitre possible, chacun de nos comportements étant soumis au déterminisme.

A lire aussi

  • lyseam

    ouh là !

    que de gouffres franchis comme si il y avait des ponts et tous du même matériau !

    dans la mesure où pour bon nombre d'actions, hors tout conditionnement qui nous échapperait, il y a une comparaison (rapide) entre gain et perte , vous pouvez voir du conditionnement dans tout ... à tort. Ou alors tout effectivement est conditionnement, ne serait -ce qu'un conditionnement dû à notre propre histoire !

    le gamin conditionne le Parrot : il l'apprivoise et le dresse (?). On peut considérer que les 2 sont un conditionnement , le second bien plus poussé que le premier.

    l'automobiliste a fort intelligemment intégré qu'aller à l'encontre de règles de conduite faites pour que tous puissent au mieux rouler ensemble -avant même de risquer le PV- le met en danger ou met en danger autrui. (certains ne l'ont pas intégré du tout cela dit mais ce n'est pas qu'ils ne sont pas conditionnés correctement par ?? et qu'ils sont eux libres, c'est qu'ils sont bêtes et dangereux)

    la (ou pas) ménagère (ou pas) de moins de 50 ans (ou pas) qui achète des yaourts n'est pas conditionnée car elle achète un truc qui lui plaît et est riche en Calcium : elle l'est (par la pub) si elle en achète parce que ça passe à la télé et telle marque parce qu'elle veut croire que la yaourt lui apporte les amis/les enfants/la minceur/ de la pub. d'ailleurs avant même d'être conditionnée , elle/il est surtout sot(te) ! Les pubs sont inquiétantes de ce point de vue surtout (je pense) sur les générations qui n'ont connu que ça , des pubs et des programmes à foison s'adressant à eux/elles dès leur plus jeune âge. A la limite le conditionnement des pubs n'est pas tant sur le produit d'ailleurs que sur les stéréotypes ou les allusions sous-jacent(e)s que les pubs utilisent : soit figeant la société/famille/interactions entre individus soit produisant une sorte de rêve de ceux-ci qui même si souhaitables restent de l'ordre du doux rêve (les pubs cauchemardesques soi-disant humoristiques dans le glauque se voulant en rébellion du politiquement correct sont hors jeu ici )

    Les personnes qui sont confrontées aux conditionnements (allons-y) sexistes ou racistes (ou on dira non-humanistes) de de la société (et d'individus avec des pouvoirs divers et variés, hommes ou femmes)- voire qui se battent contre ceux-ci ou même voire qui ont dû faire leur deuil de se battre ouvertement car n'ont pas l'âme de martyres et ont pesé le pire et le pire du pire- sont aussi conditionnées ? ce sont ces personnes -là qui sont conditionnées ? ou bien c'est la stupidité éventuellement méchante autour ?
    ne faut il pas différencier le conditionnement physique et le conditionnement intellectuel ou psy ?par exemple , on peut parfois se plier à un "conditionnement" forcé en toute lucidité en gardant son esprit libre.

    Un conditionnement ambigu maintenant : les écoles de pensées (philosophiques, psychologiques-psychiatriques and so on mais aussi scientifiques (sciences dites dures) diverses ....) -et souvent une seule domine : soit vous adoptez convaincu ou par intérêt l'école en question soit//et vous y trouvez des failles, en parlez (erreur) et êtes bannis (même si votre trouvaille est un peu plus tard intégrée avec le nom d'une autre personne plus en vue qui prônait le contraire juste avant....) Carotte et bâton, gourou et disciple et sinon maître et larbins : en voilà des manières de conditionnement.

    je cesse (les aiguilles tournent !) :

    sur ce ...

    • jeromelichtle

      Bonjour, merci pour votre (longue) réaction.

      • lyseam

        vous écrivez : j'envoie un commentaire (le plus souvent)
        et vous répondez par "bonjour, merci
        "
        ouh la la : ça frise le (double) conditionnement ! ou bien cela a pour nom échange -ponctuel-....:-)

        • jeromelichtle

          Bonjour, oui en effet je vous remercie d'amorcer le débat en espérant que cela suscitera d'autres réactions chez le lecteur. Je vous réponds plus spécifiquement dès lors que vous me posez une question précise !

  • Pingback: Sommes-nous tous conditionnés par la pub...()

  • Pingback: Sommes-nous tous conditionnés ? - France...()

  • Pingback: Facteurs explicatifs du comportement | Pearltrees()

  • lyseam

    OK

    " Les connotations négatives attribuées au conditionnement dans le langage courant apparaissent alors infondées"
    "alors" ? NON pourquoi "alors"? tout dépend si c'est bel et bien un conditionnement et négatif. Mais effectivement le mot conditionnement en tant que tel si il est aussi attribué pour des apprentissages positifs ne peut être négatif par défaut.

    "et l'idée qu'un conditionnement par les médias nuirait à nos libertés serait un pur fantasme "
    là encore comment en arrivez-vous à une telle conclusion ?
    ce n'est pas parce que l'éducation ou même l'apprentissage ou même l'expérimentation peut s'apparenter à un conditionnement ou parfois en être un (en étant un peu cynique) qu'alors plus rien n'est conditionnement et encore moins conditionnement négatif.
    "dans une telle conception des apprentissages il n'y a en effet pas de libre arbitre possible, "
    la conception des apprentissages où il n'y a pas de libre arbitre c'est celle où l'on considère qu'il n'y a que conditionnement et même dressage mécanique (adieu l'idée de la digestion propre à chacun, adieu l'individu unique et complexe etc ... )
    "chacun de nos comportements étant soumis au déterminisme."
    déterminisme de quoi de qui ? la société : tomberait-on dans le catalogue dans le catalogue ?

    • jeromelichtle

      bonjour,

      - "alors infondées" : il n'y a en effet pas de comportements qui ne soient pas conditionnés.

      - " l'idée qu'un conditionnement par les médias nuirait à nos libertés serait un pur fantasme " : lorsqu'on estime qu'un apprentissage ne s'effectue que par conditionnement, la notion de liberté perd son sens.

      - le déterminisme est l'inverse du libre arbitre : l'être humain ne saurait décider par lui seul. En d'autres termes, nos choix sont appris par conditionnement.

      Il s'agit là bien sûr d'un positionnement théorique.

      • lyseam

        position théorique (oh oui ! comme 1+1=3)
        et pleine de contradictions et d'illogismes.
        "les connotations ... infondées" tout comportement étant conditionné , les adjectifs positif et négatif n'ont plus à qualifier les conditionnement (Pourquoi ? on ne sait pas et pour cause car il n'y a là aucun lien logique... tous les végétaux verts comportent de la chlorophylle mais certains sont bons à manger cuits ou crus et d'autres pas...il n'y a en fait aucun lien de cause à effet contrairement à ce que vous écrivez ou reportez )
        "ET l'idée .. un pur fantasme" vous partez d'une théorie qui considère TOUT comme conditionnement des comportements pour en déduire que les médias n'en font pas partie (??????où est la logique ? pas la peine de chercher il n'y en a aucune : c'est totalement contradictoire)
        Puis "dans une telle .... déterminisme" vous repartez (après avoir précisé que le conditionnement par les médias n'est pas une réalité selon cette théorie) sur le fait que tout étant conditionnement ben forcément ,selon vous, (MAIS pourquoi forcément même si tout est du type conditionnement ?**) le libre arbitre passe à la trappe (ce qui suppose un bon conditionnement mécanique digne d'un empaquetage de poulet fermier) :
        **si on met le nom de conditionnement sur tout la belle affaire, ce n'est qu'un mot, ce qui est important c'est ce qui est derrière :
        certains seront conditionnés à être persuadés que les femmes et les hommes ne peuvent être égaux ni paritaires, certes, mais parmi ceux-là, certains voudront bien le croire (différent de conditionnement) ou le croiront vraiment (conditionnement) ou digèreront, réagiront rejetterons une telle absurdité (différent de conditionnement). DONC même mettre le mot conditionnement sur tout , au maximum, ne peut pas éliminer la réalité du libre arbitre.(pas de lien : seulement une juxtaposition)
        et un (le) conditionnement qui élimine la réalité du libre arbitre , de tout libre arbitre (à part mourir !) est celui d'une tyrannie d'un despotisme exacerbé avec culte du chef, endoctrinement dès l'enfance etc Cela existe mais on ne parle pas alors de tout type d'apprentissage , on parle seulement d'apprentissage vicié où là a fortiori les médias servent au conditionnement.
        Hors de telles conditions de vie, il reste toujours à l'être humain son esprit pour ne pas être conditionné pas mêmes par des mots manipulés à tort et à travers et surtout pas par des enchaînements de phrases qui n'ont pas de lien entre elles.

  • Claire Guy

    sujet très intéressant , y aurait trop a dire

    pour moi nous ne somme que conditionnement tout en nous a été induit depuis notre plus jeune age que ce soit nos conception du bien , du mal , nos gouts

    nous formons aussi nos propres barrières mental nous nous conditionnons aussi durant notre apprentissage en singent des comportements des réactions a certaine situation , sans parler de la programmation neuro linguistique "PNL" ne serais ce qu en étant passif ou en état d hypnose devant un écran de tv par exemple ...

    le soucis étant de reprendre le pouvoir et de travailler sur sa conscience pour redécouvrir qui ont est vraiment séparer le vrais du faux en gros , c est a ce moment la qu ont prend conscience de l ampleur de la tache et qu une vie d homme semble bien courte pour en venir a bout

  • Pingback: Ne soyons plus esclaves ! - Nos PenséesNos Pensées()

  • Pingback: LA CLIENTELE | Pearltrees()

  • Pingback: Des rongeurs utilisés dans les opérations de déminage | Dans vos têtes | Francetv info()

  • Pingback: Des rongeurs utilisés dans les opérations de déminage – WordPress 4.2.2 on Google Compute Engine()

  • Pingback: Peut-on mettre nos comportements en équation ? | Dans vos têtes | Francetv info()

  • Pingback: Comportement du consommateur | Pearltrees()

  • Pingback: Comportement du consommateur | Pearltrees()

  • Pingback: Torture en représailles | lezarceleurs()