« L’autisme pour les nuls »

Cet été au Canada, dans un quartier d’une ville de l’Ontario, une famille a reçu une lettre anonyme qui a suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux. Cette lettre était adressée aux parents de Max, 13 ans, atteint d’autisme. L’auteur, une résidente du quartier, témoigne avec virulence de son incommodité face à cet adolescent un peu trop bruyant à son goût.

Voici quelques échantillons des propos de cette femme enragée :

« Ce bruit qu’il fait quand il est dehors est EPOUVANTABLE !!! ça fout les jetons à mes enfants normaux !!!!!!! »,

« Quand vous sentez que votre idiot de fils a besoin de prendre l'air, amenez-le au parc, espèce de crétins !!!",

« Je pense qu'on devrait prendre les quelques parties non débiles de son corps pour les donner à la science.",

Et le clou :

« …déménagez ou faîtes-le euthanasier !!!"

Un scan du courrier dans son intégralité (âmes sensibles s'abstenir) :

lettre injure autisme

Les autorités tentent encore de déterminer qui est l’auteur de  cette lettre.

La méconnaissance des différences chez l'autre peut nous rendre un tantinet agressif. Alors pour les « nuls » qui connaissent encore peu l’autisme et les difficultés que peuvent rencontrer les familles, voici deux ressources pour en savoir un peu plus, sans prise de tête :

1. Mon petit frère de la lune (par Frédéric Philibert). Un très joli dessin animé dans lequel une fillette nous explique à sa façon l’autisme de son petit frère :

2. Le blog d’une « aspie » (personne atteinte du syndrome d’Asperger) qui apporte un éclairage drôle et original sur ce syndrome encore peu connu en France :

http://emoiemoietmoi.over-blog.com/

A lire aussi

  • lyseam

    "La méconnaissance des différences chez l'autre peut nous rendre un tantinet agressif"
    cela est peut-être bien vrai.

    MAIS (car il y a un mais)

    Dans le cas de l'auteur de la lettre, je ne pense vraiment pas une seconde que le problème de sa virulence vienne d'une méconnaissance de l'autisme
    mais bien plutôt d'une propension à la méchanceté qui par définition est lâche et s'en prend là où elle (la méchanceté) trouve (ou pense trouver) une faiblesse dans le sens où elle appuie là où ça fait mal ou appuie de telles façons que cela fasse mal.

  • Gisèle Litout

    Bonjour,
    Je suis une maman d'un enfant autiste et je suis outrée, scandalisée de lire de tels propos.
    Bien sûr que ce n'est peut-être pas agréable d'entendre les cris, mais c'est aussi leur façon de s'exprimer.
    Et pour qui se prend il pour juger les handicapés ?
    Sait il se que lui réserve l'avenir ?
    Il y a des handicaps de tout genre, alors, pardon si les handicapés dérangent, mais moi, ils ne me dérangent pas du tout et quelque soit l'handicap. Je les aime tels qu'ils sont et avec beaucoup de respect.

    • lyseam

      à Gisele Litout,

      l'auteur de cette lettre ne juge pas les handicapés : il ou elle se défoule sur un" prétexte"(prétexte à ses yeux)
      et toutes les personnes injustes/égocentrées/bornées/méchantes/etc un jour confrontées personnellement à l'handicap psychique/mental ou physique (ou les 2) ne vont pas soudain réaliser l'humanité des handicapés : certaines fuiront tout court et tourneront toujours le dos à ce qu'elles refusent comme pouvant exister tout comme elles.

      Le respect c'est normal en général; l'amour "familial" ne lie que l'entourage touché ; l'amour "fraternel" est soit du respect bienveillant soit prend une dimension religieuse.
      Il n'empêche cependant qu'avec tout le respect bienveillant possible, il n'est pas aussi évident d'entrer (ou de rester !) en relation avec certains types d'handicaps, et certainement pas sans effort.

      et notre société en plus n'est pas dans l'effort (sur soi pour "percer"/"entrer" dans le monde de la personne handicapée et ainsi mieux la comprendre), encore moins dans sa continuité.
      notre société n'est pas non plus tellement dans la tolérance contrairement à ce qu'elle affiche : car elle est avant tout  dans l'auto-tolérance bien égocentrée.

      Pour faire court, un seul conseil :  laissez vomir les c**s. sans même les regarder.

  • Pingback: Images de l’autisme : comment tisser un lien avec son enfant | Dans vos têtes | Francetv info()

  • Pingback: Facebook : les mécanismes d’une addiction | Dans vos têtes | Francetv info()

  • Petite Autruche

    Bonjour,
    Dommage, j'ai tapé dans mon moteur de recherche "autisme pour les nuls" et j'ai eu la tristesse de lire ce billet ; maman d'un enfant autiste, je suis consternée et scandalisée, évidemment.
    Par chance, nos voisins accueillent les cris de mon fils avec patience et bienveillance.

    Je gère un centre de loisirs mixte handicapés/valides, et je suis à la recherche de petits "modes d'emplois" pour aider les animateurs à comprendre les réactions des enfants, notamment autistes, qui leur restent assez mystérieux.

    Par exemple, si on gronde un enfant autiste et qu'il éclate de rire, non, il ne se paie pas votre tête, inutile de le mettre au coin ; il peut au contraire (comme mon fils) exprimer une inquiétude au travers d'un grand éclat de rire...

    Les jeunes animateurs ne sont pas formés à cela -et c'est notre but : le centre de loisirs n'est pas un lieu de soin mais un lieu de jeux et de découvertes- mais ils ont besoin de quelques clefs pour comprendre, tout en sachant aussi que chaque enfant autiste est différent (comme chaque enfant tout court...) ; et je ne trouve pas cela -et je crains d'en oublier si je l'écris moi-même...

    Est ce que ce genre de "fiche pratique" existe ?...

    • jeromelichtle

      Bonjour,

      Vous l'avez dit très justement, il est difficile de faire des "fiches pratiques" dans la mesure ou chaque personne avec autisme à ses spécificités. Cependant, il est vrai que leurs forts intérets pour des activités sensorielles et leurs peu d'intérêt pour les relations sociales influencent leur comportement d'une façon souvent similaire. Cette vidéo résume bien ces comportements : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ueg68UYwJ90#t=18.

      Cordialement,