Noel Mamère est-il plus dangereux qu'une saucisse?

Le risque et nous

Dans une étude parue en 2000, Kunreuther, Novemski et le prix Nobel Daniel Kaneman ont soumis à différents groupes de personnes le scénario suivant: une usine en zone urbaine utilise un produit chimique, le Syntox (nom inventé pour l'étude). Un accident dans l'usine produirait un nuage de fumée toxique. Les participants ont été classés en trois groupes avec différentes estimations du risque annuel de mourir pour une personne habitant près de l'usine: 1 sur 100 000, 1 sur un million, 1 sur 10 millions; on leur donnait comme référence le risque de mourir dans un accident de voiture en un an (1 sur 6000). Puis on leur demandait s'ils étaient d'accord avec une série de phrases comme "cette usine pose un grave risque pour la santé et la sécurité des riverains" pour évaluer le risque perçu. Les chercheurs constatèrent que le niveau de risque n'avait aucun impact sur le risque perçu: le groupe avec la probabilité d'accident la plus forte donnait des réponses identiques aux autres. Les participants étaient tout simplement incapables de différencier les risques.

Kahneman a résumé cette étude (confirmée par d'abondantes autres) par la formule suivante: "nous ne connaissons que trois niveaux de risque : certain, impossible, et peut-être". Lorsqu'en plus les risques sont présentés de manière peu intuitive, ou avec des arrières pensées, cela n'arrange rien, comme l'a montré l'actualité récente.

Loi Macron et accidents d'autocars

Le drame de Puisseguin a conduit Noel Mamère, avec d'autres, à faire le lien avec la loi Macron qui libéralise le transport par autocars en France. Le rapport est peu évident (c'était un voyage de tourisme, pas concerné par la loi Macron) mais pose une question : et si l'augmentation du nombre de trajets en autocar augmentait la mortalité routière?

Il est vrai que le risque d'accident en autocar est plus élevé que par le train; ce document (page 7) de l'Union Européenne donne un risque environ trois fois plus élevé (0.15 décès par milliard de kilomètres-passager, contre 0.43). Faut-il en conclure que les critiques ont raison? Non.

Premièrement, est-on certain que les trajets en car vont uniquement remplacer des trajets en train? Le car peut remplacer aussi d'autres modes de transport, comme la voiture. Et selon le même document, l'autocar est 10 moins moins dangereux que la voiture (avec 4.43 décès par milliard de km-passagers). Les effets ne sont pas symétriques, et il suffit que l'autocar remplace quelques trajets en voiture pour réduire, en net, la mortalité.

Deuxièmement, la mortalité des moyens de transport ne se limite pas aux risques pour les passagers, mais aussi pour les personnes extérieures (piétons, autres automobilistes, etc). L'essentiel de la mortalité causée par les trains est due aux accidents entre un train et un autre véhicule, aux personnes happées le long des voies, aux suicides, et surtout, aux accidents voiture-train aux passages à niveau. Si multiplier les trains sur lignes secondaires aboutit à augmenter le nombre de passages à niveaux, la mortalité augmente. Dans le même temps, l'augmentation du trafic sur les routes, contrairement aux idées reçues, ne semble pas augmenter la mortalité (le nombre de décès par véhicule sur les routes a chuté de 96% au cours des 60 dernières années; apparemment le trafic dense réduit les vitesses et accroît la vigilance des conducteurs).

De manière générale, les risques de l'autocar et du train sont tellement proches (et tellement faibles par rapport aux autres moyens de transport) qu'il est vain d'imaginer qu'on pourra mesurer avec certitude un effet négatif d'un recours accru à l'autocar. Surtout, si l'on voulait réellement réduire la mortalité, les premiers moyens de transport à bannir devraient être... le vélo et la marche à pied. Nous avons en effet une chance sur un million de mourir en faisant 27 km à pied, ou 32 km en vélo, ou 370 km en voiture. Il est peu probable que Noel Mamère se lance dans ce combat.

Viande rouge, charcuterie, et OMS

Coup de tonnerre: l'OMS annonce que la charcuterie est cancérogène, dans la même catégorie que le tabac; 50g de charcuterie par jour augmenterait de 18% le risque de cancer colorectal; la viande rouge, de son côté, serait "probablement" cancérogène. Qu'est-ce que cela veut dire exactement? faut-il arrêter le steak sous peine de mort dans d'atroces souffrances? Pas vraiment.

La classification des cancerogènes par l'OMS est probablement l'une des plus contre-intuitive qui soit. Elle ne mesure pas le degré de danger d'un produit, mais le degré de certitude sur le caractère cancérogène ou non d'un produit. Si la différence ne vous saute pas aux yeux, voici un exemple. Je vous tend un pistolet, sans vous dire s'il est chargé, et vous propose de jouer à la roulette russe avec. Ou alors, je vous propose de faire 370 km en voiture. Que préférez-vous? Le trajet en voiture est certainement un risque, mais ce risque est faible (un sur un million). Je ne sais pas si jouer à la roulette russe est un risque (le pistolet n'est peut-être pas chargé); mais si le pistolet est chargé, le risque est très grand (une chance sur 6).

En somme le classement de l'OMS indique que la viande transformée (donc, la charcuterie) est certainement cancérogène, et la viande rouge "probablement". Mais cela ne nous dit rien sur le niveau de risque, sur le nombre de cancer que cela provoque. le risque serait "18% plus élevé" pour les consommateurs de viande, mais c'est encore une présentation peu claire. "18% de risque accru" semble faire beaucoup; mais tout dépend du point de référence. Si le risque de départ est d'un sur 10 millions, 1.18 sur un million ne change rien. En l'occurence, sur 1000 personnes, on sait que 61 auront un cancer du colon au cours de leur vie. Pour les personnes qui mangent peu de viande, ce nombre descend à 56 sur 1000; pour ceux qui en consomment beaucoup, il monte à 66 sur 1000.

Micromort et Microvie

Pour rendre intelligibles ces niveaux de risque et faciliter la décision, ont été créés les concepts de micromort et de microvie. Une micromort est une chance sur un million de mourir. Cela correspond à la dose moyenne de risque que vous rencontrez un jour normal; des activités risquées menées ce jour-là vous ajoutent des micromorts. Par exemple, une anesthésie générale donne une chance sur 100 000 de décès, ce qui n'est pas très explicite; si on vous dit que cela fait 10 micromorts, soit 10 fois le risque quotidien moyen, c'est plus clair. De même, une journée au ski correspond à une micromort, comme 370 km en voiture ou 32 km à vélo. Une plongée correspond à 5 micromorts, courir un marathon à 7.

La microvie est elle utilisée pour évaluer les risques cumulatifs. En effet, si vous faites un trajet en voiture aujourd'hui et que vous y survivez, demain, votre niveau de risque est remis à zéro. Mais certains risques se cumulent dans le temps, comme le tabagisme, le manque d'exercice physique ou les mauvaises habitudes alimentaires. Une microvie correspond à 30 minutes d'espérance de vie supplémentaire. Fumer un paquet de cigarettes, par exemple, vous coûtera environ 10 microvies, soit 5 heures d'espérance de vie. Fumer un paquet par jour est alors comme un vieillissement accéléré: votre corps vieillit comme si les journées duraient 29 heures au lieu de 24.

20 minutes d'exercice dans une journée vous rapportent une microvie (par contre, de manière intéressante, l'exercice supplémentaire au delà de 20 mn apporte beaucoup moins). Boire une dose d'alcool par jour apporte une microvie, par contre, les doses suivantes vous coûtent des microvies (7 doses d'alcool, soit un litre de bière, coûtent 2 microvies). Une heure passée devant la télévision coûte une demi-microvie; être une femme vous rapporte 4 microvies par jour par rapport au fait d'être un homme; la dose de radiations d'une radio des poumons coûte 2 microvies.

Le statisticien David Spiegelhalter, inventeur du concept de microvie, a même développé un calculateur en ligne qui vous permet de déterminer vos microvies en fonction de différents facteurs de risque. Celui-ci vous permet d'avoir la réponse à la question qui fait le titre de ce post : est-il plus dangereux d'écouter Noel Mamère ou de manger de la viande rouge?

La réponse est la suivante. Supposez que Noel Mamère passe à la télévision dans une émission de 2 heures. Ne pas regarder cette émission (une microvie) vous permet de compenser la consommation d'environ 85 grammes de viande rouge(une microvie). Si vous buvez en plus un verre de vin (mais pas plus) vous aurez gagné une microvie (qui vous autorise à 85 grammes de viande supplémentaire). A vous maintenant de faire vos choix.

A lire aussi

  • Aucun article
  • Taley810

    OK , ça a coûté combien en microvie d'écrire cet article ? Parce que là franchement il faut avoir dépassé la dose d'un verre de vin pour en avoir eu l'idée très jubilatoire. ça rapporte combien en microvie le fait d'avoir aimé lire cet article ?

    • groinck

      Beaucoup !!!

  • yannlag

    Beaucoup trop de sujets pour quel que commentaire que ce soit !

  • yannlag

    Mais, Mamere est surement plus dangereux qu' une saucisse !

  • Chat Méchant

    La question fondamentale est : monsieur Mamère est-il plus ou moins appétissant qu'une saucisse ? Autre question : qui court le plus vite, monsieur Mamère ou une saucisse ? Si la saucisse est dans la poche intérieure gauche du veston d'Usain Bolt, la question ne se pose plus. Si la saucisse vient d'être mangée par mon chat (méchant), la question ne se pose pas non plus. Reste une dernière question : monsieur Mamère est-il plus dangereux que mon chat ? Ou inversement ? ? ? ?...

  • http://www.speculer.com Eromawyn

    Jouer à la roulette russe avec un pistolet... Qu'est ce qu'il faut pas lire comme abération...

    Petit rappel donc : ce sont les revolvers qui sont équipés d'un magasin rotatif (barillet) qui permet ce jeu stupide, et non les pistolets.

    • Padakhor

      Rien ne vous empêche de jouer à la roulette russe avec un pistolet mais vous êtes sûr de perdre (si l'arme est chargée).

  • Gilbert Kantin

    Le problème avec les stats d'espérance de vie est qu'elles fonctionnent aussi avec l'irrationnel ; risques de cancer et signe du zodiaque, couleur des vêtements et risque d'avc, on peut tout corréler avec du forage de données

  • herman

    Merci pour cet excellent article, et pour la petite rigolade finale.

  • Zecat