Interdire les sacs en plastique pour sauver la planète?

Le sac plastique, pas fantastique?

Segolène Royal l'a annoncé vendredi: les sacs plastique jetables devraient être interdits dans les commerces à partir du premier janvier prochain, remplacés par des sacs réutilisables ou des sacs biodégradables. Il y aurait urgence pour sauver les océans, remplis de milliards de particules de plastique qui sont avalées par les animaux, provoquant une hécatombe dans la faune marine.

Le communiqué de presse ne se prive pas d'exagérer l'ampleur de cette décision, en indiquant que "17 milliards de sacs plastique sont consommés en France, dont 8 milliards finissent dans la nature". Outre que le chiffre de 17 milliards de sacs consommés en France est une estimation assez ancienne, les "8 milliards de sacs jetés dans la nature" - qui laissent à penser que les français jettent un sac plastique sur deux dans la nature, ce qui paraît énorme - est le chiffre pour l'Europe toute entière. En fait, seulement 1% des sacs utilisés en France finiraient dans la nature, soit environ 150 millions. Même si la France passait à zéro, cela représente moins de 2% du total européen : pas de quoi changer grand-chose.

On y trouve aussi le fait que les sacs plastiques "restent 400 ans dans la nature". Etant donné que le sac plastique a été inventé en 1965, personne ne sait ce qu'il advient du sac dans l'environnement pendant 400 ans (ou mille ans, comme l'affirme le gouvernement britannique).

Le coût de l'interdiction

Il faut bien commencer quelque part, direz-vous; interdire les sacs en plastique, c'est déjà cela de pris. Mais c'est oublier une conséquence familière de ce genre de décision à haut impact symbolique et médiatique (tout le monde sera au courant que la France et sa ministre sauvent la planète); les effets pervers.

Les sacs réutilisables ont aussi un impact environnemental. Une fraction d'entre eux finira aussi dans la nature, le seul intérêt étant qu'ils seront réutilisés. Mais comme ils doivent être plus solides, ou sont en d'autres matériaux, leurs émissions de gaz à effet de serre sont plus importantes. Selon certaines études, vous devrez réutiliser environ 200 fois un sac en coton, et trois fois un sac en papier, pour générer moins de carbone qu'avec un sac en plastique jetable. C'est possible, à moins que les sacs réutilisables ne soient laissés à prendre la poussière dans un coin.

Utilisés plusieurs fois pour transporter des aliments, les sacs réutilisables ont un autre inconvénient: les bactéries s'y accumulent, et prospèrent, bien au chaud dans le coffre de la voiture. En Californie, où les sacs plastique sont interdits depuis longtemps, on trouve des coliformes fécaux dans près de la moitié des sacs réutilisables. Qu'à cela ne tienne : pour éviter que votre sac de courses ne provoque votre prochaine gastro-entérite, il faut le laver régulièrement. Cela augmente encore un peu leur coût environnemental: il va falloir utiliser des détergents et de l'eau. Si vous utilisez un détergent écologique, vous constaterez vite que celui-ci n'est vraiment efficace qu'avec de l'eau chaude; votre consommation d'énergie, et vos émissions de gaz à effet de serre, vont augmenter.

A moins que la conséquence ne soit simplement d'inciter les consommateurs à préférer mettre dans leur sac des produits bien hermétiquement emballés... dans du plastique. Or, lorsque vous faites vos courses, le sac plastique qui contient vos achats ne constitue que 1% de votre impact environnemental; 7% provient des emballages des produits; tout le reste provient des produits eux-mêmes. Arrêter l'usage des sacs plastique réduira au mieux votre impact environnemental de manière imperceptible; et a de bonnes chances, au bout du compte, de l'augmenter.

Il faut enfin noter que tous les actuels producteurs de sacs plastique vont s'adapter à la diminution de demande qu'ils rencontrent; ils pourront utiliser leurs installations industrielles pour fabriquer d'autres objets en plastique, réduisant leur prix. Le plastique non consommé dans les sacs se retrouverait alors dans d'autres objets ou emballages dont le prix se mettrait à baisser.

Vraiment sauver la planète, c'est compliqué

Vous pouvez enfin dire que ces effets pervers sont possibles mais pas certains. Mais vous noterez que rien n'est prévu pour y réfléchir, pour essayer de mesurer l'impact réel de la décision d'interdiction sur l'environnement. Au lieu de cela, elle est défendue à grand renfort d'effets d'annonce et de chiffres exagérés. Cela n'incite guère à l'optimisme.

Le journaliste Prashant Vaze a tenté, pendant un an, de vivre en minimisant son empreinte environnementale, et en a fait un livre. Il avait constaté que la tâche est extrêmement complexe et contre-intuitive. La provenance des produits et l'obsession sur "l'achat local"? Contre productive. Les fleurs qui arrivent du Kenya par avion sont bien moins polluantes que celles produites en Hollande dans des serres chauffées au gaz naturel. Il est préférable pour la planète d'importer de l'agneau néo-zélandais, produit dans un pays au climat adapté et bien pourvu en énergie hydro-électrique, que d'acheter de l'agneau provenant du pré voisin, même issu de l'agriculture biologique (il vaudrait mieux, dans ce cadre, réduire considérablement sa consommation de viande rouge). Utiliser son lave-vaisselle est bien moins polluant que de faire sa vaisselle à la main. Le lait de votre tablette de chocolat, qui vient des vaches de la région, est bien plus polluant que le chocolat importé depuis des milliers de kilomètres; même chose pour le lait de votre cappuccino comparé au café. A Londres, les bus contiennent en moyenne 13 passagers, ce qui fait qu'ils émettent au bout du compte plus de polluants par passager transporté que les voitures. Etc, etc.

Face à une telle complexité, Les économistes préconisent de recourir au mécanisme des prix, à l'aide par exemple d'une taxe sur le carbone. Celle-ci permettrait, de manière décentralisée, à chacun de choisir le moyen qu'il juge le plus efficace et satisfaisant de réduire son impact sur la planète. On peut faire beaucoup de critiques à cette manière de penser. Mais pour l'instant, l'alternative est uniquement constituée de mesures à fort effet d'annonce, à l'efficacité douteuse, qui permettent aux politiques et aux citoyens de se donner bonne conscience, avec des effets nuls voire contre-productifs. Le tout au nom du "il faut bien faire quelque chose".

Il devrait être possible de faire mieux que cela.

 

A lire aussi

  • Aucun article
  • danco

    Détruire par le feu est acceptable pour le plastique mais pas pour le papier encore moins pour les livres.

    • Philippe Michon

      Bonjour
      Bravo à cet article.
      Oui les chiffres et l interdiction du plastique contribuent à la notoriété de la Ministre.L'interdiction va détruire quelques emplois dans les usines françaises qui fabriquent et personnalisent les sacs pour les petits commerçants.
      Mais il paraît selon la ministre qu il n y pas de fabrication française.
      FAUX c est un tissu industriel régional fait de petites structures qui survivent contre les productions asiatiques. Et qui ne contribuent certainement pas à réchauffement climatique..
      La grandfe distribution va quant à elle importer encore plus cabas. Aucune mesure n est prise pour le recyclage des plastiques et l économie circulaire, rien pour favoriser l utilisation de sacs biodegradables, pas compostables, car composter un sac, c est faire rentrer dans la chaîne alimentaire des sacs dits à base végétale mais qui comporte 60% de polyester issu du petrole pas vraiment prévu pour être alimentaire !
      Cette mesure est contre productive du point de vue économique et environnemental, car le papier actuellement en plein essor , le coton ont un impact écologique bien plus grand qu un sac plastique reutilisable en sac poubelle....peut être la prochaine interdiction !!!???

  • le_chtis

    Article inutile et dont le bilan "neurone" est probablement assez faible. Ou
    encore comment toujours prendre le contre-pied en disant n'importe quoi.
    Première chose, le bilan carbone (sur lequel vous vous appuyez pour
    hiérarchiser les impacts environnementaux) n'est malheureusement pas l'unique critère et est même souvent limite d'un point de vue méthodologique (les pollutions de l’eau sont probablement plus préoccupantes que deux ou trois grammes de CO2 en plus ou en moins, pour les 2°C c’est surtout sortir des centrales à charbon qui mettrait de faire au moins 2/3 du chemin, mais quand on n’y connait rien, on ne peut pas en parler !). Mais continuons.
    "On trouve des coliformes fécaux dans près de la moitié des sacs réutilisables", et alors ? C'est pas parce qu'il y a "fécaux" dans la phrase (pour laisser supposer que l'on va manger de la m**e) que l'hygiénisme débilitant doit faire son office! Combien de traces d'urine sur les cacahouètes au bar sans pour autant que cela n'ait d'incidence sur la santé des alcoolos du bar! Désolé, mais les crottes de bactéries, ne sont pas forcément mortelles ou nocives!
    « Les fleurs qui arrivent du Kenya par avion sont bien moins polluantes que celles produites en Hollande » Bah ... évidemment! Si tes fleurs, elles poussent
    ous serres surchauffées, le bilan carbone va être tout pourri, même ma
    grand-mère, elle aurait deviné (paix à son âme) Mais, ce qui n'est pas dit, c'est que "consommer local" ça veut aussi dire "consommer de SAISON"! Manger des fraises de Bretagne en décembre, c'est évidement idiot d'un point de vue environnemental! L'intelligence, ce n'est pas de choisir entre la peste et le choléra mais d'éviter les deux! L'idée, c'est de ne pas consommer ces produits, ou du moins qu'en saison, mais là on s'attaque à l'"homo œconomicus" alors c'est plus dans l'espace de raisonnement de l'économiste!
    Idem « A Londres, les bus contiennent en moyenne 13 passagers, ce qui fait qu'ils émettent au bout du compte plus de polluants par passager transporté que les voitures ». Et alors, l’idée, c’est quoi ? … supprimer les bus ? … c’est pas ça qui va améliorer le bilan carbone ! … il faudrait plutôt les remplir ces bus, non ?!

    En résume, quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage!

  • https://github.com/ffevotte François

    Article intéressant, mais il y a quand même un point qui n'est pas abordé : comme vous le notez en introduction, l'objectif affiché en premier lieu pour ce genre de mesures n'est pas le coût carbone, mais plutôt la pollution des océans. Et même si je n'ai pas de chiffres pour le prouver, j'imagine qu'il est plausible que les sacs réutilisables aient moins de chances de finir dans l'océan que les sacs jetables. Ce qui pose la question (difficile) : quel coût environnemental (en termes de CO2, consommation énergétique, etc.) est on prêt à consentir pour un gain en termes de pollution marine ?

  • drloser

    ..

  • Emma

    "ils pourront utiliser leurs installations industrielles pour fabriquer d'autres objets en plastique"
    Vous ne connaissez visiblement pas grand choses aux contraintes industrielles !
    Un fabricant de film plastique ne peut pas utiliser ses machines d'extrusion pour faire du moulage ou autre technique. Bref une usine ne s'adapte pas comme ça.

    Sinon la quasi totalité de pa prod de sacs de crise vient d'Asie donc l'impact sur l'emploi français est neutre.

    De plus cette mesure est destinée à lutter contre la pollution des océans.