Faites vos prévisions pour 2013 comme un économiste

Bonne année 2013 à tous les lecteurs de francetv info, et de ce blog.

Comme chaque début d'année, celui-ci est consacré aux prévisions économiques. De nombreux commentateurs s'y livrent, expliquant ce à quoi nous devrions nous attendre pour l'année à venir. Comment vont évoluer la croissance, le chômage, l'inflation, l'an prochain? La crise de la zone euro va-t-elle se poursuivre? Qui remportera telle ou telle élection? Le prix de l'immobilier, des matières premières, des produits agricoles, vont-ils augmenter ou diminuer? La Bourse va-t-elle monter? Des crises politiques, des révolutions, des conflits vont-ils se produire, et où?

Nous voulons connaître l'avenir, mais c'est impossible

Nous avons un désir insatiable de connaître l'avenir. Malheureusement, nous en sommes largement incapables. L'économiste Frank Knight distinguait les situations de risque, dans lesquelles il est possible de faire une liste de toutes les issues possibles (par exemple, le résultat d'une élection présidentielle, dans laquelle le gagnant sera forcément l'un des candidats) et sur laquelle on peut établir des probabilités; et les situations d'incertitude, dans lesquelles les éventualités sont inconnues. Les premiers types de situation se prêtent plus ou moins bien au calcul, à l'analyse de données, à la modélisation, méthodes qui permettent d'obtenir des résultats raisonnablement satisfaisants. Etrangement, la majorité des commentateurs prévisionnistes négligent ces méthodes, préférant leurs intuitions aussi fulgurantes que fausses, ce qui confère aisément un statut de magicien à ceux, comme Nate Silver, qui les utilisent et obtiennent des résultats.

Mais pour le reste, la prévision est impossible. Même si l'on peut identifier des circonstances favorables aux révolutions ou aux changements de régime, ce qui provoque les vraies révolutions est imprévisible. Qui pouvait prévoir la séquence d'évènements allant de brutalités subies par un obscur marchand ambulant tunisien à une guerre civile en Libye, et à la scission du Mali? L'économiste Thomas Schelling, le sociologue Mark Granovetter, ont construit de nombreux modèles montrant que des évènements mineurs, indétectables, peuvent avoir des conséquences considérables. Même a posteriori, il est difficile de donner une réponse simple à la question "que s'est-il passé?". Aucun historien ne saurait répondre avec certitude à la question "les causes et les conséquences de la révolution française".

Or, les phénomènes sociaux et économiques relèvent de cette catégorie, rendant la prévision très difficile. A une demande de prévisions d'avenir extrêmement forte répond une incapacité structurelle à répondre. La prévision socio-économique et politique est donc un art tout particulier, dans lequel le prévisionniste doit satisfaire l'inquiétude insatiable de son lecteur tout en dissimulant soigneusement son incapacité à le faire réellement. Voici quelques techniques de l'art du prévisionniste :

1Soyez très sûr de vous

Une prévision sérieuse devrait inclure des conditionnels, une évaluation, même grossière, de l'incertitude qui l'accompagne. Oubliez tout cela, et soyez péremptoire. Soyez tranquille : personne ne viendra relire vos prévisions de l'année précédente. Par contre, on vous reprochera la nuance et l'admission honnête des limites de vos capacités. Pour accentuer cela, n'oubliez pas le conseil suivant :

2Utilisez des chiffres. Avec des virgules.

Comparez les deux énoncés suivants : "En France, le chômage va augmenter l'année prochaine, et la croissance sera faible" et "le chômage va augmenter l'année prochaine, passant à 10,9%, tandis que la croissance sera de 0,19%". Le second a l'air bien plus scientifique. Pour peu que vos chiffres aient l'air raisonnable, ils donnent à une prévision un air de scientificité indéniable. L'utilisation de décimales suggère, elle, l'application de méthodes sophistiquées. Surtout, n'indiquez pas ce qui donnerait une réelle scientificité à vos évaluations chiffrées, comme des marges d'erreur ou des probabilités (cf conseil numéro 1).

3Soyez flou, général et grandiloquent

Les vastes généralités se prêtent bien aux prévisions ayant l'air sérieux mais ne comprenant aucun contenu informatif, ce qui permet par la suite d'affirmer que l'on a eu raison. "En 2013, le basculement du centre de la géopolitique mondiale vers les pays émergents va se poursuivre." Outre que le basculement d'un centre est un phénomène physiquement indescriptible, l'expression générale est suffisamment floue pour que quoi qu'il arrive par la suite, la phrase semble validée.

4Répétez la même chose que les autres prévisionnistes

Keynes constatait qu'il vaut mieux avoir tort avec la foule que raison contre elle. Appliquez ce conseil à vos prévisions. Si vous vous plantez, personne ne viendra vous le reprocher, puisque tout le monde s'est trompé aussi. Évitez à tout prix d'avoir raison trop tôt. Les autres prévisionnistes risquent de se moquer de vous dans un premier temps, puis de vous détester pour leur avoir donné tort. Répétez ce que dit tout le monde, c'est bien plus prudent.

5Répétez vos prévisions précédentes, jusqu'à ce qu'elles se réalisent

Vous avez prédit il y a trois ans que l'immobilier allait baisser, qu'il allait y avoir un krach financier, et cela ne s'est pas produit? Prédisez-le à nouveau. Et recommencez chaque année. A terme, cela finira par marcher. Lorsque c'est le cas, annoncez triomphalement que vous avez raison et que vous aviez vu juste depuis le début.

6Faites énormément de prévisions

C'est le même principe que l'idée précédente : de la même façon qu'une montre arrêtée donne l'heure exacte deux fois par jour, une liste suffisamment longue de prévisions finira statistiquement par en comporter une exacte. Ensuite, évidemment, insistez sur celle-là, et négligez soigneusement toutes les autres. Prenez par exemple tous les conflits du monde, et indiquez que parmi eux, l'un au moins va se terminer. C'est imparable.

7Extrapolez

Prolonger les courbes est une excellente façon à la fois de faire un pronostic plausible et d'avoir raison (après tout, les grandes turbulences sont rares). Supposer que ce qui s'est produit l'an dernier va se reproduire, poursuivre les courbes du passé immédiat, est une façon assez tranquille de faire des prévisions. N'oubliez pas que le prévisionniste qui, chaque année au cours du XXe siècle, aurait prévu une année de paix totale en Europe, aurait eu raison 90% des fois (les exceptions étant 14-18 et 39-45...), bien mieux que la plupart de ses concurrents.

8Choisissez un camp idéologique, et faites des prévisions qui plaisent à ses membres

Depuis l'analyse de la façon dont les membres d'une secte millénariste réagissent à l'échec de la prévision sur laquelle toutes leurs croyances étaient assises, on sait que la capacité des gens à se bercer d'illusions (en langage savant, on appelle cela la dissonance cognitive) est presque infinie dès lors que ces illusions confirment leur vision du monde. Prévoyez pour bientôt (mais ne donnez pas de date précise, évidemment...) une économie en déroute, une faillite publique, la ruine de la nation, et tous les gens très mécontents du gouvernement actuel vous prendront spontanément au sérieux. Les autres se sentiront obligés de vous réfuter, ce qui donnera encore plus de publicité à vos propos et confortera ceux qui se disent que vous pensez juste.

9Répétez inlassablement vos prévisions passées vaguement réussies, oubliez toutes les autres

Ce conseil va sans dire, après les précédents. Il n'est pas nécessaire d'avoir vraiment raison pour faire croire qu'une prévision passée est juste; il suffit de le faire croire. De toute façon, la majorité des commentateurs ne comprennent pas ce qui se passe. Par exemple, annoncez que les opérateurs sur les marchés vont lancer une attaque sur le dollar, dont la valeur est selon vous surévaluée, ce qui provoquera une crise bancaire aux Etats-Unis. Puis, si une crise bancaire se produit aux USA pour une tout autre raison (au hasard, un krach immobilier), affirmez sans relâche que vous aviez tout prévu. Vous entrerez dans le club très fourni des gens qu'on appelle ensuite "le seul homme qui a prédit la crise" (car les femmes ne prévoient jamais rien, c'est bien connu). Par contre, oubliez soigneusement toutes les prévisions ratées, ou appliquez-leur la règle numéro 6.

Avec tous ces conseils, vous voilà prêt à construire un bel essai de prévisions pour 2013. Et de lire avec un certain recul les abondantes prévisions dont vous allez être abreuvé. N'oubliez pas qu'une seule prévision se réalise toujours : il y aura en permanence des gens pour faire des prévisions aussi péremptoires que fausses sur la base d'une grande théorie générale, et une abondance de crédules pour les suivre.

A lire aussi

  • http://twitter.com/ProseFTW Prose

    Très vrai !
    J'en profite pour apporter une petite rectification : la dissonance cognitive est un état d'inconfort psychologique résultant d'une incompatibilité entre deux cognitions (par exemple, concernant la secte de Festinger : cognition 1 -> croire que la fin du monde va arriver à une date précise ; cognition 2 -> constater que ce n'est pas le cas). Il existe ensuite différentes stratégies pour réduire cet inconfort/cette dissonance ("(la capacité à) se bercer d'illusions", comme vous dites, est une stratégie possible). Attention donc à ne pas confondre les conséquences de la dissonance et la dissonance à proprement parler !

  • Gele Gerard

    mes prévisions,

    Les 7 travaux d’Hercule du
    quinquennat de François Hollande.

     

    Après avoir nié la réalité et la
    gravité de la crise, le PS va devoir faire face au mur des réalités, cela en
    complète contradiction avec ses promesses électorales, à cent lieux de la ligne
    idéologique traditionnelle d’un PS français très à gauche ! imprégnés   de l’idéologie marxiste ?

     

    1 : L’équilibre des
    budgets : Avec la récession et nos prélèvements à 48 %,   nos dépenses à 56 %, l’objectif de 0% de
    déficit en 2015, c’est mission impossible. C’est 100 milliards d’économie qu’il
    faudrait faire annuellement.

     

    2 : Compétitivité : 30/40
    milliards d’impôts et de taxes sur les entreprises (droite et gauche). Pour
    2013, une nouvelle niche sous forme d’un crédit d’impôt de 20 milliards. Cela
    ne redonnera pas de la compétitivité face à nos concurrents, tout au plus une
    amélioration des faibles marges françaises. 

     

    3 : Réforme fiscale : (ex
    Piquetti) la promesse d’une vaste réforme est reportée…

    Monstrueuse et tentaculaire, notre
    pieuvre fiscale est difficilement modifiable. Impôts, taxes, cotisations, ISF,
    CSG, etc c’est une bombe pour nos politiques.

     

    4 : Retraites : Après la
    mini réforme de Nicolas Sarkozy, le PS est face aux réalités qu’il a toujours
    niées….Au parlement, dans la rue, avec nos syndicats et leurs  soutiens farouchent aux régimes publics et
    spéciaux ! C’est une 2ème bombe à retardement  pour le gouvernement.

     

    5 : Sécurité Sociale : Équilibrer les comptes, réduire les dépenses, combattre les corporatismes,  les abus, 
    Ce n’est pas dans les gênes de la gauche ,  qui considère que la sécu est l’alpha et
    l’oméga de son humanisme.

     

    6 : Chômage et emplois : Face à la crise économique, les
    mesures prises en 2013 ne peuvent qu’aggraver notre chômage de masse. Folie
    fiscale, émigration des entrepreneurs, des investisseurs français et étrangers,
    ce qui accélère les délocalisations, les fermetures d’entreprises  qui désertent la France, ses
    réglementations,  ses impôts et une
    faible rentabilité. 

     

    7 : Croissance : Un mirage
    qui comme l’horizon recule quand on avance ? Structurellement faible en
    Europe, la France est, par manque de courage politique, a la traîne pour la
    mise en œuvre des réformes de structure. L’exemple de l’Allemagne, des pays du
    Nord est dénigré par nos socialistes français. 

     

    Pour ces sept raisons, les défis
    que François Hollande doit affronter sont très difficiles ! Encore plus
    avec pour alliés politiques, les Verts, les utopistes d’extrême gauche.  En aura-t-il la force, le courage politique,
    j’en doute !  Surtout si une crise éclate
    entre les différents courant du PS. En cas de désastre économique, de conflit
    politique, il se peut que François Hollande ne termine pas son
    quinquennat ! vos avis SVP

     

    Déception à venir ! Pour le PS, pour les
    gauches !  Soit le programme  est mis en place, et dans ce cas une
    catastrophe économique ravagera la France ! Soit face aux réalités
    économique François Hollande fera une politique de rigueur
    ( social-démocrate ) et  donc la
    frustration des électeurs de gauche serra grande ! Avec des troubles
    « révolutionnaires » des syndicats, de l’extrême gauche.  Ce qui nous attend ; échec du pacte
    budgétaire, échec de la compétitivité, échec de la réduction de la dette.
    Poursuite de notre déclin…

     

    Prévisions 2013/2017 apocalyptique
    pour la France :  du libéral,
    déclinologue : G G

     
     

  • Isaac

    Je me permets d'ajouter deux remarques :
    - 90% d'années de paix en Europe au XXème siècle ? C'est un peu rude pour nos amis des Balkans ça...
    - je suggérerais aussi de toujours faire des prévisions PESSIMISTES : si on échappe au pire on sera tellement content qu'on ne vous en voudra pas. Mieux, ce sera peut-être grâce à vos avertissements qu'on aura évité la catastrophe !!

  • Matthieu Bizien

    > N'oubliez pas que le prévisionniste qui, chaque année au cours du XXe siècle, aurait prévu une année de paix totale en Europe, aurait eu raison 90% des fois (les exceptions étant 14-18 et 39-45...), bien mieux que la plupart de ses concurrents.

    On peut monter à 96%, en prédisant que l'année prochaine sera dans le même état (ie guerre ou paix) que l'année actuelle, les quatre erreurs étant 14, 18, 39 et 45. Très bon article.