Gérard Depardieu s'installe en Belgique. Et alors?

Que n'a t'on pas lu depuis l'annonce de l'installation de Gérard Depardieu en Belgique, pour raisons fiscales. Mauvais français, "affairiste poujadiste et aviné, pathétique star en naufrage", qui mériterait d'être "déchu de sa nationalité" comme tous ces traîtres à la patrie qui manquent de générosité et de solidarité.

A gauche, on n'a pas de mot assez durs contre ces abjects individus qui osent chercher à payer moins d'impôts; à droite, on voit là le symbole d'une fiscalité française devenue intolérable à cause de la politique de la majorité. Tout le monde communie dans la détestation du fuyard. Les paradis fiscaux avaient été l'un des grands sujets du précédent gouvernement; un individu distrait aurait même pu croire que les paradis fiscaux, c'était fini. Le marronnier de l'évasion fiscale des célébrités, quant à lui, ne disparaîtra jamais.

Des fiscalités globalement comparables

Le plus ridicule dans les réactions à ce débat aura été l'idée répétée, et entretenue après la récente affaire Bernard Arnault, que la Belgique est un paradis fiscal. Voilà une idée qui fait bien rire les belges, qui subissent l'une des fiscalités les plus élevées en Europe. pour un salaire brut de 50 000 €, un belge touchera un salaire net de 32000, contre 37000 pour un français.

Il est vrai que la fiscalité du capital est moindre en Belgique, ce qui incite les français disposant d'un patrimoine important, mais qui ne constitue plus leur outil de travail, à s'y installer. Depardieu rejoint ainsi la famille Mulliez, et d'autres notables du nord de la France, qui constituent un quart de la population de la ville belge d'Estaimpluis, proche de la frontière française.

Au bout du compte, pour une pression fiscale globale identique à la France, la Belgique taxe plus le travail et moins le capital. Est-ce un bon ou un mauvais choix? C'est un vaste débat parmi les économistes. De nombreux arguments suggèrent que la fiscalité du capital devrait être plus faible que celle du travail, mais ils sont très discutés. A pression fiscale égale, l'économiste est en tout cas bien en peine de dire quel système fiscal, entre les deux pays, est le meilleur (ou le moins pire).

L'hypocrisie française

Par contre, les belges riront moins en découvrant la vidéo ci-dessous, création récente de l'agence française pour les investissements internationaux, agence de Bercy chargée d'assurer la promotion de la France auprès des investisseurs internationaux, d'où est extraite l'image qui illustre ce post. On y voit que l'argument principal avancé par le gouvernement français pour l'attractivité nationale, ce sont... des exonérations fiscales.

Et cela n'a rien d'étonnant. Comme toujours, les paradis fiscaux ne sont pas ces petits pays que l'on se plaît à stigmatiser; les vrais paradis fiscaux prospèrent, comme je le rappelais dans ce vieux post, à l'intérieur de tous les pays, en particulier la France. On pourrait y ajouter que les petits pays, comme la Belgique, n'ont pas les moyens d'offrir des ponts d'or aux grandes entreprises, ou de faire pression sur elles lorsqu'elles cherchent à fermer des sites. Ce sont eux qui subissent de plein fouet les fermetures d'usines pendant que les ministres français plastronnent à la télévision en affirmant qu'ils ont "sauvé des emplois".

En s'installant en Belgique, Gérard Depardieu bénéficie d'un accord entre la France et la Belgique. Si celui-ci ne convient pas, il devrait être modifié. Mais cela ne se fera pas, parce que sans nous l'avouer, nous savons que les paradis fiscaux nous apportent plus d'avantages que d'inconvénients. Les taxes collectées sur le groupe Auchan sont infiniment plus importantes que l'impôt sur le revenu ou le patrimoine de la famille Mulliez; Depardieu, indépendamment de sa contribution à la culture française, a généré infiniment plus de recettes fiscales par ses films que les quelques pertes subies suite à son installation belge. A trop pourchasser les exilés fiscaux, on risquerait de les dissuader réellement de maintenir leurs activités économiques en France, ce dont personne n'a vraiment envie.

L'impossible harmonisation fiscale

Bien évidemment, après avoir hurlé au bannissement du traître à la patrie, nos commentateurs déplorent l'absence d'harmonisation fiscale en Europe. Mais ces regrets contiennent l'explication de cette absence d'harmonisation. Pour nos politiques, ceux qui doivent harmoniser leur fiscalité, ce sont les autres, jamais nous. Le problème, ce sont les taux d'imposition moins élevés dans les autres pays; jamais les taux élevés dans les autres.

Jamais les débats nationaux sur la fiscalité n'intègrent les autres pays, autrement que comme menace. Il faudrait augmenter l'impôt irlandais sur les bénéfices des sociétés - et tant pis pour les irlandais si cela les ramène au début des années 80, quand ils étaient l'un des pays les plus pauvres d'Europe. Les belges aussi, devraient faire un effort et augmenter leur fiscalité sur le capital; nous, français, de notre côté, n'hésiteront pas à faire un "choc de compétitivité" pour rendre nos salariés plus compétitifs que les autres européens et attirer les investisseurs. Une harmonisation fiscale européenne aurait comme premier effet de nous obliger, pour nous aligner sur les autres, à réduire considérablement fiscalité et dépenses publiques; les politiques français peuvent s'époumoner, ils ne sont de ce fait guère crédibles. Dans le fond, la France ne veut de l'Europe que lorsqu'elle lui ressemble, et l'ignore totalement lorsque ce n'est pas le cas.

A lire aussi

  • Amodonv

    J espère que c est la Sécurité sociale belge qui le prends en charge !!! et pas nos impôts.

    • Sylvain

      Amodovn, j'ai vécu ét travaillé longtemps en Belgique, alors je peux vous répondre.

      Sécurité Sociale Française ou bien "Mutuelle Belge" (équivalent de notre CQ) ?... ça dépend.
      Si les revenus de M. Depardieu sont en France, alors il cotisera pour la Sécu (F). Mais si, à l'avenir, il travaille en Belgique, alors ses prélèvements sociaux seront pour la Mutuelle (B), et il bénificiera des prestations sociales de ce pays (peu ou prou équivalentes aux notres).

      Le lieu ou il habite ne change rien.

      Exemple: ma pomme. Je travaille à Paris, mais j'habite à Bruxelles. Pour des raisons qui me regardent et n'ont rien à voir avec une stratégie fiscale (je suis membre de la classe moyenne et non un nanti). Je cotise  pour la Sécu en France, je paye mon IR en France. Je paye en revanche mes impots locaux en Belgique (qui sont calculés, très intelligement sur mon revenu et grâce à des indices, que l'on appelle "Précompte Immobilier" et "Revenu Cadastral").
      Pour ce qui est de mes dépenses de santé. Si je vais chez le médecin à Bruxelles, je fais l'avance et puis je suis remboursé par la Sécu parisienne, c'est à dire celle pour qui je cotise.
      Point.

      Ma situation est simple, car Paris et Bruxelles ne sont pas des villes dites "Frontalières". Pour ce nouveau cas, on peut arbitrer sur différents types d'impôts. Mais en aucun cas pour les cotisations sociales.

      Alexandre: Merci de rappeler que le Petit Royaume n'est pas un paradis fiscal. Cette vision Franchouillarde, et assez condescendante envers un pays voisin et ami commence à me gonfler.

      Par ailleurs, même pour un riche voire un très riche, il y a une autre raison qui peut inviter à s'installer en Belgique : le prix de l'immobilier, qui oscille entre 1000 et 3000 euro le m² dans la capitale belge... Vous avez compris.

    • Yves

      Depardieu a cotisé à la sécu probablement 100 fois plus qu'il ne lui a coûté jusqu'à maintenant. Et même en partant résident en Belgique, il est fort a parier qu'il continue de contribuer aux cotisations sociales françaises beaucoup plus que vous ^(investissements dans ses restaurants et boutiques ... essayer de comprendre comment fonctionne l'économie !!

  • neouvielle

    Puisque nous sommes dans le cinéma,  dans un "Un après midi de chien", le personnage principal,  campé par Al Pacino, est retranché dans la banque qu'il vient de braquer. Le FBI lui propose un marché (de dupes..).

    -Je voudrais qu'on me fasse un bisou!

    Pourquoi un bisou?

    -Eh bien, avant de me faire b.. j'aimerais qu'on me fasse un bisou..

    Les "riches" c'est un peu la même chose.. Certains voudraient bien donner leur argent mais ils aimeraient qu'on leur demande gentiment.

    Avec la position des socialiste à propos des riches, des patrons, de ceux qui osent et qui entreprennent, c'est mal barré..
     

    • Kutabare

      Certains voudraient bien donner leur argent mais ils aimeraient qu'on leur demande gentiment.....

      Et pourquoi devrait-on demander gentiment aux seuls riches?

    • Etienne59

      Ouais c'est vrai, ce qui entreprennent sont lourdement taxé, mais tout le monde à son échelle est taxé vous savez ! On ne peut tout de même pas prendre de l'impôt à quelqu'un qui vit en deça du seuil de pauvreté...

      Pour ce qui est de Depardieu ou de toutes celles et ceux qui ont du bien au soleil et bien je ne critique pas car si j'étais dans ce cas de figure j'en ferai peut être autant. Normal qu'avec une Europe inégale sur le plan fiscal on cherche la situation la plus agréable pour soi même et les siens !

      J'écoutais récemment un riche industriel installé en Suisse qui expliquait que le différentiel d'impôts sur une année avec ce qui se pratiquait en France était de 300 000 euro à son avantage là bas, je pense que pour moins que cela en différentiel je ferai le déplacement !

      300 000 euro d'impôts en moins peut être, mais 300 000 euro pour les miens, pour ma famille par exemple, pour mes enfants aussi par exemple !

      Vive l'Europe aussi ! comment voulez vous que ça aille avec de pareilles disparités ?

    • Izpegi

      "de ceux qui osent et qui entreprennent," haha,je ris ! trop facile d'entreprendre "courageusement" avec l'argent des autres....Ce sont les ouvriers la force d'une nation,les patrons en sont son handicap de départ...Hélas,...

  • librechoix

    On a aboli la liberté de circulation en Europe??

    • Izpegi

      Non mais on essaie de le faire pour la malhonnéteté et les donneurs de leçons qui partent dés qu'il faut payer des  impôts et qui te disent le reste de l'année que c'est bien de payer des impôts.Ceux qui ne devraient pas en payer ce sont les smicards et pas les stars de tous bords....Ce sont les français qui lui ont fait son beurre (rance, je l'avoue...)il faut qu'il paie ses impôts en France sinon c'est de l'évasion fiscale.Il faut un minimum de protectionnisme en tant de crise.

      • Le claude

        Mais qu'attendez-vous pour avoir du talent comme lui et gagner beaucoup d'argent, plutôt que d'être jaloux ou aigris. D'accord avec librechoix, on est encore libre de ses choix, sinon cela s'appelle une dictature.

        • Boubou

          Ah, c'est donc le talent qui rapporte ? Ah ouais, comme tous les riches héritiers des grands groupes français, planqués en Suisse.

  • neouvielle

    Voyons.. si j'étais riche et que nos chers zélus et gouvernants de gauche me fustigent du matin au soir sur toutes les ondes et dans tous les journaux, tout en m'avouant en aparté: Tout ça c'est pour tranquiliser le bon peuple, en réalité on vous aime bien et on est content que vous soyez là, comment réagirais-je?

    Eh bien il est à craindre que je ne sois pas entièrement satisfait.. qui le serait?  Quelques "masos" et fiers de l'être?

    Parce que quand on voit le délire quand un riche pourtant honni quitte la France (alors qu'on devrait se réjouir si on avait un minimum de suite dans les idées!), cela me fait penser à un dépit amoureux. On adore sa femme mais on s'ingénie à lui rendre la vie impossible en jouant les machos pour impressionner son entourage!

    Et, bien évidemment, quand elle nous quitte on est inconsolable..
     

    • devill

      le gouvernement serait à côté de la plaque avec ses affirmations annulées ds les minutes qui suivent c'est de l'imposture et marre de ces jugements stupidesau ras des pâquerettes les "gros industriels qui se pavanent là est-ce  l'argent des consos qd des industriels le font s'expatrient  ? j'adore mr G.Depardieu j'aurais voulu le rencontrer un jour j'ai rencontré D.Auteuil il était si jeune sur la scene de la porte ST Martin
      pour le reste si mr S.Guillon un humoriste seulment pour une seule cause alors ce n'est pas un vrai humoriste ? pouvait aussi sauver le P.S on n'en serait pas là
      à de tels comportemnts

    • pierrot le fou

      Je suis globalement d'accord avec vous.
      A une nuance près: le comportement des exilé fiscaux est forcement compréhensible, au vu notamment de la fiscalité folle mais aussi du discours de haine ambiante envers ceux qui ont réussi.
      MAIS, la France ne se résume pas à sa petite élite dirigeante (politique et médiatique) plus ou moins marxisante.
      De ce fait, l'effort de solidarité nationale se fait (globalement et sans être naïf) pour le biens de tous, y compris pour ceux qui bossent et qui apprécient de bénéficier d'une éducation, d'une santé gratuite etc...
      Et même si cet effort de solidarité peut laisser un gout amer au vu de certaines dépenses inutiles, nous nous devons quelque soit notre richesse d'y contribuer.

  • Gele Gerard

     

     Les riches !l’ISF, adieu, lait, veaux, vaches,
    cochons…….Emplois  !

     

    L'enfer
    fiscal français: résultat: émigration et 
    exode des forces vives. Les raisons, elles sont multiples : les impôts,
    les taxes, ISF, les droits de successions, l'inertie et les persécutions
    administratives, l'idée pour des jeunes diplômés entreprenants que l'avenir est
    bouché par des offres d'emplois 
    restreintes.  Résultat : les
    paradis  du monde libéral, où la liberté
    d'entreprendre est plus facile, mieux valorisée, accueillent à bras ouverts nos
    "Emigrés" avec leurs coûteuses formations, leurs talents et leurs
    capitaux.

     

    En France, nous sommes
    très intelligents,  on diabolise les
    "riches" forcément exploiteurs, donc qu'il faut, jalouser, taxer,
    spolier et pour finir les pousser hors de France par les persécutions  fiscales, réglementaires, morales.

     

    Par
    des impôts excessifs, on  pousse aux
    délocalisations et l'on pénalise nos entreprises face à nos concurrents, ce qui
    explique notre chômage de masse et nos salaires bloqués. Le fameux pouvoir
    d'achat est en berne !  Seule la
    création de richesses par le travail et par l'épargne peut générer du pouvoir
    d'achat.

     

    Moralité:
    l' ISF, l'impôt le plus stupide, le plus pervers, il se venge des politiques !
    Environ : 4 milliards de recettes pour 14/15 milliards de pertes fiscales !

     

    Apparemment
    nos énarques ne savent pas faire une soustraction ! Restent 14/15 milliards de
    recettes fiscales perdues à la charge des classes moyennes et environ 500 000
    emplois perdus pour la France. Il faut se rappeler que 300/400/600 ?  milliards d'euros ont quitté la France
    depuis 1993 par la création de l'impôt le plus démagogique mis en place par nos
    élus et qu'ils n'osent pas supprimer

    Les capitaux qui
    sont partis à l’étranger du fait de l’ISF sont très largement sous estimés par
    les services du Ministère de l’Economie.

    Sur cette base, le
    manque à gagner pour le Trésor serait d’environ 15 milliards € par an, soit
    quatre  fois le produit de l’impôt. Il
    est vraisemblable que ces 300/400 milliards € épargnés par des Français à
    l’étranger du fait de l’ISF, privent le pays de plusieurs dizaines de milliers
    d’emplois.

     

     

     

     

  • vincent

    des gros sacs genre DEPARDIEU peut quitter la FRANCE mais j'espère qu' il n'y revienne plus
    qu'il aille également se faire soigner en BELGIQUE, c'est grace à nous citoyens que ce gaillard est devenu si populaire et riche, un gros bonhomme à oublier, à ignorer, un gros sac sans scrupule,
    et une vrai gueule de mauvais garçon, et oui mes amis les français, un rigolo pareil vaut mieux
    l'ignorer, l'oublier. ALORS VA OU TU VEUX  GROS SAC ET OUBLIE TON PAYS, un mec comme
    lui on laisse partir, il ne connait pas le partage, la solidarité, un mec qui pense que pour sa gueule
    et qui de plus a grandi grace à nous

    adieu    MR DEPARDIEU          

  • ousontlesfemmes

    en parlant de sexisme: vous avez remarqué qu'il n'y a PAS UNE SEULE FEMME DANS LA VIDEO "PROMO"? la honte!

  • Mariver

    Bon débarras!

  • Mamechris

    Bravo, Izpegi
    La France ce devrait être comme une famille, j'ai l'age de Mr DEPARDIEU donc nous avons eu la chance de vivre une époque ou il était + facile de réussir. La jeunesse de maintenant n'a pas les mêmes atouts vu la MOUISE (pour être polie) dans laquelle les précédents gouvernements nous ont mis. Et bien moi, je ne couve pas mes "petits sousous" en les mettant bien au chaud en Suisse ou en Belgique, j'aide mes enfants qui pourtant travaillent et ont beaucoup plus de difficultés à y arriver.
    Je ne pense pas être la seule (heureusement) alors HONTE à vous messieurs les capitalistes qui au lieu d'aider vos compatriotes fuyez comme des "rats"...

    • Aaa

      Votre vision est un contre-sens, vous aidez plus facilement vos enfants si vous conservez plus d'argent pour vous au lieu de le redistribuer. Vous pouvez très bien vous exiler et continuer à aider vos enfants depuis l'étranger, mais avec plus de moyens.
      Par ailleurs votre discours peut être différent en fonction de votre pourcentage d'imposition...

  • Jean AIMARE

    Combien les films de Depardieu ont rapporté à la France ? Pas un motn bien sûr...Pour les rentrées financières que les Beatles avaient engendrées en faveur de la Grande-Bretagnen la Reine avait décoré les chanteurs, sans se préoccuper de leurs choix de résidences. Notre premier ministre lui, procède à un lynchage médiatique. Le retour de la guillotine, c'est pour quand au juste ?

  • Pounet

    critique sur depardieu ok mais et yannick noah et l equipe de france de coupe davis ainsi que le staff de cette derniere quand est il le 1er ministre en prlera t il ou aura t il une absence puisque ils on soutenue son candidat

  • bouedeol

    la France premier exportateur de cholestérol de de gamaGT vers la Belgique !!!

  • Coriolan

    Bonjour,
    Les chiffres d'imposition fournis par Deloitte semblent très bizarres :
    - Belgique : cotisations salariales 13% ; patronales 25%
    Source : http://www.cleiss.fr/docs/cotisations/belgique.html
    - France :  Environ 20% et 40% (de mémoire)

  • Coriolan

    J'ai du mal à croire que les fiscalités soient globalement comparables. Si c'était le cas, il y aurait autant d'étrangers qui s'installent en France, que de Français qui quittent le pays (Depardieu ne s'installe pas en Belgique pour le climat, Johnny Hallyday en Suisse pour la vie nocturne)

    Toutefois, quoi qu'il arrive, la France gagnerait effectivement à une fiscalité plus simple et lisible vs la situation actuelle (taux d'imposition faciaux effrayants, mais multiples exonérations diverses)

  • Logopathe

    Il me semble que beaucoup de commentateurs apprendraient beaucoup de choses en lisant le billet qu'ils commentent.

  • Bob

    "A trop pourchasser les exilés fiscaux, on risquerait de les dissuader réellement de maintenir leurs activités économiques en France, ce dont personne n'a vraiment envie."
    mouais j'aimerais bien savoir ce que feraient auchan, depardieu ou nos tennisman favoris s'ils n'avaient pas d'activité en France.
    Et il me semble que ce n'est pas seulement la France qui s'insurge contre la concurrence fiscale notamment irlandaise qui permet à un certain nombre de société de ne pas payer d'impots.
    Billet assez faible pour une fois

  • Matthieu B.

    De mon point de vue, le problème majeur du débat sur la fiscalité est qu'il est porté par des moralistes ignorants. Il n'y a pas de réflexion dans les grands médias sur les distorsions engendrées par l'impôt, ni, comme vous le soulignez, sur l'environnement mondial, ni sur les effets d'aubaine ou de desincitation. La justice est affirmé comme étant des taux égaux pour tous les impôts, qu'importe que l'on compare des pommes et des carottes, ou que plusieurs impôts touchent un même flux. J'ai eu des espoirs avec Piketty, car il y avait de bonnes idées dans son livre, pas tant en terme de "justice" qu'en terme d'efficacité économique. J'ai été déçu, et lui aussi.

  • toto

    ."..nous, français, de notre côté, n'hésiteronS"

  • Héloïse

    Qu'y a -t-il de minable pour un français à s'installer dans un autre pays d'Europe ? 

  • videomagfilm

    Pour tous les fans de l'europe sans frontières, une des règles de base fondatrices édictées par nos grands penseurs politiques, c'est la libre circulation des personnes et des biens à travers l'espace européen . Si les Polonais ou les Roumains ont le droit de s'installer en France librement, je ne vois pas au nom de quoi un français aurait l'interdiction de de s'installer n'importe ou dans l'espace schengen. Ce n'est pas un principe de morale, c'est un principe de liberté.
    Si on a quelques "reproches" à objecter, il faut les lancer à la face de ceux qui ont conçus un système ubuesque qui ne marche pas et plonge le maximun de personnes dans la pauvreté.
    Pas un commerçant ne monte des succursales à marche forçée quand le magasin principal ne marche pas! 
    A fortiori quand on fait des transformations dans les magasins sans demander l'avis des propriétaires!
    A fortiori quand le tas de grain est si énorme que les souris auront beaucoup de mal à le quitter!

  • Polux

    Ce qui me dérange dans cette affaire, c'est que Depardieu vit dans un secteur économique qui survit à grand coup de subventions. Il me semble que la France est le deuxième producteur derrière les USA, et que cette situation est due à un financement public de ce cinéma, ou du "protectionnisme" qui impose au télé de diffuser des oeuvres françaises. Sans parler du système des intermittents dont a surement profité très grassement Depardieu. J'ajoute les théatres qui ne sont que des subventions (les recettes guichets sont minimes).
    Alors, certes, l'économiste que vous êtes, va dire que c'est génial d'avoir un cinéma puissant et des oeuvres françaises sur nos télés ("camping paradis" avec Laurent Ournac sur TF1, par exemple), mais moralement, est ce que les autres acteurs économiques (comme moi) vont supporter longtemps de financer un système où les principaux bénéficiaires se cassent ailleurs ? Enfin, je parle de justice, ce qui n'a surement rien à voir avec l'économie.

  • Dgrandson

    L'Etat Providence que l'on veut à tout prix développer en France, a un coût qui devient de plus en plus insoutenable pour le contribuable. Vouloir maintenir un pouvoir d'achat plus que correct pour tout le monde, assurer une couverture sociale identique pour tous, y compris pour les étrangers et les chômeurs , assurer un niveau salarial de cadres supérieurs à tous nos élus politiques, empêcher la fermeture d'entreprises et d'usines, renflouer les caisses des banques responsables de la crise financière... Cette politique interventionniste réclame des ressources de plus en plus exhorbitantes. Ce qui conduit fatalement à opposer les plus riches aux plus pauvres, et donc à stigmatiser les uns par rapport aux autres. D'un côté, l'envie et la convoitise vont s'habiller des habits de "justice sociale et d'égalité pour tous", et de l'autre côté l'égoïsme et l'esprit matérialiste vont se présenter sous forme de "moralisateur" qui prétend que tout le monde par le travail pourrait accéder à ces mêmes richesses. Il serait temps de revenir à un juste équilibre, dans les relations et les positionnements de chacun. Si je suis d'accord avec la "solidarité", elle ne doit pas s'imposer par la loi et les impôts. C'est une aberration.

    • pierrot le fou

      Et si comment cette solidarité pourrait-elle se passer de l’impôt???

    • http://opinionsopiniez.hautetfort.com/ Petit écran de fumée

       "L'Etat Providence que l'on veut à tout prix développer en France"
      Y a pas grand monde qui veuille développer l'Etat Providence, vu que c'est devenu synonime d'assistanat et ça fait 20 ans qu'on nous fait culpabiliser de "coûter trop cher". On coûte trop cher à nos propres entreprises qui ne peuvent pas faire autant de profits qu'elles le voudraient, à nos talents contraints à l'exil tellement ils sont persécutés par la puissance publique, et désormais à nos enfants puisqu'on nous dit que quand on achète une boite de médicament, la moitié sera payée par nos enfants. Il n'est pas un jour où on entende une information, un propos, un détail qui nous rappelle que l'on coûte trop cher. Alors pensez-vous, développer l'Etat Providence pour couter encore plus cher, nul n'y songe.

      Non en réalité, l'Etat Providence fond comme nos glaciers dans les Alpes tout simplement car depuis que les Etats sont obligés de se financer sur les marchés privés, ils ont été petit à petit considérés comme des énormes entreprises lucratives pour les investisseurs. Les Etats sont pieds et poings liés à leur créanciers, comme le raconte François Baroin dans son bouquin, quand il relate la scène où il n'en menait pas large face à un patron d'un grand fonds de pension américain pour négocier un taux raisonnable sur les obligations lors de la crise de l'Euro. Oui, le Ministre des Finances de la 5ème puissance mondiale, obligé d'embellir la mariée pour ne pas contrarier les investisseurs privés, comme un chef d'entreprise qui doit rassurer ses actionnaires.
      La France verse 50 milliards d'euros chaque année d'intérêts sur sa dette à ses créanciers. Soit plus que les dividendes annuels distribués par l'ensemble du Cac 40 lors des dernières années.
      Nos créanciers, à travers les préconisations des banques de notation, dictent la bonne conduite à tenir pour les gouvernements pour garantir la performance de leurs placement, comme les actionnaires l'exigent d'un chef d'entreprise. Par conséquent, l'Etat Providence, c'est du gras, une source de dépense qui nuit à la performance financière de l'édifice.

      On peut parler des impôts. De l'horrible pression fiscale qui fait fuir nos riches. Souvenons-nous que chaque année la part de la recette de l'impôt sur le revenu est entièrement engloutie par la charge de la dette. Autrement dit, dans les prélèvements obligatoires dont on est champion du monde, un part sert à financer les retraites d'américains qui sont gérées par le fonds de pension dont parlait Baroin.

      On peut parler de la dette envers nos enfants. C'est vrai, c'est
      triste. Mais c'est marrant comme on ne parle pas de nos enfants en
      revanche quand on évoque les gaz de schiste, le nucléaire,
      l'exploitation sans vergogne des ressources naturelle et toutes nos
      autres initiatives compulsionnelles pour maintenir la croissance dont
      nos enfants auront à payer la facture lors des futures pénuries,
      pollution, saturation des déchets et autres dérèglements climatiques aux conséquences géopolitiques inquiétantes...

      On en parle pas beaucoup de tout ça. On sait juste qu'on coûte trop cher...

  • Dias Georges

    Aujourd'hui, un inconnu il y a 8 mois, nommé Eyrault a traité notre plus grand acteur contemporain de "Minable",
     j'ai honte de ce chef de gouvernement.
     
    Quand je pense que ses partenaires et sous-fifres, (pas son boss, car trop triste sire)
     le dénient, il faut commencer à envisager à se séparer de cette bande de « bras—cassés » qui font de la France la honte de l'Europe.
     
    Notre belle France qui brillait du haut de sa 5ème position mondiale et dont tous se gaussent maintenant.
    Mr Eyrault, pourquoi ne vous en prenez vous pas à ses milliers de français qui vivent en Suisse, Hollande ( hé oui) Luxembourg, Belgique, Maurice, St pierre, Liestenstein, Andorre and Co…………………….. !!!!
    Auriez vous honte d’avoir exagéré en augmentant tant les contributions de « nos riches », à tel point qu’ils ne vous rapportent ( nous rapportent) plus rien, car mieux eusse-t’il valu  conserver leur déjà grosse participation que plus rien.
     
    Bravo pour le calcul mental et les compétences de prospectives économiques à nos énarques de gauche, le 1er d’entre eux en tête.

  • Phil_du_40@hotmail.fr

    triste sire depardieu! dans son public cinéphile beaucoup de smicards ont payés leur place  quel égoiste je suis ecoeuré 

  • irene

    pendant la seconde guerre mondiale certains ne pensaient qu'a s'enrichir..ils l'ont fait.
    aujourd'hui le meme phénomène existe. 
    Occupons nous d'aider ceux qui aident la France et les français a faire repartir l'économie, et laissons les autres amasser leurs egoismes..
    Seuls, à l'étranger ,et loin des autres ils auront bien du mal a vivre le choix qu'ils ont fait.  

  • Paprika1

    Merci pour cet intelligent commentaire qui, délice suprême, est écrit en français ! Je me permets d'ajouter une chose : cette école qui veut faire détester l" riches" est une démagogie absurde : si un artiste a gagné par son talent et toujours par un immense travail, doublement bravo à lui qui a fait rentrer beaucoup de devises dans son pays ! Si un industriel a fait fortune on ne peut que le remercier d'avoir créé de nombreux emplois et d'avoir su exporter ses idées. Seuls les "bas-de-laine" agissent comme des égoïstes. Pourquoi refuser de le dire ?

  • Marzinannick

    Depardieu n'est pas digne de rester citoyen français,qu'il reste en Belgique ronger son frein d'avoir perdu la nationalité française;on n'a que faire de ses gens qui ne pensent qu'à leurs richesses et ne connaissent pas les sentiments d'aider,de donner,de partager.nous savons que trop d'argent finit par pourrir la vie des gens. et je pense que c'est ce qui l'attend. je n'éprouve que du mépris pour ce genre de personnage . par contre bravo à M.SARDOU,PH.TORRETON,LINE RENAUD etc.....