Ouragan, tempête, typhon : pourquoi leur donne-t-on un prénom ?

Alors que la saison des ouragans bat son plein, deux interrogations surgissent : qui baptise ces dépressions climatiques et pourquoi ? Retour sur une tradition très codifiée, datant de la moitié du XXe siècle.

Tout d'abord, les dépressions climatiques accompagnées de vents d'au moins 118 km/h sont désignées par le terme "ouragan", uniquement si elles se forment dans l'Atlantique-nord et le Pacifique nord-est. Si elles se créent dans le Pacifique nord-ouest, elles prennent alors le nom de "typhon", ou bien "cyclone tropical" dans l'Océan Indien. Concernant le bassin Atlantique nord, les ouragans portent des noms anglais, espagnols ou français en référence aux pays qui bordent l'océan.

DJIp-i7XYAAuUvm

L'intensité des vents est mesuré de 1 à 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson. En dessous de 118km/h, les dépressions climatiques sont catégorisées en tant que tempêtes tropicales.

Une tradition du XXe siècle 

Les météorologues ont commencé à baptiser les ouragans en 1953. Avant cette date, ces catastrophes climatiques étaient nommées selon le Saint du jour où elles dévastées un pays. Par exemple, si un ouragan frappait le jour de la Saint Nicolas, il était par conséquent appelé l'ouragan Nicolas. Mais ce processus se heurtait à une limite : dans le cas - bien que très rare - où deux ouragans se formaient le même jour, sur deux années différentes, il était alors difficile de les distinguer.

Des patronymes recyclés tous les 6 ans 

Depuis 1953, l'attribution des prénoms des ouragans est dirigée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Les appellations sont assignées par ordre alphabétique, suivant une rotation de six listes, chacune composée de 21 prénoms. La première tempête de l'année en cours hérite d'un patronyme commençant par la lettre A, la seconde par un nom en B, et ainsi de suite. Ainsi, en suivant cette logique, la liste de 2017 sera de nouveau utilisée en 2023.

Après Harvey, Irma, Jose et Katia, les prochaines dépressions s'appellent donc Lee et Maria. Née samedi, Lee ne représente aucune menace pour les Antilles. Cependant, Maria classée en catégorie 5, a frappé hier la Dominique et la Martinique - cette deuxième île a été relativement épargnée - avant de s'abattre aujourd'hui sur la Guadeloupe, privant 80 000 foyers d'électricité.

ouragan-tempete-liste-noms-0cc215-0@1x

Liste des noms d’ouragans de 2017 à 2023 dans l’océan Atlantique.

Quelques exceptions

Entre 1954 et 2016, 84 noms ont été bannis de ce tableau. Lorsque la catastrophe naturelle a été particulièrement dévastatrice et/ou meurtrière, l'appellation n'est jamais réemployée afin d'éviter tout traumatisme supplémentaire. C'est notamment le cas de l'ouragan Katrina qui a ravagé la Nouvelle-Orléans (Louisiane) en 2005, tuant 1833 personnes. Harvey et Irma, survenus respectivement au Texas le 25 août et en Floride le 10 septembre, pourraient connaître le même sort.

En revanche, les lettres Q, U, X, Y et Z, trop pauvres en choix d'appellations, ont été exclues du catalogue des propositions.

Rare irrégularité 

Dans l'éventualité d'une saison record qui comptabiliserait plus de 21 tempêtes - un fait exceptionnel - celles-ci seront alors nommées selon l'alphabet grec : Alpha, Bêta, Gamma, Delta etc.

La parité des prénoms...

Pendant 26 années, seuls des prénoms féminins étaient utilisés. Mais en 1979, les mouvements féministes se sont opposés à cette tradition, jugeant néfaste l'association des prénoms féminins à des éléments climatiques souvent meurtriers. Depuis cette date, les prénoms masculins ont donc été introduits, favorisant une alternance genrée des patronymes. Il faut également préciser que les années paires débutent par un prénom masculin, tandis que les années impaires commencent par un prénom féminin. Le 20 avril 2017, la tempête tropicale Arlene a lancé la valse des vents.

... source de préjugés

Selon une étude menée en 2014 par des chercheurs de l'université de l'Illinois, les ouragans portant un prénom féminin seraient plus mortels que ceux portant un prénom masculin. Les scientifiques ont répertorié tous les ouragans qui ont secoué les États-Unis entre 1950 et 2012, soit 94 événements climatiques, en excluant Katrina (1833 morts en 2005) et Audrey (416 morts en 1957). Après avoir additionné le nombre de victimes, ils ont comptabilisé 1473 morts lorsque le cyclone portait un nom féminin, alors que ceux portant un prénom masculin comptent 427 décès.

En conclusion de leur enquête, les chercheurs présument qu'à l'approche d'un ouragan portant le nom d'une femme, les habitants prendraient moins de mesures pour se protéger, le jugeant moins dangereux. Les préjugés homme/femme seraient donc la source d'un taux de mortalité plus ou moins important.

Yelen Bonhomme-Allard

Irma : les coulisses de l'ouragan racontés par les journalistes de France 2

Pourquoi les journalistes qui couvrent les ouragans se filment-ils dans la tempête malgré le danger? Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont posés la question et ont critiqué une pratique qu'ils jugent à risque. Pour répondre à leurs interrogations, l'équipe du bureau de France 2 à Washington révèle les dessous du tournage.

Nos journalistes : qui sont-ils ?

Arielle Monange, monteuse vidéo à Washington depuis 1997
Laurent Desbois, caméraman à Washington depuis août 2009
Agnès Vahramian, nouvelle correspondante à Washington depuis septembre 2017

21767720_10213976056414943_286479135_n

À Miami, tournage dans un décor de carte postale.

Jeudi 7 septembre : En fin de matinée, Agnès Vahramian et Arielle Monange s'envolent pour Fort Lauderdale, en Floride. Objectif de la mission : montrer comment les habitants de la région se préparent à l'approche de l'ouragan. Avant de partir, les deux journalistes attrapent l'unique paire de bottes de pluie du bureau, et un t-shirt de rechange. Au cas où. "On ne pensait pas rester longtemps donc on est parties avec peu de choses" se souvient Agnès. Irma, encore loin des côtes américaines, est sensée s'abattre sur le sud de la Floride dimanche matin.

Dès leur arrivée en Floride, nos deux journalistes se rendent sur la plage de Miami Beach pour y réaliser un direct destiné au journal de 13h du lendemain. On y voit les habitants qui profitent de la quiétude temporaire de l'océan. Difficile  d'imaginer qu'un ouragan viendra tout balayer dans quelques jours.

Plus tard dans la journée, Agnès et Arielle rencontrent une famille française de Miami. Inquiète, celle-ci décide de fuir vers la ville de Tampa, au centre-ouest de la Floride, en compagnie d'une dizaine d'expatriés. Les deux jeunes filles du couple font leurs valises à la hâte, devant la caméra de notre équipe. La tension est palpable.

21640699_10213976056534946_774334858_o

La météo est encore clémente dans les Keys.

Vendredi 8 septembre : Agnès et Arielle guettent la trajectoire de l'ouragan. Celui-ci frappera les îles des Keys en premier. L'archipel composé d'un millier d'îlots est situé à l'extrémité sud de la Floride, à 145 kilomètres seulement de Cuba. Face à l'arrivée imminente d'Irma, les autorités ont émis un ordre d'évacuation dès le mardi. Les touristes désertent les hôtels et les supermarchés baissent leurs grilles. La vie s'arrête. "À partir de ce moment, la situation a commencé à se compliquer", raconte Agnès. "Sur les conseils des locaux, on s'est rendues à la Trading Post, la seule épicerie de la ville encore ouverte". Le petit commerce sert de lieu de tournage à notre équipe qui enregistre, pour son reportage, les derniers préparatifs des propriétaires et des résidents qui y ont trouvé refuge pour la nuit.

Grâce au maire d'Islamorada, nos deux journalistes trouvent quant à elles refuge dans l'hôtel Sunset Inn. Laurent Desbois, notre caméraman, les y rejoint avec dans sa valise, un pantalon imperméable, une paire de bottes et de la nourriture.

Samedi 9 septembre :

21766983_10213976061095060_2189120_o

Au plus fort, les vents ont atteint 200 km/h samedi.

Le vent s'est renforcé durant la nuit. Pour montrer sa force, Agnès se filme en direct, en tentant de garder l'équilibre. Son apparition à l'écran déclenche le sarcasme de plusieurs internautes. Plusieurs s'interrogent sur la pertinence, pour les journalistes, de sortir durant la tempête.

"Sans filmer quelqu’un au milieu des bourrasques, on se rend pas compte de sa force. Mais bien sûr, on a fait très attention. On ne s'est pas mis sous les cocotiers", se défend Agnès.

Vers 14h00 (heure locale), l'équipe décide de descendre vers Key West, à l'extrême sud de l'archipel des Keys. Sur la route, le vent souffle. Il faut faire vite. Le Key West Marriott Beachside, le seul hôtel encore ouvert, accueille plusieurs réfugiés. La pluie est si forte qu'elle s'introduit dans les chambres. Une pièce au deuxième étage est alors utilisée comme abris pour les habitants et leurs animaux. Tous dorment à même le sol. Des vêtements mouillés sont suspendus un peu partout.

21622132_10213976061615073_489005342_n

Un festin de roi.

Pour le dîner, le personnel de l'hôtel offre à notre équipe cinq morceaux de blanc de poulet secs. Seul le Ketchup déniché par Laurent permet d'agrémenter le plat. Grâce à son générateur, l'établissement peut continuer à servir à manger et à rafraichir l'abris où se sont rassemblés les clients. "On avait l'impression qu'il ne se passait rien dehors. À l'hôtel, les gens trinquaient et n'avaient pas l'air de se rendre compte de l'urgence de la situation", ajoute Arielle interloquée.

Dimanche 10 septembre

L'ouragan a du retard. Les trois journalistes s'aventurent à l'extérieur pour filmer quelques images  près de l'océan. La limite entre la terre et la mer devient floue, et les rues sont inondées. Pourtant, quelques habitants s'aventurent à l'extérieur. Ils n'abandonneront leur maison qu'au dernier moment pour rejoindre un gymnase transformé en refuge. Quatre cent personnes environ y sont pris en charge.

21744706_10213976146897205_1482437776_n

La mer inonde les routes.

En matinée, les vents sont tellement puissants qu'Agnès et Arielle doivent se mettre à deux pour fermer la portière de la voiture. C'est un signe, il est temps de se protéger. Il est 9h00 du matin lorsque l'oeil d'Irma fonce sur les Keys. Nos journalistes patientent dans à l'hôtel durant cinq longues heures. L'électricité et l'eau courante sont coupées, il est désormais impossible d'utiliser les téléphones portables.

21623936_10213976077455469_1342736129_n

Après le passage de l'ouragan, les bourrasques faiblissent. Notre équipe prend la route vers 14h00 dans l'espoir de trouver une connexion internet pour envoyer leur reportage. Ils possèdent les premières images de l'archipel détruit.

21764140_10213976056494945_1954777338_o

Cette limousine a été emportée par les eaux.

Un paysage de désolation se révèle sous leurs yeux. Arielle filme la scène avec son téléphone portable. Aux commandes de la voiture, Laurent parvient à slalomer entre les arbres déracinés, les fils électriques couchés et les bateaux échoués. Une limousine noire envahie par les algues trône au milieu la chaussée. Non loin, une centaine de micro-ondes, de réfrigérateurs et d'appareils électriques flottent à la dérive. La faune a également souffert. Dans les branchages, plusieurs oiseaux et iguanes sont blessés et désorientés.

Finalement, notre équipe parvient à Key Largo, où elle passe la nuit dans un motel sans eau ni électricité. Mais le réseau cellulaire, en état de marche, permet d'envoyer le reportage à Paris.

Lundi 11 septembre

Notre équipe redescend vers le sud pour constater les dégâts. En chemin, elle croise l'armée américaine qui doit désencombrer les voies et rechercher d'éventuelles victimes. L'accès aux Keys est fermé à partir de Miami, forçant les habitants et les journalistes qui s'impatientent à attendre à la frontière.

21623926_10213976056454944_227426991_n

L'équipe a eu du mal à trouver de l'essence.

Entre-temps, les intempéries ont endommagé l'équipement de notre équipe. La caméra éclaboussée par l'eau salée ne fonctionne plus. Laurent doit donc filmer son reportage avec un Iphone. Le véhicule de location, lui, est pratiquement à court de carburant, rationné depuis plusieurs jours. "On se demandait si on allait devoir siphonner des voitures. Mais par chance, nous avons rencontré Mark et Carla qui nous ont donné dix gallons d'essence (37 litres). Ils ont même refusé qu'on les paye, car pour eux il était important d'aider son prochain", confie Agnès émue. Grâce à la générosité de ce chef d'entreprise, nos trois journalistes regagnent finalement Miami. Mission ouragan terminée.

Emmanuelle Rouillon et Yelen Bonhomme-Allard 

Retrouvez l'itinéraire de l'équipe de France 2 :

Les cinq anciens présidents américains appellent aux dons pour les sinistrés de Houston

Dans une vidéo publiée le 7 septembre sur YouTube, cinq anciens président des États-Unis se sont unis dans une campagne d'appel aux dons, pour soutenir les victimes de Houston suite au passage de la tempête tropicale Harvey.

Les premières secondes de la vidéo s'ouvrent sur la déclaration de Bill Clinton, 42eme président des États-Unis : "L'ouragan Harvey a entrainé de terribles destructions, mais il a aussi révélé le meilleur de l'humanité". Puis Barack Obama, Jimmy Carter, George W. Bush et George H. W. Bush prennent successivement la parole.

Tous sollicitent la générosité des Américains pour aider le Texas à se reconstruire après le passage de la tempête tropicale Harvey le 25 août dernier et le week-end qui a suivi. Dans sa course, le phénomène métrologique a détruit des milliers de foyers, tué soixante personnes et causé des milliards de dégâts. Harvey avait ensuite soufflé en direction de la Louisiane.

Les dons récoltés par le biais de la plateforme en ligne OneAmericaAppeal permettront également de venir en aide à la Floride, touchée depuis dimanche par l'ouragan Irma classé en catégorie 5. À ce jour, trois millions de foyers sont sans électricité et des millions d'habitants ont été contraints de s'exiler sur les routes du nord. Irma se dirige désormais vers l'État de la Georgie où les vents resteront forts, mais perdront légèrement de leur intensité.

Donald Trump prend part à l'initiative après coup 

Dans un tweet publié sur Twitter le 7 septembre en début de soirée, Donald Trump a emboîté le pas à ses cinq prédécesseurs. "Nous ferons face à N'IMPORTE QUEL défi, peu importe la violence des vents ou la hauteur de l'eau. Je suis fier de me battre avec les présidents en faveur de One American Appeal" a rédigé l'actuel locataire de la Maison-Blanche.

L'absence de Donald Trump au sein de la vidéo a suscité de nombreuses moqueries de la part des internautes, qui saluent toutefois l'action solidaire des anciens présidents américains.

Yelen Bonhomme-Allard 

Ouragan Irma : une famille française craint de perdre son restaurant, l'œuvre d'une vie

Pendant plusieurs jours, la famille Labi, originaire de Marseille, a attendu fébrilement l'arrivée de l'ouragan Irma. Déterminés à faire face au monstre climatique, les Français sont restés près de Miami Beach, censée être directement touchée par la tempête. Elle craint cependant pour la survie de son restaurant, le fruit de plus d'une décennie de travail. Récit.

FullSizeRender

Anaëlle et ses parents vivent en Floride depuis 2007.

Hier, Anaëlle s'est accordée, pour la première fois, un moment de répit en fin d'après-midi. La journée a été longue et stressante. Depuis 7h30 du matin, la Française de 25 ans aide ses parents, Claude et Eva, à servir une poignée de clients matinaux. Une journée banale en apparence au restaurant Café Vert de Surfside, situé à une dizaine de kilomètres de Miami Beach. En apparence seulement.

Le service est constamment perturbé par un concert de sonneries de téléphones. Les autorités de la ville ordonnent aux habitants de quitter la région de Miami, directement visée par l'ouragan Irma, le plus rapidement possible. "La ville nous  répétait que les pompiers ne pourraient pas nous secourir pendant la tempête. Si on restait, c'était à nos risques et périls", raconte Anaëlle dont l'accent chantant du sud de la France est encore distinct.

Organiser l'évacuation au plus vite

IMG_4243

La ville de Surfside est désertée par ses habitants.

Depuis mercredi, la ville se vide des habitants qui tentent de trouver refuge vers le nord de la Floride. Café Vert est l'un des derniers points de restauration encore ouverts dans le secteur. Les locaux engloutissent un dernier repas avant de prendre la route, tandis que les touristes font quelques réserves de nourriture, en attendant de pouvoir embarquer dans les avions dont le départ est souvent retardé, voire annulé.

Il est 14h00 lorsque les propriétaires du restaurant à la façade banche et verte décident de fermer la boutique. "Les gens paniquaient et ne faisaient que parler de l'ouragan. Le stresse montait, c'était trop pour nous" se souvient Anaëlle, l'ainée du couple Labi. Avant de quitter les lieux, la famille charge la voiture de provisions et distribuent aux employés quelques vivres telles que des oeufs, des croissants ou encore des baguettes. Ils font également don de leurs douze bouteilles d'eau, pourtant longtemps recherchées.

Depuis plusieurs jours, les supermarchés sont pris d'assault par les habitants. Les rayons sont dévalisés et non réapprovisionnés, à tel point que certaines denrées de première nécessité sont devenues introuvables à Miami. "Mardi et mercredi, j'avais envoyé mon mari à travers toute la ville en quête d'eau mais impossible de s'en procurer. Finalement on avait fini par en trouver dans une enseigne réservée aux restaurateurs", poursuit Anaëlle.

Système D comme débrouille 

FullSizeRender-3

De la litière pour chat à la place du sable pour freiner les inondations.

En prévention de futures inondations, la jeune femme place plusieurs sacs poubelles devant les portes du bâtiment. À l'intérieur, la litière pour chat remplace le sable généralement utilisé. "Contrairement aux villes voisines, la nôtre ne distribuait pas de sable. Et je ne pouvais pas en obtenir dans une autre agglomération car les autorités vérifient le lieu de résidence sur le permis de conduire."

Comme beaucoup d'habitants, Anaëlle s'est rendue à la plage pour s'approvisionner en sable. Mais les 500 dollars de contravention annoncés par les policiers ont vite freiné son élan. "Comme dernière solution, j'ai donc évoqué l'idée de la litière. Mon père s'est mis à rire en disant qu'on allait attirer tous les chats du quartier", s'esclaffe-t-elle.

"Je préfère être entourée de mes proches"

Café Vert est plongé dans le noir.

Pendant que les voisins barricadent les fenêtres du restaurant avec des planches de bois - achetées avec les propres deniers des restaurateurs - Anaëlle et ses parents regagnent leurs domiciles respectifs, situés à Aventura, à quelques kilomètres au nord sur la côte. À la hâte, la jeune expatriée entrepose dans son salon tous les objets initialement installés sur le balcon et éloigne le mobilier des fenêtres. Elle regroupe aussi ses documents importants tels que son passeport, son certificat de mariage, ou encore ses diplômes universitaires. Sur les conseils de son mari américain, elle avait pris le soin, quelques jours plus tôt, de consigner d'autres papiers dans un coffre fort de la banque.

Le soir même, Anaëlle et son époux rejoignent le reste de sa famille. Ils feront face à la tempête ensemble. "Dans une telle situation, je préfère être entourée de mes proches", confie-t-elle angoissée. Tous redoutent les prochains jours qu'ils devront passer confinés à l'intérieur de l'immeuble. Pour tuer l'ennui, les Labi ont déjà tout prévu : jeux de cartes, Monopoly marseillais, films - tant que l'électricité fonctionne encore - et conversations via Skype avec les deux autres enfants du couple, étudiants à Montréal. Commence alors le début d'une longue incertitude avant l'arrivée des premiers vents. "Maintenant, on attend."

Yelen Bonhomme-Allard 

Coincée dans la tempête Harvey, une Française raconte son évacuation

Quand Laura Ismar a quitté la France le 21 août dernier pour devenir fille au pair aux États-Unis, la jeune éducatrice spécialisée était loin d'imaginer ce qui l'attendait. Quatre jours seulement après son arrivée, la tempête Harvey frappe Houston, sa ville d'accueil. Hier, Laura et sa nouvelle famille ont roulé toute la journée pour fuir la montée des eaux. Récit. 

"C'est la panique. Nous sommes en voiture en train d'évacuer vers l'ouest, mais nous ne savons pas vraiment où aller". Il est 13h19, lundi 28 août, lorsque le premier contact est établi avec Laura. Par l'intermédiaire de Facebook, la jeune femme âgée de 22 ans envoie régulièrement des messages ainsi que des photos décrivant le chaos et les inondations qui l'entourent. "Tout le monde parle vite, je ne comprends pas tout. Je sais seulement que la situation est vraiment préoccupante" rédige Laura à la hâte, dont le niveau d'anglais est encore faible.

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.19.31

Laura a découvert New York pour la première fois.

En arrivant aux États-Unis, Laura était loin de se douter qu'elle serait un jour témoin d'un tel désastre. Basée pendant quatre jours dans l'État de New York pour une formation, Laura s'envole vendredi dernier pour Sienna Plantation, dans la banlieue sud de Houston, où habite sa famille d'accueil. Inquiète, elle s'informe régulièrement sur internet de la progression de la tempête tropicale, encore catégorisée comme ouragan. Son vol est maintenu, mais un élément la trouble : "L'avion était vide. Il devait y avoir 30 passagers tout au plus. Je me suis demandée si les gens avaient annulé au dernier moment leur voyage".

Malgré quelques turbulences, l'appareil atterrit sans encombres au Texas. L'excitation de la Française dissipe toutes craintes quant à l'approche imminente d'Harvey. Pourtant, ce dernier est proche, avec dans son sillage ses premières manifestations météorologiques. Des pluies torrentielles s'abattent sur la ville pendant tout le week-end, faisant presque déborder la rivière proche de la maison. "Les parents étaient constamment branchés sur les chaînes d'information. Ils ont  même commencé à scanner les documents importants comme les carnets de santé et les passeports" relate Laura.

Un risque d'inondation trop important

Laura comprend que la situation se dégrade hier matin quand le père de la famille fait irruption dans la cuisine. "J'étais en train de préparer des crêpes lorsqu'il nous a dit : Préparez des affaires pour les enfants, préparez des affaires pour vous. Dès que vous êtes prêtes, on y va", se souvient aux mots près la jeune Française. Cette dernière se précipite alors dans sa chambre et pioche au hasard des vêtements qu'elle jette dans un sac. Elle prend également le soin d'envelopper son passeport et son visa dans un sac plastique pour les protéger de l'eau.

Avant de quitter la maison, les parents, Laura et Magdalena, l'autre fille au pair de la famille, mettent en sureté le mobilier et les objets électroniques au premier étage. La famille charge les deux 4x4 stationnés devant la maison et se sépare : Laura accompagne la mère et ses deux fillettes âgées de 4 et 6 ans, tandis que Magdalena suit le père et son fils de 9 ans. "Quand la maman s'est mise à prier, j'ai vraiment paniqué. Je ne comprenais pas tout mais pendant tout le trajet, elle répétait sans cesse : "Thanks God" et "Jésus", se remémore Laura.

Un périple long et dangereux

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.18.45

L'inondation des routes rend la conduite difficile.

Les deux véhicules foncent en direction de l'ouest, afin de s'éloigner de la trajectoire de la tempête qui se dirige vers la Louisiane, à l'est de Houston. Assise sur le siège passager, Laura immortalise avec son téléphone les routes complètement inondées. Les aires de jeux, les piscines et les parcs sont submergés. Les marques de signalisation au sol sont invisibles, si bien que la famille roule parfois sur les trottoirs. "Ce n'est que lorsque les roues heurtaient la bordure qu'on s'en rendait compte".

Les yeux rivés sur son portable, Laura est en charge d'informer la mère de famille de l'état des routes. "Nous avions un groupe WhatsApp sur lequel des amis des nous envoyaient constamment des indications sur les itinéraires à prendre". 

300 km en 7 heures 

Soudain, la voiture conduite par le père tombe en panne. Impossible de la redémarrer. Son fils, Magdalena et lui sont alors secourus par un groupe de résidents mexicains qui les transportent dans leur remorque jusqu'au second véhicule, où ils s'entassent avec le reste de la famille. Par chance, un convoi de la Garde nationale qui se dirigeait vers Houston les aide à tracter le véhicule immobile hors de l'eau. "Nous avons été obligés de l'abandonner sur un pont, en espérant le retrouver intact au retour" confie Laura, abasourdie par le souvenir de cette scène chaotique. "Je me croyais dans un film".

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.33.09

Magdalena et Laura gardent le sourire malgré cette incroyable aventure.

La famille texane pose finalement ses valises dans un hôtel d'Austin vers 18h00. Il aura fallu sept heures pour parcourir les 300 kilomètres séparant les deux villes. En temps normal, trois heures suffisent. Laura peut enfin rassurer ses parents en France. Pour la première depuis son arrivée dans le pays, elle voit enfin le soleil. "En une semaine, j'ai dû faire face à un ouragan. Malgré tout, cette épreuve ne m'a pas donné envie de rentrer en France".

Yelen Bonhomme-Allard 

Ouragan Harvey : quatre histoires insolites pendant l'horreur

Depuis vendredi 25 août, l'État du Texas fait face aux assauts de l'ouragan Harvey, rétrogradé en tempête tropicale. Dans les inondations, trois personnes ont trouvé la mort, mais, selon le gouverneur Greg Abbott, il est encore trop tôt pour dresser un bilan humain officiel. De nombreux quartiers sont encore inaccessibles aux sauveteurs. 

Un prête embarque sur un kayak pour acheter du vin de messe

Dimanche 27 août, David Bergeron, prêtre Canadien Français, est devenu le héros de sa communauté. Interrogé au micro de la chaîne ABC 13 sur son embarcation, le religieux a expliqué qu'il voulait remonter le moral aux habitants en officiant la messe. À bord de son kayak, il s'était donc donné pour mission d'acheter du vin de messe. Malheureusement, une fois amarré à l'épicerie, il a réalisé que la vente d'alcool est interdite le dimanche matin avant midi à Houston. "Je ne suis pas habitué à acheter de l'alcool si tôt le matin" a-t-il raconté au journaliste en riant.

Une maison de retraite évacuée grâce à un tweet

Capture d’écran 2017-08-28 à 16.25.19

© Compte Twitter de Timothy McIntosh

Le cliché a été relayé 4 500 fois sur Twitter. Dimanche 27 août, Timothy McIntosh a publié sur le réseau social une photo à la demande de sa belle-mère, gérante de la maison de retraite Vita Bella, située à Dickinson (Texas). Plusieurs personnes âgées - 18 au total - y apparaissent prisonnières des eaux, immergées jusqu'à la taille, dans l'attente des secours. Au premier plan, l'une des résidentes semble prendre son mal en patience en s'adonnant au tricot.

Suite à la publication de cette image, les internautes ont été sceptiques tant la scène est surréaliste. Interrogé par le Daily News, David Popoff, coordinateur des urgences de la ville, a cependant confirmé la prise en charge de tous les retraités : "Nous avons évacué des grands-mères et des grands-pères". Le lendemain, Timothy McIntosh a de nouveau publié un message indiquant que les pensionnaires, ainsi que les chats de l'établissement, étaient tous sains et saufs. Il a également tenu à remercier les internautes pour le partage de l'information.

Un homme pêche à domicile, dans son salon inondé 

Comme des milliers d'habitations, la maison de cette famille texane n'a pas été épargnée par la tempête tropicale. Mais au lieu de s'apitoyer sur son sort, cette famille a fait de ce tragique événement un moment de rigolade. Viviana Saldaña a publié sur Facebook, dimanche, une vidéo de son père en train de pêcher à mains nues dans le salon. Après quelques plongeons ratés, l'homme est parvenu à attraper sa proie sous les exclamations hilares de sa famille. 

Un journaliste reçoit des bières à l'antenne

Vendredi 25 août, Casey Stegall, reporter de la chaîne de télévision FOX News est apparu en direct le visage fouetté par les trombes d'eau. Devant la caméra et les téléspectateurs, il a lutté de longues minutes face à des conditions météorologiques particulièrement violentes. Quand soudain, le journaliste s'est fait interrompre par une habitante du Texas - elle aussi trempée jusqu'aux os - venue lui offrir des canettes de bière.

Une attention manifestement très apprécié par le professionnel : "Ce sera très sympa après ce direct sur la tempête" a-t-il déclaré en prenant dans ses bras sa bienfaitrice. Quelques heures plus tard, Casey Stegall a tenu personnellement à remercier le geste de cette femme sur son compte Twitter. "Voilà ce que j'appelle un CHOUETTE photobomb ! Elle a été vraiment adorable et m'a pris dans ses bras…Un moment de légèreté dans un reportage sur un sujet grave".

Yelen Bonhomme-Allard