La Trump-mania ou quand le président devient une marque

Le luxueux Trump International Hotel a ouvert ses portes en septembre 2016, au coeur de la capitale américaine. L'établissement accueille les clients les plus aisés, mais voit également défiler de nombreux touristes chaque jour. Symbole de la fortune du président, la maison Trump est devenue une attraction des plus tendances à Washington.

21913049_10214600341222468_1813669774_n

Difficile de le manquer. De hauts murs, une toiture pointue et une imposante tour au centre de l'édifice. De loin, la ressemblance de la bâtisse avec un château est à s'y méprendre. Seules les lettres dorées à l'effigie de l'établissement tranchent avec le charme de l'ancien, et attestent d'un luxe assumé.

21912881_10214600341302470_1206211492_n

Aux pieds du Trump International Hotel, les touristes sont nombreux à poser fièrement le temps d'une séance photo. L'immeuble est devenu un passage incontournable de la ville, à l'instar des lieux conseillés dans les guides de voyage. Vue de l'extérieur, l'édifice s'apparente davantage à un musée, qu'à un lieu où l'on dort.

Parmi les voyageurs, il y a les timides qui n'osent pas franchir la porte de l'établissement, et les curieux qui au contraire veulent absolument découvrir l'intérieur de chez Trump. Pour Justine (19 ans) et Diane (22 ans), deux soeurs en vacances, l'arrêt au 1100 Pennsylvania Avenue est obligatoire. Leur père, resté en Belgique, est impatient de recueillir leurs impressions. "C'est très beau à l'intérieur, mais en tant que jeunes on n'y séjournerait pas car c'est un peu trop clinquant." admettent-elles.

Des rénovations critiquée

Cheryl et son mari ont interrompu leur balade à vélo pour y jeter un coup d'oeil eux aussi. "On avait des souvenirs du lieu lorsque c'était encore la vieille poste. On voulait se rendre compte à quel point il avait changé depuis les rénovations, explique l'Américaine, originaire du Minnesota. C'est très chic à l'intérieur, il y a des chandeliers en cristal et le bar est spectaculaire". Les prix affichés sur la carte sont tout aussi spectaculaires : 18$ la sangria et 15$ le cocktail. "Est-ce que le tarif en valait peine ? Probablement pas", confie Cheryl dubitative.

La transformation de l'immeuble ne fait pas l'unanimité auprès des vacanciers. En sortant de l'hôtel, un couple originaire de Seattle ne cache pas sa déception. "Je connaissais très bien le lieu avant les travaux. C'était un bâtiment historique utilisé en bureau de poste. Puis plusieurs bureaux et magasins s'y sont installés" se souvient la retraitée. Même si cette dernière reconnaît la beauté contemporaine de l'hôtel, elle n'en démord pas  : "J'aurais préféré qu'il reste dans son état d'origine".

De l'or du sol au plafond 

21981747_10214600341702480_1356479747_o

À l'approche des grosses berlines noires, un groupe de valets accoure pour escorter des nouveaux arrivants. Au vu du prix de la nuitée, 382$ minimum (320€), les clients de l'hôtel sont manifestement aisés. Ceux-ci accèdent directement au salon, l'écrin central de l'établissement. Une arcade en acier, sorte de vertèbres architecturales, traverse de part et d'autre l'édifice, créant l'illusion d'un squelette soutenant la fondation. Huit lustres en crystal scintillent sous un puit de lumière naturelle, qui traverse le parfond entièrement vitré. 

21935687_10214600341262469_202633665_n

Le sol en marbre brun est recouvert par endroit de tapis qui semblent infinis. Le mobilier est soigné, selon des tons bleu roi, bleu nuit et beige. La couleur or est rappelée par petites touches sur les rampes d'escaliers, les pieds des fauteuils ou encore les quelques vases déposés de-ci de-là. Les toilettes non plus n'y ont pas échappé, poussant l'effet tape-à-l'oeil jusqu'à son paroxysme.

21979361_10214600341342471_1820589209_n-2

Outre l'espace esthétique baptisé Ivanka - à l'image de la fille du président américain - l'hôtel possède un seul magasin : Brioni, une enseigne italienne de prêt-à-porter, uniquement réservée à la gente masculine. À deux pas, le bar exhibe une collection de bouteilles, comparable au rayon d'un supermarché. Plusieurs magnums sont fièrement exposés. Au dessus de cette caverne d'alcool est érigé un gigantesque drapeau américain, mettant en relief l'omniprésence et la puissance du président Donald Trump.

Si le décor est soigné, le service, lui, ne semble pas à la hauteur de l'exigence attendue. Sur les conseils d'un proche, deux amies se sont arrêtées prendre un verre. Une perte de temps et d'argent, selon l'un d'elle, venue de Croatie :  "Nous avons pris un seul verre et c'était horrible. Le service était mauvais et les boissons super chères : 16$ pour une verre de Prosecco ! En plus, ils avaient besoin d'une carte de crédit pour ouvrir un compte, alors qu'on voulait payer en liquide. On leur a dit qu'on était étrangères, donc sans aucun document américain mais ils ont insisté".

De la vieille poste à l'hôtel 

21903382_10214574445335087_936911871_n

Cette démonstration du luxe est très récente. Le Trump International Hotel était autrefois un bureau de poste, connu sous le nom de Old Post Office Pavillon. Sur ordre du Congrès des États-Unis en 1880, l'architecte Edbrooke débuta la construction de l'édifice en 1892, et ce, durant sept années. "La poste était en activité de 1899 jusque dans les années 1930, avant de déménager, précise Robert Healy, guide au National Park Service (en charge des visites de monuments à Washington) depuis 1999. Plusieurs bureaux fédéraux et magasins s'y sont successivement installés, jusqu'à la rénovation de l'immeuble en l'hôtel".

Soucieuse de préserver le bâtiment, l'Administration des services généraux a décidé en 2013 de le mettre en location pour une durée de soixante ans, contre 3 millions de dollars de loyer annuel. Toutefois, le contrat prévoit qu'aucun "membre du Congrès ou du gouvernement des États-Unis ne peut détenir une participation à ce contrat ou en bénéficier de quelque sorte". Or, les murs sont loués par une société dont l'actuel président américain est l'actionnaire majoritaire, ce qui entraîne un conflit d'intérêts. Contacté à ce sujet, le National Park Service a refusé de répondre à nos questions.

21903717_10214574445215084_705872803_n

Qu'adviendra-t-il de l'établissement au terme des soixante prochaines années ? Son avenir est incertain. "Le contrat de location pourrait être prolongé, renouvelé ou mis en compétition avec d'autres sociétés. Je ne peux pas me prononcer sur soixante ans", admet Robert Healy. J'imagine que l'objectif de l'Administration des services généraux est de tout mettre en oeuvre pour préserver ce patrimoine".

Texte de Yelen Bonhomme-Allard, et vidéo par Emmanuelle Rouillon

Coincée dans la tempête Harvey, une Française raconte son évacuation

Quand Laura Ismar a quitté la France le 21 août dernier pour devenir fille au pair aux États-Unis, la jeune éducatrice spécialisée était loin d'imaginer ce qui l'attendait. Quatre jours seulement après son arrivée, la tempête Harvey frappe Houston, sa ville d'accueil. Hier, Laura et sa nouvelle famille ont roulé toute la journée pour fuir la montée des eaux. Récit. 

"C'est la panique. Nous sommes en voiture en train d'évacuer vers l'ouest, mais nous ne savons pas vraiment où aller". Il est 13h19, lundi 28 août, lorsque le premier contact est établi avec Laura. Par l'intermédiaire de Facebook, la jeune femme âgée de 22 ans envoie régulièrement des messages ainsi que des photos décrivant le chaos et les inondations qui l'entourent. "Tout le monde parle vite, je ne comprends pas tout. Je sais seulement que la situation est vraiment préoccupante" rédige Laura à la hâte, dont le niveau d'anglais est encore faible.

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.19.31

Laura a découvert New York pour la première fois.

En arrivant aux États-Unis, Laura était loin de se douter qu'elle serait un jour témoin d'un tel désastre. Basée pendant quatre jours dans l'État de New York pour une formation, Laura s'envole vendredi dernier pour Sienna Plantation, dans la banlieue sud de Houston, où habite sa famille d'accueil. Inquiète, elle s'informe régulièrement sur internet de la progression de la tempête tropicale, encore catégorisée comme ouragan. Son vol est maintenu, mais un élément la trouble : "L'avion était vide. Il devait y avoir 30 passagers tout au plus. Je me suis demandée si les gens avaient annulé au dernier moment leur voyage".

Malgré quelques turbulences, l'appareil atterrit sans encombres au Texas. L'excitation de la Française dissipe toutes craintes quant à l'approche imminente d'Harvey. Pourtant, ce dernier est proche, avec dans son sillage ses premières manifestations météorologiques. Des pluies torrentielles s'abattent sur la ville pendant tout le week-end, faisant presque déborder la rivière proche de la maison. "Les parents étaient constamment branchés sur les chaînes d'information. Ils ont  même commencé à scanner les documents importants comme les carnets de santé et les passeports" relate Laura.

Un risque d'inondation trop important

Laura comprend que la situation se dégrade hier matin quand le père de la famille fait irruption dans la cuisine. "J'étais en train de préparer des crêpes lorsqu'il nous a dit : Préparez des affaires pour les enfants, préparez des affaires pour vous. Dès que vous êtes prêtes, on y va", se souvient aux mots près la jeune Française. Cette dernière se précipite alors dans sa chambre et pioche au hasard des vêtements qu'elle jette dans un sac. Elle prend également le soin d'envelopper son passeport et son visa dans un sac plastique pour les protéger de l'eau.

Avant de quitter la maison, les parents, Laura et Magdalena, l'autre fille au pair de la famille, mettent en sureté le mobilier et les objets électroniques au premier étage. La famille charge les deux 4x4 stationnés devant la maison et se sépare : Laura accompagne la mère et ses deux fillettes âgées de 4 et 6 ans, tandis que Magdalena suit le père et son fils de 9 ans. "Quand la maman s'est mise à prier, j'ai vraiment paniqué. Je ne comprenais pas tout mais pendant tout le trajet, elle répétait sans cesse : "Thanks God" et "Jésus", se remémore Laura.

Un périple long et dangereux

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.18.45

L'inondation des routes rend la conduite difficile.

Les deux véhicules foncent en direction de l'ouest, afin de s'éloigner de la trajectoire de la tempête qui se dirige vers la Louisiane, à l'est de Houston. Assise sur le siège passager, Laura immortalise avec son téléphone les routes complètement inondées. Les aires de jeux, les piscines et les parcs sont submergés. Les marques de signalisation au sol sont invisibles, si bien que la famille roule parfois sur les trottoirs. "Ce n'est que lorsque les roues heurtaient la bordure qu'on s'en rendait compte".

Les yeux rivés sur son portable, Laura est en charge d'informer la mère de famille de l'état des routes. "Nous avions un groupe WhatsApp sur lequel des amis des nous envoyaient constamment des indications sur les itinéraires à prendre". 

300 km en 7 heures 

Soudain, la voiture conduite par le père tombe en panne. Impossible de la redémarrer. Son fils, Magdalena et lui sont alors secourus par un groupe de résidents mexicains qui les transportent dans leur remorque jusqu'au second véhicule, où ils s'entassent avec le reste de la famille. Par chance, un convoi de la Garde nationale qui se dirigeait vers Houston les aide à tracter le véhicule immobile hors de l'eau. "Nous avons été obligés de l'abandonner sur un pont, en espérant le retrouver intact au retour" confie Laura, abasourdie par le souvenir de cette scène chaotique. "Je me croyais dans un film".

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.33.09

Magdalena et Laura gardent le sourire malgré cette incroyable aventure.

La famille texane pose finalement ses valises dans un hôtel d'Austin vers 18h00. Il aura fallu sept heures pour parcourir les 300 kilomètres séparant les deux villes. En temps normal, trois heures suffisent. Laura peut enfin rassurer ses parents en France. Pour la première depuis son arrivée dans le pays, elle voit enfin le soleil. "En une semaine, j'ai dû faire face à un ouragan. Malgré tout, cette épreuve ne m'a pas donné envie de rentrer en France".

Yelen Bonhomme-Allard