U.S. President Donald Trump gives an interview from his desk in the Oval Office at the White House in Washington, U.S., February 23, 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

L'interview surréaliste de Trump en quelques extraits

Six mois après l'investiture présidentielle américaine, le New York Times a publié, mercredi, une interview de Donald Trump qui s'est entretenu pendant cinquante minutes avec trois journalistes du célèbre média américain, Peter Baker, Michael S. Schmidt et Maggie Haberman.

C'est bien connu, entre Donald Trump et les médias c'est une histoire de désamour. Alors que le prestigieux journal new-yorkais avait été qualifié de "fake news" par le président américain, ce dernier a quand même accepté de recevoir les journalistes du New York Times dans le Bureau Ovale. Une occasion pour lui d'avoir son heure de vérité, sous la forme d'un long entretien enregistré, puis retranscrit à l'écrit.

Voici quelques extraits qui illustrent une conversation totalement décousue, sans queue ni tête, de la part du locataire de la Maison-Blanche. C'est un Donald Trump dans toute son incohérence qui se révèle ici.

Son "amitié" avec Emmanuel Macron

Donald Trump est revenu sur son voyage en France à l'occasion du 14 juillet. “Il m’a appelé et m’a dit, ‘j’adorerais que vous veniez pour vous rendre hommage en France’, en rapport à la fête du 14 juillet. En plus, c’est le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale. C’est énorme. Et j’ai dit oui", raconte-il. Sauf qu'Emmanuel Macron l'avait invité à assister au traditionnel défilé des Champs-Elysées surtout pour commémorer le 100ème anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis pendant la Première Guerre mondiale en 1917.

Un peu plus loin, il raconte aux journalistes : "Quand Macron m'a demandé de venir, j'ai dit : 'Tu penses que c'est une bonne chose que je vienne à Paris? Je viens de rompre l'Accord de Paris la semaine dernière. Est-ce une bonne idée ?' Il m'a répondu, 'Ils vous adorent en France.' Du coup j'ai dit, 'OK, je ne veux pas te blesser".

Capture d'écran 2017-07-20 11.54.09

Extrait de l'interview du New York Times

C'est un fait, le président américain ne cache pas son enthousiasme à l'égard du nouveau président français, évoquant la fameuse poignée de main. Pour lui, il ne fait aucun doute qu'Emmanuel Macron "adore" lui tenir la main... et il n'hésite pas à le répéter trois fois de suite.

Capture d'écran 2017-07-20 11.49.19

Extrait de l'interview du New York Times (2)

C’est un mec génial. Intelligent. Fort. Il adore me tenir la main. Les gens l’ignorent mais il adore me tenir la main. Ça, c’est bien. […] Vraiment. C’est un mec super. Et c’est un mec coriace, mais bon, il est obligé. Je pense qu’il sera un président formidable pour la France. Mais il adore me tenir la main”, s'enthousiasme-t-il.

A propos du dîner présidentiel à la Tour Eiffel, pour Trump, ce fut la "plus grande célébration dans l'histoire de la Tour Eiffel". "Je veux dire, il y avait des milliers et des milliers de personnes, parce qu'elles ont appris qu'on allaient dîner là",  Et si on lui expliquait le concept du tourisme ?

La petite leçon d'histoire 

Lors de sa visite du tombeau de Napoléon aux Invalides, Macron a donné un petit cours d'histoire à Trump, notamment sur l'héritage laissé par l'empereur à la France. "C'est incroyable ce qu'il a fait. Il a dessiné Paris." C'est en tout cas ce qu'a retenu le président américain de la leçon d'histoire de son homologue français.

Sauf que c'est Napoléon III qui a redessiné Paris au XIXème siècle, et non pas le premier. Confusion ? Mais la petite leçon d'histoire ne s'arrête pas là. Le milliardaire américain récite face aux journalistes ce qu'il a appris, expliquant que Napoléon a trop sous-estimé le climat russe et laissé sa Grande Armée "mourir de froid". Et continue son récit en racontant que "la même chose" est arrivée à Hitler : "La météo a chuté à -35 degrés, et ce fut la fin de cette armée."

Capture d'écran 2017-07-20 15.47.15

Extrait de l'interview du New York Times (3)

L'entrevue secrète avec Vladimir Poutine 

De quoi ont bien pu parler les deux présidents américain et russe lors de leur rencontre à Hambourg à l'issue du G20 le 7 juillet ? Le mystère reste entier. Sur Twitter, Trump avait écrit que les fake news sont de plus en plus malhonnêtes. Même un dîner organisé pour les leaders du G20 en Allemagne devient suspect " afin d'enlever toute idée de soupçons. Mais voilà qu'au New York Times, il affirme qu'il s'agissait juste d'un "échange de politesses" qui n'a duré que 15 minutes.

Capture d'écran 2017-07-20 15.57.58

Extrait de l'interview du New York Times (4)

"Elle était assise à côté de Poutine et quelqu’un d’autre, et c'est comme ça. On était en train de manger et au moment du dessert, je suis juste allé dire bonjour à Melania, et pendant que j’étais là, j’ai dit bonjour à Poutine. Un échange de politesses plus que tout autre chose. Ça n’a pas été une longue conversation, vous savez, peut-être 15 minutes. On a juste parlé – de choses. À vrai dire c’était très intéressant, on a parlé d’adoption", raconte-il au New York Times.

Puis, plus loin dans la conversation, il bafouille quelques réponses "inaudibles", mais nie toute implication financière avec la Russie : "On dit que j'ai gagné de l'argent grâce à la Russie. C'est faux. Ce n'est pas mon truc, je ne fais pas ce genre de choses."

Capture d'écran 2017-07-20 16.08.54

Extrait de l'interview du New York Times (5)

Le renvoi de James Comey, ex-directeur du FBI 

Le locataire de la Maison-Blanche s'est aussi confié sur James Comey, ancien directeur du FBI qu'il a limogé en mai dernier. Ce dernier était en charge de l'enquête sur une possible ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine. Un acte qui a fait la une de tous les journaux, certains faisant le parallèle avec le scandale du Watergate qui a abouti à la démission du président Richard Nixon, dans les années 1970. Le 11 mai dernier, il confiait sur NBC News : "J'allais le virer de toute façon. C'est un fanfaron qui est là pour amuser la galerie." Cette fois-ci, au New York Times, il explique qu'il a agi pour le pays : "Je pense que j'ai fait là quelque chose de bien pour le peuple américain."

Capture d'écran 2017-07-20 16.19.18

Extrait de l'interview du New York Times (6)

Un grand-père gâteux 

C'est sans conteste le moment le plus surréaliste de toute l'entrevue. L'interruption de l'interview par la petite-fille du président, Arabella, 6 ans. Trump ne cache pas sa fierté envers sa petite-fille, cherchant à impressionner les journalistes en lui faisant parler chinois : "Elle est géniale. Elle parle couramment chinois. Elle est vraiment top. […] Elle a même parlé avec le Président Xi. Chérie ? Peux-tu dire quelques mots en chinois ? Je ne sais pas moi un truc comme 'Je t'aime, Grand-père'. Elle est incroyable, hein?" Et de glisser à la fin aux journalistes, "c'est dans les gènes". 

Capture d'écran 2017-07-20 16.31.00

Extrait de l'interview du New York Times (7)

Aliénor Vinçotte

Tinder met fin à un "match" vieux de 2014 en réunissant les prétendants

Deux adolescents américains "matchent" sur Tinder en 2014, mais ne se rencontrent jamais. Tinder leur donne 24 heures pour trouver une destination où ils pourront enfin se voir physiquement. Un voyage tous frais payés par l'application à la flamme rouge.

Trois ans. C'est le temps nécessaire qu'il aura fallu à ces deux Américains, Josh Avsec et Michelle Arendas pour se rencontrer. En novembre 2014, les deux étudiants de l'Université d'Etat du Kent (Ohio) utilisent Tinder, l'application de rencontres pour les célibataires, disponible sur smartphone. L'attraction est réciproque, de sorte que l'application les met en relation. Une histoire somme toute ordinaire pour des millions d'utilisateurs.

Leur conversation débute le 20 novembre 2014, mais devient vite très décousue, laissant plusieurs mois d'intervalle entre les réponses. Chaque nouveau message s'accompagne d'excuses de part et d'autre : "Je suis désolée mon téléphone n'avait plus de batterie" (Michelle - 26/11/2014), "Je suis désolé, j'étais sous la douche" (Josh - 19/01/2015) ou encore "Vraiment navrée, j'ai eu une semaine chargée" (Michelle - 20/12/2015).

Amusé par la situation, Josh partage sur son compte Twitter une capture d'écran des "dialogues" quasi inexistants, à laquelle il ajoute : "Un jour, je vais rencontrer cette fille et ça va être épique. Regardez les dates des messages envoyés". Toujours sur le ton de l'humour, Michelle répond naturellement au commentaire : "Désolée, j'aimerais bien te répondre mais je vais avoir besoin de quelques mois".

La blague entre les deux inconnus aurait pu en rester là si Tinder ne s'était pas emparé de l'histoire. Le coup de com' est assuré. L'application leur propose de franchir le pas et de se voir. Enfin. Au terme d'une journée, les deux étudiants se sont mis d'accord sur le lieu de leur future rencontre : Hawaï. Un voyage tout frais payé par l'application.

Cette hypothétique idylle a été relayée plus de 27 000 fois sur le réseau social Twitter, nourrissant au passage, la jalousie de bien des internautes.

Yelen BONHOMME-ALLARD

À la découverte de Georgetown, quartier historique de Washington D.C

Georgetown est une ancienne ville portuaire construire durant la première moitié du XVIIIe siècle. Elle a été fondée en 1751 par George Beall et George Gordon sous le nom de Town of George. George étant aussi le prénom du roi d'Angleterre de l'époque, George II, un doute persiste quant à l'origine du nom de la ville. Située à la limite du Potomac, la ville a rapidement prospéré grâce à son port, favorable au commerce du tabac. Aujourd'hui, Georgetown est l'un des quartiers les plus branchés de la capitale.

  • M Street

M_Street_and_31st_Street_N.W.,_Georgetown,_Washington,_DC-2

Connu pour ses nombreux magasins, Georgetown est un quartier incontournable pour les accros du shopping. Tout au long de l'avenue, les enseignes nationales - voire internationales - côtoient les petites boutiques de créateurs. Vêtements et chaussures paradent dans les vitrines au gré des saisons et des collections.

  • Georgetown Cupcake 

FullSizeRender-4

Saveurs chocolat, caramel, carotte ou noix-de-coco, il y en a pour tous les goûts. Chaque cupcake revêt un chapeau de crème colorée, avec de nombreux éléments de décoration (paillettes, fleurs, coeurs ou guimauve arc-en-ciel). Difficile de ne pas y succomber mais... armez-vous de patience ! Du matin au soir, la pâtisserie ne désemplit pas et la file d'attente est souvent longue, très longue.

  • "The Exorcist" Steps 

exorcist-steps*400xx2048-2048-0-0

Situés au 3600 Prospect St NW, à Washington D.C, ces escaliers sont devenus célèbres depuis la sortie du film d'horreur l'Exorciste en 1973. Dans le long métrage, le Père Damien Karras, possédé par le démon, a dévalé les 75 marches avant de trouver la mort en contrebas.

Aujourd'hui, l'emplacement est devenu le terrain de jeu des sportifs qui ne semblent pas effrayés par la réputation du lieu.

  • Potomac Waterfront 

FullSizeRender

A pied, à vélo ou en bateau, le Potomac peut se découvrir de plusieurs façons. Le fleuve sert de frontière naturelle séparant les Etats du Maryland, de Virginie et le District de Columbia. Les bateaux assurent des allers-retours de 90 minutes entre Georgetown et Alexandria, la vieille ville située en périphérie de la Capitale. La station nautique du Potomac propose également des visites du fleuve en paddle et en canoë-kayak.

  • Georgetown University

FullSizeRender-2

Fondée en 1789, l'université catholique jésuite est le joyau de Georgetown. L'établissement, dont la réputation s'étend au-delà des frontières du pays, propose un enseignement d'excellence basé sur l'apprentissage des sciences, des mathématiques, la philosophie, l'histoire ou encore des sciences humaines. Les frais de scolarité sont, certes, très élevés mais assurent un avenir prometteur aux étudiants. Comme toute université américaine qui se respecte, Georgetown promeut ses disciplines sportives (basketball, baseball, football) et artistiques (danse, théâtre, musique).

  • Les maisons colorées de Georgetown 

FullSizeRender-6

Les maisons de Georgetown sont très célèbres pour leurs façades colorées. Bleu, rose, jaune ou vert, le mariage des nuances, le plus souvent dans les tons pastels, harmonise les ruelles et charme le regard. Beaucoup de touristes aiment s'y promener, photographiant par endroits le profil des habitations.

Pour les curieux, l'ancienne maison de Jacqueline Kennedy est visible au 3017 N Street.

Yelen BONHOMME-ALLARD avec Aliénor VINÇOTTE

Obamacare vs Trumpcare, les manifestants font entendre leur voix

Pour la deuxième journée consécutive, des centaines de manifestants se sont rassemblés sur la place du Capitole, dans la capitale américaine. Tous s'opposent au projet de loi de Donald Trump, visant à remplacer la loi Obamacare mise sur pied par son prédécesseur Barack Obama.

"L'Affordable Care Act a sauvé ma vie" : c'est le message que Julian Joshua veut faire passer en soulevant sa pancarte au dessus de la foule. Ce retraité ne brandit pas une banale planche de carton. C'est sa vie qu'il porte à bout de bras. Originaire de Grande-Bretagne, il est venu s'installer aux États-Unis, avec sa femme américaine, il y a plusieurs années. Six mois seulement après son arrivée, les médecins lui ont diagnostiqué un cancer de la prostate. "J'en fais une histoire très personnelle, s'indigne Julian. Obamacare a totalement sauvé ma vie. Sans cette loi, j'aurais dû dépenser une fortune pour être soigné". Le Britannique, qui deviendra officiellement un citoyen américain le 4 juillet prochain, n'a dû débourser que 2 500$, une somme dérisoire comparée au montant de la facture de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

IMG_4422

Depuis, Julian est totalement guéri mais, n'exclut aucune rechute. C'est la raison pour laquelle il est venu manifester avec sa femme aujourd'hui. Le couple promet qu'il reviendra tous les jours si nécessaire, pour s'assurer que d'autres malades puissent bénéficier des mêmes aides financières. "Obamacare est un droit, non un privilège" soutient-il d'un ton engagé. 

Julian n'est malheureusement pas le seul à s'inquiéter des conséquences de l'abrogation d'Obamacare. Sous son chapeau rose, Carmen Diez Canseco applaudit ardemment les discours des activistes qui se succèdent. Agée de 66 ans, cette ancienne employée dans le secteur médical souffre depuis six années d'un cancer du sang. Aux Etats-Unis, les traitements médicaux pour ce type de cancer sont très coûteux, environ 10 000$ par mois. Sans Obamacare, Carmen est convaincue qu'elle n'aurait pas pu s'offrir les médicaments nécessaires et n'aurait donc pas survécu à la maladie : "Je serais morte depuis 4 ans".

Armée de sa pancarte, la sexagénaire dénonce que la réforme proposée par ce projet de loi bénéficiera aux riches, au détriment des pauvres. "Donald Trump n'a aucune idée que de ce que l'on vit au quotidien, assure-t-elle. Il devrait se mettre à la portée des classes les moins fortunées. Il ne survirait pas plus de trois jours dans la rue".

 IMG_4397

Plus pour les riches, moins pour les pauvres

Selon un rapport publié par le Budget du Congrès américain (CBO), 22 millions d'Américains pourraient perdre leur assurance santé d'ici 2022 en cas d'abrogation de la loi Obamacare. Pour les manifestants, si le projet de loi est accepté, les premières victimes seront les personnes les plus vulnérables telles que les femmes, les enfants, les séniors aux faibles revenus, les personnes handicapées et ayant une maladie préexistante. Plusieurs organisations de professionnels de la santé, dont l'Association Médicale Américaine (AMA), dénoncent d'ailleurs le projet de loi du Sénat. Selon eux, en plus de diminuer drastiquement le financement de Medicaid, la couverture santé réservée aux plus pauvres, le projet de loi ne permettra pas de diminuer les coûts déjà très élevés des assurances maladies privées. 

L'avenir de la loi Obamacare sera rendu public dans une semaine. Selon Richard Arenberg, professeur en Sciences Politiques et Politique Publique à l'Université Brown, remplacer Obamacare nécessitera plusieurs années. "En ce moment, Trumpcare n'est supporté que par 17% de la population. L'ironie de l'histoire est que depuis son éventuelle suppression, Obamacare n'a jamais été aussi populaire aux États-Unis. Il est difficile de savoir quand Trumpcare verra le jour. Peut-être que d'ici là, un nouveau président sera à la tête du pays".

 Yelen BONHOMME-ALLARD avec Aliénor VINÇOTTE

 

US President Donald Trump signs a confirmation for John Kelly as US Secretary of Homeland Security, as Vice President Mike Pence (L) and White House Chief of Staff Reince Priebus (R) look on, in the Oval Office of the White House in Washington, DC, January 20, 2017. / AFP PHOTO / JIM WATSON

Victoire de Trump : le décret migratoire remis partiellement en vigueur

La Cour suprême des États-Unis a décidé, aujourd'hui, d'écouter les arguments de Donald Trump quant à son décret anti-immigration. Ce dernier interdisait aux ressortissants de 6 pays musulmans l'accès sur le sol américain. Le décret sera examiné en audience à l'automne prochain. 

Cette annonce est une belle revanche, somme toute relative, pour le locataire de la Maison Blanche. Aujourd'hui, la Cour suprême américaine a remis partiellement en vigueur le décret migratoire interdisant l'accès aux États-Unis pour 6 pays principalement musulmans : Libye, Iran, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

L'ordonnance s'applique vis-à-vis des individus "n'ayant pas établi de relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis". Concrètement, les personnes n'ayant aucun membre de leur famille vivant sur le sol américain se verront refuser l'accès.

En janvier dernier, la déclaration très controversée de Donald Trump avait suscité la consternation et la colère au quatre coins du monde. Plusieurs manifestations avaient éclaté à travers les États-Unis, bloquant notamment l'accès aux aéroports.

988362-decret-trump-aeroport-muslimban

Des manifestants opposés au décret signé par Trump s'était rassemblés l'aéroport international Dallas-Fort Worth. Photo G. Morty Ortega

Yelen BONHOMME-ALLARD

Décès d'Otto Warmbier : la Corée du Nord assure être la "plus grande victime de cet incident"

Quelques jours après la mort d'Otto Warmbier, la Corée du Nord s'estime victime "d'une campagne de diffamation" menée part Washington D.C. Les autorités réfutent toutes accusations de maltraitance à l'égard de l'étudiant américain. 

La riposte de la Corée du Nord ne s'est pas faite attendre. Au lendemain de l'inhumation d'Otto Warmbier, les autorités nord-coréennes ont démenti tout acte de torture et de maltraitance envers le jeune homme. Elles accusent la Maison Blanche de mener une "campagne de diffamation" à son encontre. « Le fait que Warmbier soit mort, soudainement, en moins d'une semaine après son retour aux États-Unis, est pour nous aussi un mystère », a déclaré un porte-parole du Conseil pour la réconciliation nationale, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Depuis le rapatriement de d'étudiant aux Etats-Unis, l'affaire a pris une dimension politique où chacun se renvoie la balle. Le président sud-coréen Moon Jae-in tient pour responsable le régime de  Pyongyang, le qualifiant "d'irrationnel". Pour Donald Tump, le décès de l'étudiant soulève un "scandale absolu".

Face aux accusations, le porte-parole nord-coréen accuse la Corée du Sud d'utiliser le décès d'Otto Warmbier dans le seul but d'obtenir la libération de six détenus sud-coréens. "Ils n'ont absolument aucune idée de la façon dont Warmbier a été bien traité [...], mais ils osent prononcer les mots de "mauvais traitement" et de "torture" ", a poursuivi le porte-parole. Avant d'ajouter que la Corée du Nord est la "plus grande victime de cet incident".

Après un an et demi de détention, l'étudiant américain avait été rapatrié dans le coma, avant de décéder quelques jours plus tard. Il a été inhumé hier, dans sa ville natale, à Cincinnati. 

Yelen BONHOMME-ALLARD

La ville de Cincinnati fait ses adieux à Otto Warmbier

Otto Warmbier a été inhumé aujourd'hui, dans sa ville natale, à Cincinnati. Des milliers de personnes sont venues lui rendre un ultime hommage. 

Famille, amis et connaissances étaient présents pour dire une dernière fois au revoir à Otto Warmbier. D'après les médias locaux, près de 2 500 personnes ont assisté à la cérémonie, organisée dans l'ancienne école du jeune homme. Des proches de la victime ont porté le cercueil vers le corbillard, puis l'étudiant américain a été inhumé dans un cimetière de Cincinnati, dans l'Ohio, dont il est originaire.

Capture d’écran 2017-06-22 à 15.56.25

Le corbillard, quittant l'ancienne école d'Otto W, avant de rejoindre un des cimetières de la ville. @Reuters

Condamné en mars 2016 pour le vol d'une affiche de propagande, Otto Warmbier avait été condamné à quinze ans de travaux forcés par les autorités nord-coréennes. Après un an et demi de détention, il avait été rapatrié le 13 juin aux Etats-Unis dans un état comateux, souffrant de graves lésions cérébrales. Ses parents avaient annoncé le décès du jeune homme lundi, moins d'une semaine après son retour. Les causes de son coma et de sa mort demeurent mystérieuses. La famille a refusé d'autopsier le corps.

Yelen BONHOMME-ALLARD

Quand le yoga rend chèvre aux États-Unis

Réaliser la posture du chat lors d'une séance de yoga, avec une chèvre sur le dos ? C'est possible ! La nouvelle tendance vient des États-Unis, plus précisément de l'ouest du pays. Depuis, les adeptes de méditation accourent pour s'essayer à cette dernière folie. Outre Atlantique, le "Goat Yoga", ou "Yoga chèvre" a le vent en poupe. 

Terminés les cours de méditation dans les salles de gym habituelles. Le yoga se pratique désormais dans les fermes, en plein air. Le "Goat Yoga", (comprenez "Yoga chèvre") est la dernière tendance aux États-Unis, en matière d'exercice physique. 

Tandis que les yogis exécutent avec mimétisme les différentes postures du professeur, des chèvres naines guinéennes - 50 cm au garrot à l'âge adulte - gambadent à leur guise parmi les tapis. En équilibre sur le dos des participants, ou mastiquant leur chevelure, les mammifères aident, à leur façon, à détendre l'atmosphère. Les mouvements, parfois gênés par le passage des animaux, s'effectuent au rythme des bêlements. Difficile dans ces conditions de garder son sérieux. Mais c'est certainement cette distraction que recherchent les yogis. Fous rire garantis !

Selon des études cliniques, la présence des chèvres aurait des vertus bénéfiques lors de la méditation. L'interaction avec l'animal favoriserait l'évacuation du stress, pour laisser place à un sensation d'apaisement.

Plusieurs fermes aux États-Unis proposent ce concept, mais il faudra patienter avant de pouvoir le tester. Face à l'engouement, les organisateurs ont été contraints d'orienter les participants vers des listes d'attente.

Yelen BONHOMME-ALLARD

Détenu en Corée du Nord, un étudiant américain est rapatrié dans le coma

Condamné en 2016 par la Corée du Nord, Otto Warmbier, a été libéré et reconduit vers les Etats-Unis. L'étudiant américain âgé de 22 ans, est arrivé hier à Cincinnati dans le coma, après 17 mois passés derrière les barreaux. En janvier 2016, il avait été arrêté par les autorités nord-coréennes et condamné à quinze ans de travaux forcés pour le vol d'une affiche ornée d'un slogan politique, dans un hôtel de Pyongyang où il séjournait.

Que s'est-il passé durant sa détention pour plonger Otto Warmbier dans le coma ? Parti en Corée du Nord dans le cadre d'un séjour organisé pour le nouvel an, Otto Warmbien a été rapatrié, ce mercredi aux Etats-Unis, pour des raisons "humanitaires".

imrs.php

Otto Warmbier a été rapatrié en avion avant d'être conduit à l'hôpital en ambulance. @AP Photos

Peu de temps après son arrivée en Asie, l'étudiant américain a été arrêté puis condamné par la Cour suprême nord-coréenne à quinze ans de travaux forcés. Une sanction sévère pour le simple vol d'une affiche ornée d'un slogan politique, accrochée dans un hôtel de Pyongyang. Lors de son procès éclair, moins d'une heure, la justice l'avait alors accusé "d'activités hostiles" à l'égard du pays. Présenté à la presse quelques semaines plus tard, Otto Warmbier avait reconnu, en pleurs, avoir fait "la pire erreur de (sa) vie".

Selon les autorités nord-coréennes, Otto Warmbier aurait contracté une forme de botulisme, une affection neurologique grave et s'est vu administrer un somnifère qui l'aurait plongé dans le coma. "On nous a informés qu'il est dans cet état depuis mars 2016 mais nous l'avons appris il y a une semaine seulement", confiaient les parents du jeune homme. Ces derniers affirment également que leur enfant aurait été brutalisé pendant sa détention.

Hospitalisé à Cincinnati, Fred Warmbier, a informé que l'état de santé de son fils est stable mais qu'il souffre d'une sévère lésion neurologique. "Ils sont brutaux et terroristes, s'est-il exclamé. Nous voyons les résultats de leurs actions avec Otto". 

Au cours de ces dix dernières années, au moins 17 Américains ont été détenus en Corée du Nord et trois d'entre eux se trouvent toujours derrière les barreaux.

Yelen BONHOMME-ALLARD

La ville d'Orlando, meurtrie, "célèbre" un triste anniversaire

Il y a un an, jour pour jour, avait lieu la tuerie d'Orlando. Dans la nuit du 11 au 12 juin 2016, 49 personnes ont été tuées, dans une boîte de nuit nommée le Pulse, essentiellement fréquentée par la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans). Lors de la fusillade, 53 habitués avaient également été blessés. Cette tragédie correspond au plus grand massacre homophobe sur le sol américain, au nom de l'Etat Islamique. 

Dessins, fleurs, bougies, drapeaux arc-en-ciel, les marques en hommage aux victimes envahissent les murs du Pulse. Un an après le massacre, l'heure est au recueillement. En mémoire aux 49 victimes, plusieurs objets, prudemment collectés et nettoyés au lendemain de la fusillade, vont être présentés au public dans le Centre d'histoire du comté d'Orange. D'autres seront également mis ligne sur le site du musée.

L'objectif de cette initiative est d'offrir un espace de recueillement pour les familles, qui vivent parfois très loin d'Orlando, mais aussi de garder en mémoire le visage des 49 personnes tombées sous les balles. "Cela fait un an, et nous voulons que les familles des victimes et les survivants puissent, à leur rythme, quand ils s'y sentent prêts, (...) comprendre que leurs proches ont énormément compté", confiait Teresa Jacobs, maire du comté d'Orange dont fait partie Orlando.

Réputé pour ses soirées, l'établissement gay le Pulse était un symbole pour la communauté LGBT.  La co-propriétaire Barbara Poma, a annoncé lors d'une conférence que le club deviendra un musée, "pour guérir ensemble", face à la haine qui ne doit pas triompher.

Suite à l'attaque, Barbara Poma a créé la fondation, OnePulse, afin de venir en aide aux victimes et à leurs proches. "Chaque donation participera à la construction du musée", a t-elle ajouté.

L'homosexualité, un sujet encore tabou 

Un an après cette tragédie, le corps d'une des victimes n'a toujours pas été réclamé par la famille. Révélé par le site The Advocate, l'article ne cite aucun nom afin de préserver l'identité de la victime. Le père de cette dernière n'aurait pas eu connaissance de l'homosexualité de son enfant, s'interrogeant même sur sa présence sur les lieux du drame cette nuit-là. Selon The Advocate, l'homme aurait refusé de se rendre à la morgue afin d'identifier le corps, n'acceptant pas l'orientation sexuelle de son enfant.

Yelen BONHOMME-ALLARD