Décès d'Otto Warmbier : la Corée du Nord assure être la "plus grande victime de cet incident"

Quelques jours après la mort d'Otto Warmbier, la Corée du Nord s'estime victime "d'une campagne de diffamation" menée part Washington D.C. Les autorités réfutent toutes accusations de maltraitance à l'égard de l'étudiant américain. 

La riposte de la Corée du Nord ne s'est pas faite attendre. Au lendemain de l'inhumation d'Otto Warmbier, les autorités nord-coréennes ont démenti tout acte de torture et de maltraitance envers le jeune homme. Elles accusent la Maison Blanche de mener une "campagne de diffamation" à son encontre. « Le fait que Warmbier soit mort, soudainement, en moins d'une semaine après son retour aux États-Unis, est pour nous aussi un mystère », a déclaré un porte-parole du Conseil pour la réconciliation nationale, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Depuis le rapatriement de d'étudiant aux Etats-Unis, l'affaire a pris une dimension politique où chacun se renvoie la balle. Le président sud-coréen Moon Jae-in tient pour responsable le régime de  Pyongyang, le qualifiant "d'irrationnel". Pour Donald Tump, le décès de l'étudiant soulève un "scandale absolu".

Face aux accusations, le porte-parole nord-coréen accuse la Corée du Sud d'utiliser le décès d'Otto Warmbier dans le seul but d'obtenir la libération de six détenus sud-coréens. "Ils n'ont absolument aucune idée de la façon dont Warmbier a été bien traité [...], mais ils osent prononcer les mots de "mauvais traitement" et de "torture" ", a poursuivi le porte-parole. Avant d'ajouter que la Corée du Nord est la "plus grande victime de cet incident".

Après un an et demi de détention, l'étudiant américain avait été rapatrié dans le coma, avant de décéder quelques jours plus tard. Il a été inhumé hier, dans sa ville natale, à Cincinnati. 

Yelen BONHOMME-ALLARD

A lire aussi