La Trump-mania ou quand le président devient une marque

Le luxueux Trump International Hotel a ouvert ses portes en septembre 2016, au coeur de la capitale américaine. L'établissement accueille les clients les plus aisés, mais voit également défiler de nombreux touristes chaque jour. Symbole de la fortune du président, la maison Trump est devenue une attraction des plus tendances à Washington.

21913049_10214600341222468_1813669774_n

Difficile de le manquer. De hauts murs, une toiture pointue et une imposante tour au centre de l'édifice. De loin, la ressemblance de la bâtisse avec un château est à s'y méprendre. Seules les lettres dorées à l'effigie de l'établissement tranchent avec le charme de l'ancien, et attestent d'un luxe assumé.

21912881_10214600341302470_1206211492_n

Aux pieds du Trump International Hotel, les touristes sont nombreux à poser fièrement le temps d'une séance photo. L'immeuble est devenu un passage incontournable de la ville, à l'instar des lieux conseillés dans les guides de voyage. Vue de l'extérieur, l'édifice s'apparente davantage à un musée, qu'à un lieu où l'on dort.

Parmi les voyageurs, il y a les timides qui n'osent pas franchir la porte de l'établissement, et les curieux qui au contraire veulent absolument découvrir l'intérieur de chez Trump. Pour Justine (19 ans) et Diane (22 ans), deux soeurs en vacances, l'arrêt au 1100 Pennsylvania Avenue est obligatoire. Leur père, resté en Belgique, est impatient de recueillir leurs impressions. "C'est très beau à l'intérieur, mais en tant que jeunes on n'y séjournerait pas car c'est un peu trop clinquant." admettent-elles.

Des rénovations critiquée

Cheryl et son mari ont interrompu leur balade à vélo pour y jeter un coup d'oeil eux aussi. "On avait des souvenirs du lieu lorsque c'était encore la vieille poste. On voulait se rendre compte à quel point il avait changé depuis les rénovations, explique l'Américaine, originaire du Minnesota. C'est très chic à l'intérieur, il y a des chandeliers en cristal et le bar est spectaculaire". Les prix affichés sur la carte sont tout aussi spectaculaires : 18$ la sangria et 15$ le cocktail. "Est-ce que le tarif en valait peine ? Probablement pas", confie Cheryl dubitative.

La transformation de l'immeuble ne fait pas l'unanimité auprès des vacanciers. En sortant de l'hôtel, un couple originaire de Seattle ne cache pas sa déception. "Je connaissais très bien le lieu avant les travaux. C'était un bâtiment historique utilisé en bureau de poste. Puis plusieurs bureaux et magasins s'y sont installés" se souvient la retraitée. Même si cette dernière reconnaît la beauté contemporaine de l'hôtel, elle n'en démord pas  : "J'aurais préféré qu'il reste dans son état d'origine".

De l'or du sol au plafond 

21981747_10214600341702480_1356479747_o

À l'approche des grosses berlines noires, un groupe de valets accoure pour escorter des nouveaux arrivants. Au vu du prix de la nuitée, 382$ minimum (320€), les clients de l'hôtel sont manifestement aisés. Ceux-ci accèdent directement au salon, l'écrin central de l'établissement. Une arcade en acier, sorte de vertèbres architecturales, traverse de part et d'autre l'édifice, créant l'illusion d'un squelette soutenant la fondation. Huit lustres en crystal scintillent sous un puit de lumière naturelle, qui traverse le parfond entièrement vitré. 

21935687_10214600341262469_202633665_n

Le sol en marbre brun est recouvert par endroit de tapis qui semblent infinis. Le mobilier est soigné, selon des tons bleu roi, bleu nuit et beige. La couleur or est rappelée par petites touches sur les rampes d'escaliers, les pieds des fauteuils ou encore les quelques vases déposés de-ci de-là. Les toilettes non plus n'y ont pas échappé, poussant l'effet tape-à-l'oeil jusqu'à son paroxysme.

21979361_10214600341342471_1820589209_n-2

Outre l'espace esthétique baptisé Ivanka - à l'image de la fille du président américain - l'hôtel possède un seul magasin : Brioni, une enseigne italienne de prêt-à-porter, uniquement réservée à la gente masculine. À deux pas, le bar exhibe une collection de bouteilles, comparable au rayon d'un supermarché. Plusieurs magnums sont fièrement exposés. Au dessus de cette caverne d'alcool est érigé un gigantesque drapeau américain, mettant en relief l'omniprésence et la puissance du président Donald Trump.

Si le décor est soigné, le service, lui, ne semble pas à la hauteur de l'exigence attendue. Sur les conseils d'un proche, deux amies se sont arrêtées prendre un verre. Une perte de temps et d'argent, selon l'un d'elle, venue de Croatie :  "Nous avons pris un seul verre et c'était horrible. Le service était mauvais et les boissons super chères : 16$ pour une verre de Prosecco ! En plus, ils avaient besoin d'une carte de crédit pour ouvrir un compte, alors qu'on voulait payer en liquide. On leur a dit qu'on était étrangères, donc sans aucun document américain mais ils ont insisté".

De la vieille poste à l'hôtel 

21903382_10214574445335087_936911871_n

Cette démonstration du luxe est très récente. Le Trump International Hotel était autrefois un bureau de poste, connu sous le nom de Old Post Office Pavillon. Sur ordre du Congrès des États-Unis en 1880, l'architecte Edbrooke débuta la construction de l'édifice en 1892, et ce, durant sept années. "La poste était en activité de 1899 jusque dans les années 1930, avant de déménager, précise Robert Healy, guide au National Park Service (en charge des visites de monuments à Washington) depuis 1999. Plusieurs bureaux fédéraux et magasins s'y sont successivement installés, jusqu'à la rénovation de l'immeuble en l'hôtel".

Soucieuse de préserver le bâtiment, l'Administration des services généraux a décidé en 2013 de le mettre en location pour une durée de soixante ans, contre 3 millions de dollars de loyer annuel. Toutefois, le contrat prévoit qu'aucun "membre du Congrès ou du gouvernement des États-Unis ne peut détenir une participation à ce contrat ou en bénéficier de quelque sorte". Or, les murs sont loués par une société dont l'actuel président américain est l'actionnaire majoritaire, ce qui entraîne un conflit d'intérêts. Contacté à ce sujet, le National Park Service a refusé de répondre à nos questions.

21903717_10214574445215084_705872803_n

Qu'adviendra-t-il de l'établissement au terme des soixante prochaines années ? Son avenir est incertain. "Le contrat de location pourrait être prolongé, renouvelé ou mis en compétition avec d'autres sociétés. Je ne peux pas me prononcer sur soixante ans", admet Robert Healy. J'imagine que l'objectif de l'Administration des services généraux est de tout mettre en oeuvre pour préserver ce patrimoine".

Texte de Yelen Bonhomme-Allard, et vidéo par Emmanuelle Rouillon

Ouragan, tempête, typhon : pourquoi leur donne-t-on un prénom ?

Alors que la saison des ouragans bat son plein, deux interrogations surgissent : qui baptise ces dépressions climatiques et pourquoi ? Retour sur une tradition très codifiée, datant de la moitié du XXe siècle.

Tout d'abord, les dépressions climatiques accompagnées de vents d'au moins 118 km/h sont désignées par le terme "ouragan", uniquement si elles se forment dans l'Atlantique-nord et le Pacifique nord-est. Si elles se créent dans le Pacifique nord-ouest, elles prennent alors le nom de "typhon", ou bien "cyclone tropical" dans l'Océan Indien. Concernant le bassin Atlantique nord, les ouragans portent des noms anglais, espagnols ou français en référence aux pays qui bordent l'océan.

DJIp-i7XYAAuUvm

L'intensité des vents est mesuré de 1 à 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson. En dessous de 118km/h, les dépressions climatiques sont catégorisées en tant que tempêtes tropicales.

Une tradition du XXe siècle 

Les météorologues ont commencé à baptiser les ouragans en 1953. Avant cette date, ces catastrophes climatiques étaient nommées selon le Saint du jour où elles dévastées un pays. Par exemple, si un ouragan frappait le jour de la Saint Nicolas, il était par conséquent appelé l'ouragan Nicolas. Mais ce processus se heurtait à une limite : dans le cas - bien que très rare - où deux ouragans se formaient le même jour, sur deux années différentes, il était alors difficile de les distinguer.

Des patronymes recyclés tous les 6 ans 

Depuis 1953, l'attribution des prénoms des ouragans est dirigée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Les appellations sont assignées par ordre alphabétique, suivant une rotation de six listes, chacune composée de 21 prénoms. La première tempête de l'année en cours hérite d'un patronyme commençant par la lettre A, la seconde par un nom en B, et ainsi de suite. Ainsi, en suivant cette logique, la liste de 2017 sera de nouveau utilisée en 2023.

Après Harvey, Irma, Jose et Katia, les prochaines dépressions s'appellent donc Lee et Maria. Née samedi, Lee ne représente aucune menace pour les Antilles. Cependant, Maria classée en catégorie 5, a frappé hier la Dominique et la Martinique - cette deuxième île a été relativement épargnée - avant de s'abattre aujourd'hui sur la Guadeloupe, privant 80 000 foyers d'électricité.

ouragan-tempete-liste-noms-0cc215-0@1x

Liste des noms d’ouragans de 2017 à 2023 dans l’océan Atlantique.

Quelques exceptions

Entre 1954 et 2016, 84 noms ont été bannis de ce tableau. Lorsque la catastrophe naturelle a été particulièrement dévastatrice et/ou meurtrière, l'appellation n'est jamais réemployée afin d'éviter tout traumatisme supplémentaire. C'est notamment le cas de l'ouragan Katrina qui a ravagé la Nouvelle-Orléans (Louisiane) en 2005, tuant 1833 personnes. Harvey et Irma, survenus respectivement au Texas le 25 août et en Floride le 10 septembre, pourraient connaître le même sort.

En revanche, les lettres Q, U, X, Y et Z, trop pauvres en choix d'appellations, ont été exclues du catalogue des propositions.

Rare irrégularité 

Dans l'éventualité d'une saison record qui comptabiliserait plus de 21 tempêtes - un fait exceptionnel - celles-ci seront alors nommées selon l'alphabet grec : Alpha, Bêta, Gamma, Delta etc.

La parité des prénoms...

Pendant 26 années, seuls des prénoms féminins étaient utilisés. Mais en 1979, les mouvements féministes se sont opposés à cette tradition, jugeant néfaste l'association des prénoms féminins à des éléments climatiques souvent meurtriers. Depuis cette date, les prénoms masculins ont donc été introduits, favorisant une alternance genrée des patronymes. Il faut également préciser que les années paires débutent par un prénom masculin, tandis que les années impaires commencent par un prénom féminin. Le 20 avril 2017, la tempête tropicale Arlene a lancé la valse des vents.

... source de préjugés

Selon une étude menée en 2014 par des chercheurs de l'université de l'Illinois, les ouragans portant un prénom féminin seraient plus mortels que ceux portant un prénom masculin. Les scientifiques ont répertorié tous les ouragans qui ont secoué les États-Unis entre 1950 et 2012, soit 94 événements climatiques, en excluant Katrina (1833 morts en 2005) et Audrey (416 morts en 1957). Après avoir additionné le nombre de victimes, ils ont comptabilisé 1473 morts lorsque le cyclone portait un nom féminin, alors que ceux portant un prénom masculin comptent 427 décès.

En conclusion de leur enquête, les chercheurs présument qu'à l'approche d'un ouragan portant le nom d'une femme, les habitants prendraient moins de mesures pour se protéger, le jugeant moins dangereux. Les préjugés homme/femme seraient donc la source d'un taux de mortalité plus ou moins important.

Yelen Bonhomme-Allard

Where is Bryan ? Portrait d’un Dreamer

Bryan Torres Rosa est arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 12 ans, en 2006. Originaire du Salvador, il bénéficiait du programme Daca, institué en 2012 par Barack Obama. Cette mesure permettait à quelque 800 000 jeunes immigrés – appelés les Dreamers –, arrivés enfants aux Etats-Unis, d’obtenir un permis de travail. Aujourd’hui, le jeune homme âgé de 23 ans est très en colère contre la décision de Donald Trump d’enterrer cette mesure.

La semaine dernière, Bryan a relayé cette vidéo sur son profil Facebook :

Bryan vit actuellement à Northampton, dans le Massachusetts. C'est en 2006, après avoir voyagé trois semaines avec d'autres immigrants, qu'il arrive aux Etats-Unis pour la première fois, dans le petit village texan d'Eagle Pass. Il s'y installe provisoirement avec son oncle et sa grand-mère, avant de pouvoir rejoindre sa mère et le reste de sa famille, déjà installés dans le Massachusetts.

« Je n’étais pas avec ma famille parce que ma mère a dû aller aux Etats-Unis seule quand j’avais 17 mois, pour ramener de l’argent pour que nous ayons un meilleur avenir », explique Bryan. « Quant à mon frère et ma soeur, ils ont immigrés six ans avant moi. » Quand il arrive à Northampton quelques mois après son arrivée aux Etats-Unis, Bryan fait sa rentrée au collège John Fitzgerald Kennedy, une épreuve pour ce jeune homme qui découvre un nouveau pays. « Je ne parlais pas un mot d’anglais, et c’était très dur de m’habituer à cette culture. Et c’était même difficile de m’habituer à ma famille, parce que je n’avais pas vraiment de souvenir de ma mère, non plus de mon frère et de ma sœur que je n'avais plus vus depuis six ans. »

« Je me sentais comme un Américain, plus comme un alien »  

Après le lycée, le jeune salvadorien se retrouve dos au mur. Il rêve de faire des études supérieures mais comme de nombreux autres jeunes sans-papiers, il ne peut s'inscrire à l'université publique. « À 18 ans, je ne savais pas trop quoi faire de ma vie, parce que je n’avais pas de papiers mais je voulais vraiment aller à l’université », se remémore Bryan. Une seule solution s’offre alors au jeune homme : aller dans une université privée et payer les frais de scolarité –  5000 dollars –, en tant qu’étudiant étranger. « Toutes mes économies y sont passées, raconte-t-il, et en plus c’était très dur, parce que j’enchaînais avec trois petits boulots après les cours. » Il étudie les arts au Holyoke Community College, dont il sort diplômé en 2014.

Entre temps, Barack Obama instaure le programme Daca, qui lui permet d’obtenir son permis de conduire et de faire une demande de bourse pour ses études. « C’était un soulagement, parce qu’en plus d’avoir un permis de travail, je pouvais enfin ne plus vivre avec la peur d’être déporté à n’importe quel moment. Pour la première fois, je me sentais comme un Américain et plus comme un alien. »

Le jeune homme quitte son université d’Holyoke avec une licence en poche, et les félicitations du jury. Une distinction qui lui permet de postuler pour un master dans une université très réputée, Amherst College (Massachusetts), classée troisième meilleure université des Etats-Unis par le magazine Forbes, en 2010. Il y étudie la sociologie et la communication, et part même étudier six mois à la Sorbonne à Paris.

Bryan a passé 6 mois à Paris en 2016. Crédits : Bryan Torres Rosa / Facebook

Bryan a passé 6 mois à Paris en 2016. Crédits : Bryan Torres Rosa / Facebook

« Je continuerai à me battre pour mes droits »

« J’étais drôlement sous le choc quand j’ai appris que le programme Daca allait être arrêté », explique Bryan. C’était le 5 septembre dernier, Donald Trump et le congrès américain déclarent la fin de ce programme. « Nous ne pouvons accepter tous ceux qui aimeraient venir ici. Les Dreamers [les jeunes qui bénéficient du programme] prennent les emplois des Américains » déclarait Jeff Sessions, le ministre de la Justice américain.

« Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement s’acharne contre les étudiants, s’interroge Bryan. Les gens qui comme moi sont arrivés aux Etats-Unis enfants, sont comme des Américains normaux, qui vont à l’école et ne commettent pas de crimes. » Le jeune homme n’a cependant pas peur d’être renvoyé dans son pays. « Je continuerai à me battre pour mes droits, et pour ceux des gens dans mon cas. Et si jamais je dois être expulsé des Etats-Unis, je ferai tout mon possible pour aller en France. » Depuis la fermeture de Daca, les Dreamers comme Bryan ne pourront plus bénéficier d'un numéro de sécurité sociale, qui aux Etats-Unis, est nécessaire pour effectuer tout un tas de démarches administratives (ouvrir un compte en banque, se faire soigner, payer ses impôts, passer son permis de conduire...) « Pour moi, comme pour tous les autres qui sont dans mon cas, notre avenir est incertain. »

Emmanuelle Rouillon 

Irma : les coulisses de l'ouragan racontés par les journalistes de France 2

Pourquoi les journalistes qui couvrent les ouragans se filment-ils dans la tempête malgré le danger? Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont posés la question et ont critiqué une pratique qu'ils jugent à risque. Pour répondre à leurs interrogations, l'équipe du bureau de France 2 à Washington révèle les dessous du tournage.

Nos journalistes : qui sont-ils ?

Arielle Monange, monteuse vidéo à Washington depuis 1997
Laurent Desbois, caméraman à Washington depuis août 2009
Agnès Vahramian, nouvelle correspondante à Washington depuis septembre 2017

21767720_10213976056414943_286479135_n

À Miami, tournage dans un décor de carte postale.

Jeudi 7 septembre : En fin de matinée, Agnès Vahramian et Arielle Monange s'envolent pour Fort Lauderdale, en Floride. Objectif de la mission : montrer comment les habitants de la région se préparent à l'approche de l'ouragan. Avant de partir, les deux journalistes attrapent l'unique paire de bottes de pluie du bureau, et un t-shirt de rechange. Au cas où. "On ne pensait pas rester longtemps donc on est parties avec peu de choses" se souvient Agnès. Irma, encore loin des côtes américaines, est sensée s'abattre sur le sud de la Floride dimanche matin.

Dès leur arrivée en Floride, nos deux journalistes se rendent sur la plage de Miami Beach pour y réaliser un direct destiné au journal de 13h du lendemain. On y voit les habitants qui profitent de la quiétude temporaire de l'océan. Difficile  d'imaginer qu'un ouragan viendra tout balayer dans quelques jours.

Plus tard dans la journée, Agnès et Arielle rencontrent une famille française de Miami. Inquiète, celle-ci décide de fuir vers la ville de Tampa, au centre-ouest de la Floride, en compagnie d'une dizaine d'expatriés. Les deux jeunes filles du couple font leurs valises à la hâte, devant la caméra de notre équipe. La tension est palpable.

21640699_10213976056534946_774334858_o

La météo est encore clémente dans les Keys.

Vendredi 8 septembre : Agnès et Arielle guettent la trajectoire de l'ouragan. Celui-ci frappera les îles des Keys en premier. L'archipel composé d'un millier d'îlots est situé à l'extrémité sud de la Floride, à 145 kilomètres seulement de Cuba. Face à l'arrivée imminente d'Irma, les autorités ont émis un ordre d'évacuation dès le mardi. Les touristes désertent les hôtels et les supermarchés baissent leurs grilles. La vie s'arrête. "À partir de ce moment, la situation a commencé à se compliquer", raconte Agnès. "Sur les conseils des locaux, on s'est rendues à la Trading Post, la seule épicerie de la ville encore ouverte". Le petit commerce sert de lieu de tournage à notre équipe qui enregistre, pour son reportage, les derniers préparatifs des propriétaires et des résidents qui y ont trouvé refuge pour la nuit.

Grâce au maire d'Islamorada, nos deux journalistes trouvent quant à elles refuge dans l'hôtel Sunset Inn. Laurent Desbois, notre caméraman, les y rejoint avec dans sa valise, un pantalon imperméable, une paire de bottes et de la nourriture.

Samedi 9 septembre :

21766983_10213976061095060_2189120_o

Au plus fort, les vents ont atteint 200 km/h samedi.

Le vent s'est renforcé durant la nuit. Pour montrer sa force, Agnès se filme en direct, en tentant de garder l'équilibre. Son apparition à l'écran déclenche le sarcasme de plusieurs internautes. Plusieurs s'interrogent sur la pertinence, pour les journalistes, de sortir durant la tempête.

"Sans filmer quelqu’un au milieu des bourrasques, on se rend pas compte de sa force. Mais bien sûr, on a fait très attention. On ne s'est pas mis sous les cocotiers", se défend Agnès.

Vers 14h00 (heure locale), l'équipe décide de descendre vers Key West, à l'extrême sud de l'archipel des Keys. Sur la route, le vent souffle. Il faut faire vite. Le Key West Marriott Beachside, le seul hôtel encore ouvert, accueille plusieurs réfugiés. La pluie est si forte qu'elle s'introduit dans les chambres. Une pièce au deuxième étage est alors utilisée comme abris pour les habitants et leurs animaux. Tous dorment à même le sol. Des vêtements mouillés sont suspendus un peu partout.

21622132_10213976061615073_489005342_n

Un festin de roi.

Pour le dîner, le personnel de l'hôtel offre à notre équipe cinq morceaux de blanc de poulet secs. Seul le Ketchup déniché par Laurent permet d'agrémenter le plat. Grâce à son générateur, l'établissement peut continuer à servir à manger et à rafraichir l'abris où se sont rassemblés les clients. "On avait l'impression qu'il ne se passait rien dehors. À l'hôtel, les gens trinquaient et n'avaient pas l'air de se rendre compte de l'urgence de la situation", ajoute Arielle interloquée.

Dimanche 10 septembre

L'ouragan a du retard. Les trois journalistes s'aventurent à l'extérieur pour filmer quelques images  près de l'océan. La limite entre la terre et la mer devient floue, et les rues sont inondées. Pourtant, quelques habitants s'aventurent à l'extérieur. Ils n'abandonneront leur maison qu'au dernier moment pour rejoindre un gymnase transformé en refuge. Quatre cent personnes environ y sont pris en charge.

21744706_10213976146897205_1482437776_n

La mer inonde les routes.

En matinée, les vents sont tellement puissants qu'Agnès et Arielle doivent se mettre à deux pour fermer la portière de la voiture. C'est un signe, il est temps de se protéger. Il est 9h00 du matin lorsque l'oeil d'Irma fonce sur les Keys. Nos journalistes patientent dans à l'hôtel durant cinq longues heures. L'électricité et l'eau courante sont coupées, il est désormais impossible d'utiliser les téléphones portables.

21623936_10213976077455469_1342736129_n

Après le passage de l'ouragan, les bourrasques faiblissent. Notre équipe prend la route vers 14h00 dans l'espoir de trouver une connexion internet pour envoyer leur reportage. Ils possèdent les premières images de l'archipel détruit.

21764140_10213976056494945_1954777338_o

Cette limousine a été emportée par les eaux.

Un paysage de désolation se révèle sous leurs yeux. Arielle filme la scène avec son téléphone portable. Aux commandes de la voiture, Laurent parvient à slalomer entre les arbres déracinés, les fils électriques couchés et les bateaux échoués. Une limousine noire envahie par les algues trône au milieu la chaussée. Non loin, une centaine de micro-ondes, de réfrigérateurs et d'appareils électriques flottent à la dérive. La faune a également souffert. Dans les branchages, plusieurs oiseaux et iguanes sont blessés et désorientés.

Finalement, notre équipe parvient à Key Largo, où elle passe la nuit dans un motel sans eau ni électricité. Mais le réseau cellulaire, en état de marche, permet d'envoyer le reportage à Paris.

Lundi 11 septembre

Notre équipe redescend vers le sud pour constater les dégâts. En chemin, elle croise l'armée américaine qui doit désencombrer les voies et rechercher d'éventuelles victimes. L'accès aux Keys est fermé à partir de Miami, forçant les habitants et les journalistes qui s'impatientent à attendre à la frontière.

21623926_10213976056454944_227426991_n

L'équipe a eu du mal à trouver de l'essence.

Entre-temps, les intempéries ont endommagé l'équipement de notre équipe. La caméra éclaboussée par l'eau salée ne fonctionne plus. Laurent doit donc filmer son reportage avec un Iphone. Le véhicule de location, lui, est pratiquement à court de carburant, rationné depuis plusieurs jours. "On se demandait si on allait devoir siphonner des voitures. Mais par chance, nous avons rencontré Mark et Carla qui nous ont donné dix gallons d'essence (37 litres). Ils ont même refusé qu'on les paye, car pour eux il était important d'aider son prochain", confie Agnès émue. Grâce à la générosité de ce chef d'entreprise, nos trois journalistes regagnent finalement Miami. Mission ouragan terminée.

Emmanuelle Rouillon et Yelen Bonhomme-Allard 

Retrouvez l'itinéraire de l'équipe de France 2 :

Aux Etats-Unis, les assassins homophobes américains peuvent plaider la légitime défense "anti gay et trans"

En devenant le 2e Etat à abolir la "gay-panic defence" (après la Californie en 2014), l'Illinois rappelle que dans la majorité des Etats américains, il est encore possible de plaider la légitime défense pour justifier le meurtre d'une personne issue de la communauté LBGT. 

En août 2013, James Dixon, un habitant de Harlem (New York) de 22 ans, fait du charme à Islan Nettles, une jeune femme transgenre de 21 ans. Mais quand les amis du jeune homme se moquent de lui pour avoir flirté avec une transsexuelle, James s’emporte et massacre Islan à coups de poings, la laissant giser, inconsciente, sur le trottoir. Sept jours plus tard, Islan décède à l'hôpital. James se rend à la police et reconnait les faits. Mais une fois appelé à la barre trois ans plus tard, il plaide non coupable. Ses arguments : sa « virilité » était mise en péril par le genre sexuel de sa victime. Il sera donc jugé pour homicide involontaire et écopera d’une peine très indulgente de 12 ans de prison, au lieu des 17 ans demandés par les procureurs de justice.

Dans l’Illinois, la décision d’abolir le « gay-panic defense » a été adoptée à l’unanimité par les deux chambres du Parlement. Un pas de plus pour la protection des droits des personnes LGBT, dans un pays où une personne transgenre ou homosexuelle est tuée tous les six jours, selon la Coalition nationale des programmes anti-violence (NCAVP). Entre janvier et août 2017, 33 meurtres homophobes ont été commis aux Etats-Unis.

Nicolas Gachon, consultant média spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l'université Montpellier 3, explique ce phénomène.

3 questions à Nicolas Gachon, consultant média, spécialiste des Etats-Unis, maître de conférence à l’université Montpellier 3.

1. Comment expliquer que le « gay-panic defense » existe encore aux Etats-Unis, notamment dans des Etats développés et cosmopolites, comme Washington ou New York ?

N. G.: Il faut du temps pour que les mœurs évoluent, et pour que cette évolution soit entérinée par le législateur dans un contexte politique donné. Cela ne concerne pas uniquement les Etats-Unis, un pays comme l’Australie est également concerné. Le terme « mainstream » est ici éclairant, car tout ce qui n’est pas « mainstream » est par conséquent déviant, donc menaçant. L’être humain a peur de ce qu’il ne connait pas, peur également de sa propre image, et la marche de la civilisation est généralement chaotique et très lente. Faut-il rapper qu’un amendement visant à garantir l’égalité des droits entre les sexes a été introduit dans les années 1920 et qu’il n’a toujours pas pu être ratifié (Equal Rights Amendment) ? Il s’agissait alors, et s’agit toujours, d’égalité entre hommes et femmes.

2. Est-ce que l’arrivée de Donald Trump au pouvoir risque d’augmenter les crimes envers les personnes issues de la communauté LGBT ?

N. G. : L’arrivée au pouvoir de Donald Trump ne multiplie pas mécaniquement, directement le nombre de crimes envers la communauté LGBT. Cela étant, les dommages collatéraux liés à la propagation, dès la campagne électorale, d’un discours d’exclusion, à portée tantôt racisante, tantôt misogyne est extrêmement anxiogène et propice à toutes sortes de dérives. Le sort de la communauté LGBT est extrêmement représentatif du malaise existentiel qui gagne nos sociétés, sans que cela ait nécessairement toujours à voir avec des questions d’orientation sexuelle. On sait ainsi, par exemple, que les agressions homophobes au Royaume-Uni ont augmenté de 147% dans les trois mois qui ont suivi le vote sur le Brexit. Aux Etats-Unis, par conséquent, la colère et la frustration contre les élites, ce qu’on a qualifié de "backlash" et de "whitelash" peut trouver une expression soudain décomplexée dans le contexte du discours offensif et souvent offensant du 45e président des Etats-Unis. L’augmentation des crimes envers la communauté LGBT est indissociable de l’augmentation de crimes envers d’autres minorités, au premier rang desquels les Africains Américains.

3. Comment expliquer que ces crimes soient plus visibles aux Etats-Unis qu’en France ? 

N. G. : Comme toutes les victimes ne portent pas plainte, et que la médiatisation est moindre en France par rapport aux Etats-Unis, il est difficile de comparer. Les contextes historiques sont différents, avec des implications idéologiques très marquées aux Etats-Unis puisque la défense des droits de la communauté homosexuelle s’est inscrite à la fin des années 1960. Il y a là un marqueur idéologique très fort pour le Parti républicain, qui a longtemps parlé de « culture wars ». Cela contribue notamment à expliquer le retard pris dans la lutte contre l’épidémie du sida sous l’administration Reagan. Curieusement, d’un point de vue franco-français, les deux catégories, celle des droits civiques et celle des droits de la communauté LGBT, sont historiquement liées aux Etats-Unis. Les Américains utilisent d’ailleurs le terme « hate crimes » pour qualifier les crimes à l’encontre des minorités, qu’il s’agisse d’ethnicité ou d’orientation sexuelle, ce qui rend certaines statistiques moins directement exploitables. Les violences sont en hausse dans les deux pays, de l’ordre de 25% dans les grandes villes américaines en 2017. Les positions de Trump sur le recrutement de soldats transgenres dans l’armée américaine, ainsi que la bataille lancée sur la question des toilettes pour les personnes transgenres compliquent inutilement la situation. S’agissant de l’armée américaine, le « don’t ask, don’t tell » préconisé en son temps par Bill Clinton était bien plus pacifiant.

Emmanuelle Rouillon 

Les cinq anciens présidents américains appellent aux dons pour les sinistrés de Houston

Dans une vidéo publiée le 7 septembre sur YouTube, cinq anciens président des États-Unis se sont unis dans une campagne d'appel aux dons, pour soutenir les victimes de Houston suite au passage de la tempête tropicale Harvey.

Les premières secondes de la vidéo s'ouvrent sur la déclaration de Bill Clinton, 42eme président des États-Unis : "L'ouragan Harvey a entrainé de terribles destructions, mais il a aussi révélé le meilleur de l'humanité". Puis Barack Obama, Jimmy Carter, George W. Bush et George H. W. Bush prennent successivement la parole.

Tous sollicitent la générosité des Américains pour aider le Texas à se reconstruire après le passage de la tempête tropicale Harvey le 25 août dernier et le week-end qui a suivi. Dans sa course, le phénomène métrologique a détruit des milliers de foyers, tué soixante personnes et causé des milliards de dégâts. Harvey avait ensuite soufflé en direction de la Louisiane.

Les dons récoltés par le biais de la plateforme en ligne OneAmericaAppeal permettront également de venir en aide à la Floride, touchée depuis dimanche par l'ouragan Irma classé en catégorie 5. À ce jour, trois millions de foyers sont sans électricité et des millions d'habitants ont été contraints de s'exiler sur les routes du nord. Irma se dirige désormais vers l'État de la Georgie où les vents resteront forts, mais perdront légèrement de leur intensité.

Donald Trump prend part à l'initiative après coup 

Dans un tweet publié sur Twitter le 7 septembre en début de soirée, Donald Trump a emboîté le pas à ses cinq prédécesseurs. "Nous ferons face à N'IMPORTE QUEL défi, peu importe la violence des vents ou la hauteur de l'eau. Je suis fier de me battre avec les présidents en faveur de One American Appeal" a rédigé l'actuel locataire de la Maison-Blanche.

L'absence de Donald Trump au sein de la vidéo a suscité de nombreuses moqueries de la part des internautes, qui saluent toutefois l'action solidaire des anciens présidents américains.

Yelen Bonhomme-Allard 

Ouragan Irma : une famille française craint de perdre son restaurant, l'œuvre d'une vie

Pendant plusieurs jours, la famille Labi, originaire de Marseille, a attendu fébrilement l'arrivée de l'ouragan Irma. Déterminés à faire face au monstre climatique, les Français sont restés près de Miami Beach, censée être directement touchée par la tempête. Elle craint cependant pour la survie de son restaurant, le fruit de plus d'une décennie de travail. Récit.

FullSizeRender

Anaëlle et ses parents vivent en Floride depuis 2007.

Hier, Anaëlle s'est accordée, pour la première fois, un moment de répit en fin d'après-midi. La journée a été longue et stressante. Depuis 7h30 du matin, la Française de 25 ans aide ses parents, Claude et Eva, à servir une poignée de clients matinaux. Une journée banale en apparence au restaurant Café Vert de Surfside, situé à une dizaine de kilomètres de Miami Beach. En apparence seulement.

Le service est constamment perturbé par un concert de sonneries de téléphones. Les autorités de la ville ordonnent aux habitants de quitter la région de Miami, directement visée par l'ouragan Irma, le plus rapidement possible. "La ville nous  répétait que les pompiers ne pourraient pas nous secourir pendant la tempête. Si on restait, c'était à nos risques et périls", raconte Anaëlle dont l'accent chantant du sud de la France est encore distinct.

Organiser l'évacuation au plus vite

IMG_4243

La ville de Surfside est désertée par ses habitants.

Depuis mercredi, la ville se vide des habitants qui tentent de trouver refuge vers le nord de la Floride. Café Vert est l'un des derniers points de restauration encore ouverts dans le secteur. Les locaux engloutissent un dernier repas avant de prendre la route, tandis que les touristes font quelques réserves de nourriture, en attendant de pouvoir embarquer dans les avions dont le départ est souvent retardé, voire annulé.

Il est 14h00 lorsque les propriétaires du restaurant à la façade banche et verte décident de fermer la boutique. "Les gens paniquaient et ne faisaient que parler de l'ouragan. Le stresse montait, c'était trop pour nous" se souvient Anaëlle, l'ainée du couple Labi. Avant de quitter les lieux, la famille charge la voiture de provisions et distribuent aux employés quelques vivres telles que des oeufs, des croissants ou encore des baguettes. Ils font également don de leurs douze bouteilles d'eau, pourtant longtemps recherchées.

Depuis plusieurs jours, les supermarchés sont pris d'assault par les habitants. Les rayons sont dévalisés et non réapprovisionnés, à tel point que certaines denrées de première nécessité sont devenues introuvables à Miami. "Mardi et mercredi, j'avais envoyé mon mari à travers toute la ville en quête d'eau mais impossible de s'en procurer. Finalement on avait fini par en trouver dans une enseigne réservée aux restaurateurs", poursuit Anaëlle.

Système D comme débrouille 

FullSizeRender-3

De la litière pour chat à la place du sable pour freiner les inondations.

En prévention de futures inondations, la jeune femme place plusieurs sacs poubelles devant les portes du bâtiment. À l'intérieur, la litière pour chat remplace le sable généralement utilisé. "Contrairement aux villes voisines, la nôtre ne distribuait pas de sable. Et je ne pouvais pas en obtenir dans une autre agglomération car les autorités vérifient le lieu de résidence sur le permis de conduire."

Comme beaucoup d'habitants, Anaëlle s'est rendue à la plage pour s'approvisionner en sable. Mais les 500 dollars de contravention annoncés par les policiers ont vite freiné son élan. "Comme dernière solution, j'ai donc évoqué l'idée de la litière. Mon père s'est mis à rire en disant qu'on allait attirer tous les chats du quartier", s'esclaffe-t-elle.

"Je préfère être entourée de mes proches"

Café Vert est plongé dans le noir.

Pendant que les voisins barricadent les fenêtres du restaurant avec des planches de bois - achetées avec les propres deniers des restaurateurs - Anaëlle et ses parents regagnent leurs domiciles respectifs, situés à Aventura, à quelques kilomètres au nord sur la côte. À la hâte, la jeune expatriée entrepose dans son salon tous les objets initialement installés sur le balcon et éloigne le mobilier des fenêtres. Elle regroupe aussi ses documents importants tels que son passeport, son certificat de mariage, ou encore ses diplômes universitaires. Sur les conseils de son mari américain, elle avait pris le soin, quelques jours plus tôt, de consigner d'autres papiers dans un coffre fort de la banque.

Le soir même, Anaëlle et son époux rejoignent le reste de sa famille. Ils feront face à la tempête ensemble. "Dans une telle situation, je préfère être entourée de mes proches", confie-t-elle angoissée. Tous redoutent les prochains jours qu'ils devront passer confinés à l'intérieur de l'immeuble. Pour tuer l'ennui, les Labi ont déjà tout prévu : jeux de cartes, Monopoly marseillais, films - tant que l'électricité fonctionne encore - et conversations via Skype avec les deux autres enfants du couple, étudiants à Montréal. Commence alors le début d'une longue incertitude avant l'arrivée des premiers vents. "Maintenant, on attend."

Yelen Bonhomme-Allard 

La fin du rêve américain

Mardi dernier, le gouvernement Trump a annoncé la fin du programme Daca, mis en place par Obama en 2012. Cette mesure permettait à des milliers de mineurs arrivés illégalement avec leurs parents sur le territoire américain, de vivre aux Etats-Unis sans risque d'expulsion.

Cette décision de l'administration Trump de fermer le programme Daca (Consideration of Deferred Action for Childhood Arrivals) menace l'avenir de quelques 800 000 jeunes, appelés Dreamers. Pour les prochains 6 mois, aucune nouvelle demande d'immigration de mineurs ne sera examinée par les services d'immigrations américains. Les Dreamers, eux, ne connaitront pas leur sort avant le 5 mars 2018, délai accordé par Donald Trump.

"Pour tous ceux (DACA) qui sont inquiets au sujet de leur condition pour les 6 mois à venir, vous n'avez pas de soucis à vous faire - Pas d'actions" a tweeté le président américain jeudi.

"Nous ne pouvons accepter tous ceux qui aimeraient venir ici, c’est aussi simple que cela. Les Dreamers prennent les emplois des Américains », a déclaré mardi Jeff Sessions, le ministre de la Justice, lors d’une conférence de presse. "Notre plus grande priorité est de réformer le système d’immigration, qui doit améliorer les emplois, les salaires et la sécurité des travailleurs américains et leurs familles" a-t-il ajouté.

Des appels au secours

Des grandes entreprises, telles que Microsoft ou Facebook, se sont liguées pour la défense du programme. Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a publié un message sur le réseau social pour apporter son soutien aux Dreamers.

Mark Zuckerberg : "[...] Nous avons besoin d’un gouvernement qui protège les Dreamers. Aujourd’hui, je me joins aux leaders des entreprises de tout le pays pour appeler notre président à continuer d’appliquer le programme Daca."

De son côté, Barack Obama a également posté une tribune sur Facebook, dans laquelle il dénonce une "décision cruelle" contre la mesure qui a permis à des centaines de milliers de jeunes immigrés d'étudier et de travailler aux États-Unis.

Mercredi, le procureur général de l’État de Washington, Bob Ferguson, a annoncé dans une conférence de presse que 15 Etats américains – ainsi que la capitale fédérale de Washington –, porteront plainte contre Donald Trump. Il dénonce également une décision "cruelle et illégale". Parmi les États concernés, ceux du nord-est du pays (Connecticut, Massachussets et Pennsylvanie) mais aussi du sud (Virginie, Coroline du Nord) ou de l’ouest américain (Oregon, Hawaï). La Californie, qui compte le plus grand nombre de Dreamers, n’a pas porté plainte, mais son ministre de la Justice, Xavier Becerra, s’est dit « prêt à aller devant les tribunaux », pour les défendre.

La résistance s'organise 

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses associations se sont mobilisées après l'annonce de la fermeture du programme. Des manifestations ont été organisées à la Maison-Blanche, mais aussi devant l'hôtel international de Donald Trump à Washington.

À Chicago, le maire, Rahm Emmanuel, a pour sa part refusé tout simplement d’appliquer la décision du président américain. Lors d’un discours devant les Dreamers, il a annoncé sa décision de faire de sa ville une zone "anti-Trump" : "Vous êtes les bienvenus dans la ville de Chicago, a-t-il déclaré. C’est votre maison et vous n’avez rien à craindre. Et je veux que vous le sachiez, et que vos familles le sachent. Soyez sûrs que je veux que vous veniez à l’école… et que vous poursuiviez vos rêves"

Emmanuelle Rouillon

Mon supermarché est un parc d'attractions, visite XXL au pays de la démesure

Nous vous emmenons à Minneapolis, à la découverte du plus grand centre commercial des États-Unis. 520 magasins côtoient un véritable parc d'attractions. Ce concept insolite attire de nombreux consommateurs toute l'année. 

C'est une ville dans la ville. C'est surtout le temple de la consommation à l'américaine. Bienvenue au Mall of America, le plus grand centre commercial du pays. Avec ses 520 magasins et ses 40 manèges, ce supermarché XXL peut accueillir des visiteurs toute l'année et par toute saison. Résultat : 120 000 personnes s'y pressent chaque jour, soit 40 millions d'individus par an, l'équivalant de la population du Canada.

Certaines familles n'hésitent pas à conduire plusieurs heures pour jouir des nombreux divertissements qu'offre le complexe. En additionnant les dépenses liées aux achats, à la nourriture et aux attractions, la facture peut vite devenir salée à la fin de la journée. Une aubaine pour le centre commercial américain qui affiche un taux de fréquentation 30% supérieur à ceux de ses concurrents dispersés dans le pays.

Reportage de Jacques Cardoze, Laurent Desbois et Louise Dewast 

Le bilan provisoire de la tempête Harvey

Pendant cinq jours, des pluies diluviennes se sont abattues sur le Texas. Après le passage de la tempête tropicale Harvey, l'heure est aux premières estimations. 

Un bilan humain encore incertain. Avec la décrue, les sauveteurs redoutent de découvrir d'autres corps, coincés dans les habitations inondées. Pour le moment, 44 personnes ont péri suite à la tempête Harvey. Presque un million de personnes ont été évacuées, mais les pompiers et les volontaires poursuivent le porte-à-porte à la recherche de survivants.

1462124-camionnette-blanche-retrouvee-prise-piege

© Mark Ralston / AFP

Mercredi, six membres d'une même famille avaient été découverts noyés dans une camionnette. Il s'agissait d'un couple et de ses quatre arrière-petits-enfants âgés de 6 à 16 ans. Sammy Saldivar, le conducteur, tentait de fuir la montée des eaux avec sa famille, lorsqu'il a perdu le contrôle du van en essayant d'éviter un obstacle. Le véhicule a alors fini sa course dans un fossé, avant de se retrouver pris au piège dans des eaux boueuses, puis d'être emporté par le courant. L'homme était parvenu à s’en extraire, sans pouvoir aider ses parents, Manuel et Belia Saldivar, ni les enfants.

Des milliers de sinistrés. Selon la Maison-Blanche, 100 000 foyers ont été touchés par la catastrophe. L'agence fédérale des situations d'urgence (Fema) a installé 230 centres d'accueil temporaires pour abriter 30 000 personnes. 1 800 habitants ont également été hébergés dans des hôtels, d'après les déclarations de l'agence mercredi 30 août.

Un record de précipitations. Les services météorologiques affirment que 41 trillions de litres d’eau sont tombés sur le Texas. Le record absolu a été enregistré à l'est de Houston. De vendredi 25 août (midi) à mardi 29 août (15h40), 132 cm de pluie sont tombés sur la ville de Cedar Bayou, selon les mesures du National Weather Service de Houston. En second vient le site de Mary's Creek où 125 cm d'eau ont été mesurés.

Capture d’écran 2017-09-01 à 15.06.16

Coût de la catastrophe. L'incertitude pèse quant à l'estimation du coût des dégâts engendrés par la tempête tropicale Harvey. Les premiers calculs varient entre 30 milliards et 100 milliards de dommages (27 à 90 milliards d'euros). Selon la Maison-Blanche, 100 000 foyers ont été touchés par la catastrophe, sans oublier les navires de plaisance renversés, les entrepôts détruits et les caravanes couchées sur le flanc.

Une pluie de dons. Rapidement, une solidarité nationale s'est mise en place. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnalités du show-business américain ont affiché leur soutien aux victimes. La famille Kardashian a reversé 500 000 dollars à La Croix-Rouge et à L'Armée du Salut. Tout comme l'acteur Kevin Hart, qui interprétera la version américaine d'Intouchables. Celui-ci est aussi à l'initiative d'une levée de fonds auprès de ses fans via une plateforme numérique qui dépasse le million de dollars. Les chanteuses Jennifer Lopez et Nicki Minaj ont chacune fait un chèque de 25 000 dollars. La palme revient au joueur de football américain J.J Watt dont la cagnotte en ligne atteint quasiment la barre des 15 millions de dollars.

Hier, Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche, a annoncé que le président américain souhaitait faire un don personnel d'un million de dollars aux victimes des inondations, sans préciser pour autant le choix de l'organisme auquel le milliardaire confiera son argent. Dans la même journée, Donald Trump a également demandé au Congrès de débloquer des fonds d'urgence de 6 milliards de dollars (5 milliards d'euros) pour venir en aide aux victimes des deux États touchés, que sont le Texas et la Louisiane.

Yelen Bonhomme-Allard