Ni homme, ni femme, depuis un mois Nic Sakurai est un X dans la société

Depuis un mois, le 27 juin exactement, Washington D.C est devenu le premier Etat américain à autoriser les cartes d'identité neutres, autrement dit sans marque genrée. Une semaine plus tard, l'Oregon lui a emboîté le pas. Nic Sakurai, habitant de la capitale américaine, en a été le premier bénéficiaire aux Etats-Unis. Rencontre.

IMG_5086

Nic Sakurai, premier possesseur d'une carte d'identité non genrée

Une lettre peut changer une vie. C'est l'expérience que vit Nic Sakukai depuis un mois. La lettre intiale « M » pour maculin, s'est transformée en un « X » impersonnel. Une modification simple en apparence, mais synonyme de victoire pour cet Américain de 36 ans. « Je suis vraiment excité à l'idée que le gouvernement me reconnaisse tel que je suis. Mais surtout qu'il prenne en considération l'existence de plusieurs genres », confie ce directeur du bureau Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à l'Université du Maryland.

Pour l'instant, seule une feuille de papier délivrée par le Département des véhicules à moteur (DMV), atteste officiellement de son identité neutre - cela prend généralement plusieurs semaines avant de recevoir la carte en plastique - mais Nic possède d'autres documents prouvant son ancienne identité d'homme, si besoin.

La dépersonnalisation de tout identifieur genré découle d'une longue réflexion personnelle, dont les racines se forment dès son jeune âge. L'évocation de cette période laisse Nic songeur.

Ni un homme, ni une femme

Adolescent, Nic fréquente un lycée catholique pour garçons dans l'Ohio. Les interrogations quant à sa masculanité prennent de plus en plus d'importance, au point que l'Américain annonce publiquement son homosexualité après son baccalauréat dans les années 90. « J'ai très vite compris que mon rapport au genre était différent mais je n'avais pas les mots appropriés pour en parler. J'utilisais le mot « genderqueer » (terme qui signifie ni masculin ni féminin) pour qualifier ma sexualité et mon genre, car mon identité est la combinaison de ces deux éléments », se souvient le trentenaire, au look vestimentaire soigné.

Il emprunte par la suite le terme « genre variant », avant de découvrir l'expression « genre non-binaire », adoptée et popularisée par la communauté. « Je ne me suis pas réveillé un jour en me disant : je suis ça, explique ce défenseur des droits LGBT. Lorsque le sujet était abordé dans les conversations, je disais 'je ne suis pas un homme, mais je ne suis pas une femme non plus'. En fait, je sais ce que je ne suis pas ».

Capture d’écran 2017-07-27 à 11.09.53

Dans la lignée de cette pensée, Nic n'utilise désormais plus les pronoms «il » ou « son » pour parler de sa personne mais « ille » et « san », issus du langage neutre . De la même façon, cet habitant de Washington a banni le titre « Mr » au profit de « Mixte » représenté par « Mx » sur certains formulaires sur internet. « Parfois, même si les gens doivent choisir, ils ont le choix de ne rien sélectionner. C'est bien mieux que de choisir quelque chose qui n'est pas vrai », déplore Nic.

La place du troisième genre dans le monde

Le troisième genre occupe une place importante dans le monde contemporain. Et bien que la société thaïlandaise soit connue pour sa tolérance envers le troisième sexe, elle ne fait pas figure d'exception. En 2011, l'Australie a autorisé l'alternative de la lettre X sur les passeports pour les personnes transgenres ou transsexuelles, suivie de près par la Nouvelle-Zélande, en 2012, et Malte, l'année suivante.

Capture d’écran 2017-07-27 à 13.14.16

Depuis le début de l'été, Washington D.C et l'Oregon - peut-être bientôt la Californie - sont les premiers Etats américains à reconnaître l'existence de plusieurs genres. En s'acquittant de la somme de 20 dollars - frais liés au processus de renouvellement - les habitants peuvent désormais modifier leur carte d'identité sans aucune justification. Nic espère étendre cette modification à tous ses documents officiels : "Ils deviendront enfin authentiques et reflèteront qui je suis vraiment. Pour le moment, mon identité est un mensonge".

Yelen BONHOMME-ALLARD

Le débat sur la santé mentale de Donald Trump repart de plus belle

Ils sont nombreux à être convaincus de l'instabilité psychique du président américain et à vouloir le démontrer. Mais tous les professionnels de santé sont tenus de garder leur avis sur ce sujet. D'autres, à l'inverse, pensent qu'il est leur devoir d'alerter l'opinion publique sur le danger que représente l'état de santé mentale de Donald Trump. 

Reed-and-Collins-1024x707

Le sénateur démocrate, Jack Reeds, et la sénatrice républicaine, Susan Collins

C'est une conversation privée entre deux sénateurs américains, dévoilée par le Washington Post mardi 25 juillet, qui remet le sujet sur la table. A l'issue d'une séance au Sénat américain, le Démocrate Jack Reeds et la Républicaine Susan Collins, évoquent leurs inquiétudes sur la santé mentale du président. Des propos cités dans le cadre d'une conversation privée, mais enregistrés par leur micro resté ouvert. "Je pense qu'il est fou, et je ne le dis pas à la légère, comme s'il était juste un peu cinglé", confie le sénateur démocrate à sa collègue. "Je suis inquiète", renchérit cette dernière.

Il faut dire que l'attitude du président américain suscite des questions, notamment ses tweets matinaux - souvent incompréhensibles, parfois même illustrés d'insultes - la façon systématique avec laquelle il résume chaque information en fake news et enfin son attitude décalée. Un comportement loin de l'image mesurée d'un chef d'Etat.

"Un narcissisme malveillant" 

Ce débat autour de la stabilité psychique de Donald Trump reste présent depuis les débuts de la campagne présidentielle. En décembre dernier, dans une lettre rendue publique par le Huffington Post, trois éminents universitaires en psychiatrie avaient décidé de prendre les devants pour alerter Barack Obama. Les Dr. Judith Herman, Nanette Gartrell et Dee Mosbacher se sont accordées pour dénoncer les symptômes du président : "la grandiloquence, l'impulsion, l'hypersensibilité aux affronts et aux critiques, et une apparente incapacité à distinguer fantasme et réalité".

Petit à petit, les spécialistes sortent de leur réserve. Ainsi, en avril dernier, des universitaires ont organisé à Yale une conférence avec pour sujet l'état mental du président des Etats-Unis. Ils en sont arrivés à la conclusion que le milliardaire serait atteint d'un "narcissisme malveillant", de troubles de la personnalité avec des tendances asociales et paranoïaques. "Je pense que c'est notre devoir d'alerter", confiait le psychiatre Jerrold Post, basé à Bethesda dans le Maryland, dans un article du New Yorker publié en mai dernier.  

La fameuse règle du "Goldwater" 

Au sein du milieu de la psychanalyse américaine, émettre des avis quant à la santé mentale du président suscite une controverse. Car, depuis 53 ans, les professionnels de la santé sont priés d'observer une règle informelle, dite "Goldwater". Celle-ci leur interdit de s'exprimer sur la santé mentale d'une personne publique, sans son consentement.

Il faut remonter à 1964 pour comprendre l'origine de cette règle. Le magazine Fact avait publié un numéro spécial intitulé "L'inconscient du candidat républicain" en référence à Barry Goldwater. Des centaines de psychanalystes avaient alors répondu à un sondage sur les aptitudes du candidat à l'élection présidentielle et ont déclaré qu'il n'était "psychologiquement pas apte" à assumer la fonction présidentielle. Un procès a été intenté contre le magazine, condamné pour diffamation. Conséquence : l'Association de psychiatrie américaine (A.P.A) élabore la règle de Goldwater en 1973 instaurant le respect du secret médical, et interdit ainsi à tous ses membres de réaliser le diagnostic d'une personne non examinée. Cette association américaine comprend plus de 37 000 membres depuis le XIXème siècle.

Vers la suppression du tabou ?

Pourtant, ces derniers mois, plusieurs professionnels de santé n'ont pas hésité à s'affranchir de cette règle informelle, pour étudier le sujet à titre personnel ou en petit comité. Au début du mois de juillet, l'association l'American Psychoanalytic Association a décidé qu'il était temps de trancher sur le sujet de la santé mentale de Donald Trump. L'organisation donne ainsi la parole à ses 3 500 membres, qui peuvent désormais commenter la santé mentale de personnalités politiques et apporter diverses analyses.

Toutefois, sur Twitter, l'Association de psychiatrie américaine a fait savoir que la "règle de Goldwater" reste maintenue.

Une pétition lancée en ligne pour la destitution de Trump 

Sur Change.org le psychothérapeute John Gartner, de l'université John Hopkins, dans l'Etat du Maryland, a lancé une pétition avec l'association 'Duty to Warn' pour en appeler à la destitution du président américain. En quatre mois, la requête accumule déjà plus de 58 000 signatures.

Aliénor Vinçotte

Le Far West se vide de ses derniers cowboys

Cette semaine nous vous emmenons dans l'Ouest, sur la trace des derniers cowboys, icônes de l'Amérique. En 50 ans, leur nombre a été divisé par quatre.

On les reconnaît à leur silhouette, chapeau vissé sur la tête et veste en cuir sur le dos. Les cowboys sont les icônes de l'Amérique. Ces hommes de l'Ouest, souvent solitaires, ont fait le bonheur des westerns. Mais aujourd'hui, leur destin n'est plus assuré.

Sur le dos de leur monture, les cowboys travaillent plusieurs heures par jour pour rassembler leurs troupeaux sur les hauts plateaux du Colorado. Mais aujourd'hui, ces cavaliers de l'Amérique sont menacés par l'élevage intensif des ranchs industriels. Leur présence représente une concurrence inégale impactant fortement le prix de la viande sur le marché.  

Les cowboys traditionnels, autrefois perçus comme des "bad boys" virils, ne font pas le poids. Sans compter que les générations futures ne souhaitent pas reprendre l'héritage des ranchs d'élevage. Les cowboys sont alors contraints de vendre leurs propriétés à de riches acquéreurs qui n'ont que faire du patrimoine passé. Ces derniers transforment les grands espaces en complexes luxueux où le bétail a quasiment disparu.

Reportage de Valérie Astruc, Thomas Porlon, Andréane Williams et Arielle Monange 

Donald Trump coincé face au Congrès

Le président américain fait face depuis le week-end dernier à un dilemme : signer le texte promulguant les sanctions contre la Russie ou imposer son veto. Ce texte de loi l'embarrasse d'autant plus que son intention à son entrée à la Maison-Blanche était de lever une partie des sanctions, adoptées par l'administration d'Obama, sur la Russie. 

Pieds et mains liés. Mardi, la Chambre des représentants votera une loi sanctionnant la Russie, principalement pour sa présumée intervention dans la campagne présidentielle américaine, mais aussi pour l'annexion de la Crimée. Le 15 juin, le Sénat avait adopté dans une quasi-unanimité ce projet de loi, mais le texte était resté bloqué au Congrès où les négociations ont finalement abouti samedi dernier.

Du côté de la Maison-Blanche, ses membres font parvenir des déclarations contradictoires depuis ce week-end. "La Maison-Blanche indique qu'elle soutient la proposition de loi sur les sanctions contre la Russie", titrait lundi The Wall Street Journal. Pourtant, dimanche après-midi, sur Twitter, Donald Trump dénonçait, "l'hypocrite chasse aux sorcières russes", devenue selon lui un prétexte pour les Démocrates de justifier l'élection qu'ils ont perdue. Le locataire de la Maison-Blanche regrettait aussi que les élus républicains en fassent "très peu pour protéger leur président".

En réalité, le Wall Street Journal se faisait l'écho des déclarations de la nouvelle porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders. Dimanche, cette dernière avait indiqué sur la chaîne ABC : "Nous soutenons la législation actuelle, et nous continuerons à  travailler avec la Chambre et le Sénat pour imposer ces sanctions sévères contre la Russie, jusqu'à ce que la situation en Ukraine soit pleinement résolue".

Un veto sans conséquences 

De son côté, le nouveau directeur de communication de la Maison-Blanche, Anthony Scaramucci, invité sur la chaîne de télévision CNN, a fait preuve de prudence. Il n'a pas dit si Trump envisageait ou pas de signer la promulgation de cette loi. "Le président n'a pas encore pris la décision de signer la loi ou non", a-t-il notamment déclaré.

Ce texte de loi faisait l'objet de résistance à la Maison-Blanche car, comme le rappelle le New York Times, il empêcherait Donald Trump de lever les sanctions existantes contre Moscou imposées par Obama. Si le président américain imposait son veto, il pourrait être finalement soupçonné de sympathie à l'égard de son homologue russe. Indirectement, cette loi place Trump sous surveillance par le Congrès.

Mais même en cas de veto du président républicain, la Chambre des représentants pourrait le surmonter avec une majorité des deux tiers. Le sénateur démocrate Ben Cardin, invité sur Fox, est certain que la loi sera votée à une très large majorité. "S'il met son veto, nous surmonterons son veto", a-t-il assuré.

Une fois la loi adoptée au Congrès, le Sénat revotera, probablement avant les vacances de la mi-août. Une initiative qui laisse inquiète l'Europe, redoutant les "conséquences non désirées" de ces sanctions américaines, selon les mots d'un porte-parole de la Commission européenne.

Aliénor Vinçotte

Donald Trump pousse la chansonnette dans une parodie du tube "Despacito"

Depuis sa mise en ligne, le tube planétaire "Despacito" aux paroles très sensuelles, inspire les internautes les plus créatifs aux quatre coins du monde. Il y a une semaine, un youtubeur marocain a posté une parodie de Donald Trump, interprétant la chanson. Un pastiche visionné plus de 600 000 fois.

Le remix est hilarant. Durant 1'13 minute, le youtubeur marocain, Zakaria Chaouch, alias Maestro Ziikos a rassemblé plusieurs déclarations publiques du président américain, lors de ses déplacements aux États-Unis et en Europe, comme lors de son élocution à Varsovie, première étape de sa tournée européenne à l'occasion du G20. 

Une fois les images assemblées, l'artiste marocain de 26 ans a ajusté les expressions du visage de Donald Trump sur la bande musicale, donnant l'illusion qu'il interprète lui-même le morceau. Une composition pour le moins très réussie !

Publiée le 15 juillet, la parodie a été vue plus de 600 000 fois sur la plateforme d'écoutes YouTube. "J'ai reçu beaucoup de suggestions de Donald Trump chantant 'Despacito', a déclaré Zakaria Chaouch dans un commentaire sur ses pages Youtube et Facebook. Au début, je me suis dit 'Non, c'est impossible', mais quelques semaines plus tard, j'ai pensé 'Tente'. Voici le résultat, j'espère que vous allez l'aimer".

Sur sa chaîne de vidéos, le youtubeur n'en est pas à son premier coup d'essai. En février dernier, il avait atteint les 8 millions de vues grâce à sa reprise de "Shape of You" d'Ed Sheeran, par l'ancien président Barack Obama.

La planète danse au rythme des sonorités latines

Qu'on l'aime ou non, la chanson est sur toutes les lèvres. Interprété par le Portoricain Luis Fonsi, en featuring avec le rappeur Daddy Yankee, "Despacito" (Doucement en français) est devenu le titre de l'été le plus écouté en streaming depuis mercredi 19 juillet, a annoncé le label Universal Music Latin Entertainment. Classé numéro un dans 45 pays, le morceau connaît un succès international historique.

Avec 4,6 milliards d'écoutes sur les plateformes d'écoutes en ligne - à savoir Spotify, Weezer, Apple Music, Amazon Unlimited ou encore YouTube - le hit a ainsi pris la première marche du podium, détrônant "Sorry" de Justin Bieber. Le chanteur canadien n'a pourtant aucune honte à avoir puisque son titre cumule 4,38 milliards d'écoutes.

Yelen BONHOMME-ALLARD

 

Retour sur les six mois passés du controversé porte-parole de la Maison-Blanche

Le New York Times et l'agence Associated Press ont annoncé la démission du porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, ce matin. Son retrait est dû à la nomination par Donald Trump, du nouveau directeur de communication, Anthony Scaramucci, à laquelle il s'opposait. 

Clap de fin. Après seulement six mois au gouvernement, le très contesté porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, âgé de 45 ans, a décidé de tourner les talons. Depuis plusieurs semaines, ce dernier était sous le feu des critiques, victime de la sur-communication du président américain, accro aux tweets et interviews. Depuis, Spicer avait pris ses distances et apparaissait plus rarement aux points presse. Sa numéro deux, Sarah Huckabee Sanders, se chargeait quelque fois de le remplacer. Selon les rumeurs, Donald Trump estimait médiocre, la défense de son porte-parole, face aux journalistes sur l'affaire russe.

Un porte-parole "gaffeur" 

Sean Spicer s'était fait remarquer dès le début du mandat de Trump. Connu pour ses colères et ses approximations, il avait même fait l'objet d'un sketch, issu de l'émission populaire Saturday Night Lives, dans lequel l'actrice Mélissa McCarthy le parodiait

HT_MELISSA_DC_170212_12x5_1600

L'actrice américaine, Melissa McCarthy, interprétant Sean Spicer dans l'émission "Saturday Night Lives"

Les points presse à la Maison-Blanche étaient devenus des spectacles à part entière. Lors de sa première déclaration officielle, le 22 janvier, il assurait qu'il n'y avait jamais eu autant de "monde pour suivre une cérémonie d'investiture. Point barre". Cette affirmation fausse - des photos prises lors de l'investiture de Barack Obama en 2009, montrent que la foule était bien plus importante - était devenue la première d'une longue série de l'ère des "faits alternatifs" (expression inventée par une conseillère de Donald Trump pour démontrer une théorie selon laquelle les médias traditionnels donneraient une version différente pour chaque évènement).

En une journée, le 30 janvier, il multipliait des déclarations laissant les journalistes éberlués. Sean Spicer a ainsi affirmé que la composition de l'équipe du Conseil national de sécurité était la même que celle qui travaillait sous Georges W.Bush. Et cela tout en brandissant deux feuilles prouvant le contraire. Donald Trump avait introduit dans le groupe son "stratégiste en chef", Stephen Bannon, un homme d'affaires américain. Georges W.Bush, lui, n'y avait admis que des ministres et des militaires, comme il est d'usage.

Sur le décret anti-immigration de Trump, le porte-parole de la Maison-Blanche avait répondu à un journaliste qu'il ne fallait pas "prendre en compte l'âge ou le sexe d'une personne pour évaluer sa dangerosité". Ainsi, retenir un enfant iranien de cinq ans pendant plusieurs heures à l'aéroport, est tout à fait justifié. Concernant l'attentat du 29 janvier contre une mosquée au Québec, il a déclaré : "c'était un terrible rappel de la nécessité de rester vigilant" aux frontières. Sauf que... le Canada a annoncé, quelques heures après, l'arrestation d'un étudiant sympathisant de l'extrême-droite, fan de la page Facebook de Donald Trump.

Pour les internautes, les déclarations de Spicer étaient l'occasion de s'adonner à des blagues détournées sur les réseaux sociaux, suivies du hashtag #SeanSpicerSays.

Ce retrait du porte-parole de la Maison-Blanche intervient à l'issue d'une semaine mouvementée pour le président républicain, mécontent de l'enquête menée par le procureur spécial, Robert Mueller, sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine.

Aliénor Vinçotte

Du gazon à la prison, O.J Simpson court vers la libération

L'ancienne star des terrains de football américain, va être relâchée par anticipation, en octobre prochain, a annoncé aujourd'hui la justice américaine. O.J Simpson a passé 9 ans derrière les barreaux, suite à son arrestation pour vol à main armée, commis en 2007.

O.J Simpson, le meilleur athlète de sa génération 

Dec 16, 1973; Flushing, NY, USA; FILE PHOTO; Buffalo Bills running back O.J. Simpson (32) carries the ball against New York Jets defenders Delles Howell (20) and Ralph Baker (51) at Shea Stadium. During this game Simpson broke the single season NFL rushing record with 2003 yards. Mandatory Credit: Tony Tomsic-USA TODAY NETWORK

© Photo : Tony Tomsic-USA TODAY NETWORK

Orenthal James Simpson, plus connu sous le nom de O.J Simpson, est un ancien joueur professionnel de football américain, des années 70. À la fin de son parcours universitaire, le running back est sectionné en première position de la draft 1969 de la Ligue Nationale de Football (NFL) par les Bills de Buffalo. Il signe alors le contrat le plus lucratif pour un joueur de football américain de l'époque.

Au début des années 80, O.J Simpson prend alors sa retraite. Il se réoriente vers le cinéma à Hollywood et s'illustre également en tant que commentateur sportif.

De la pelouse à la prison 

En 2008, l'ex-star est arrêtée pour vol à main armée, agression et enlèvement. En septembre 2007, Simpson s’était rendu avec des complices dans un hôtel-casino de Las Vegas pour voler des souvenirs de sa carrière de joueur. Selon lui, il tentait seulement de récupérer ces objets qui lui avaient été volés par les deux vendeurs agressés. L'athlète a alors été condamné à 33 ans de prison. Mais aujourd'hui, après 9 ans passés derrière les barreaux, la justice a décidé de libérer O.J Simpson plus tôt que prévu. Il pourra rentrer chez lui, en octobre prochain.

"J'ai fait mon temps, a déclaré devant la cour, l'ancien joueur qui souhaite rattraper le temps perdu auprès de ses quatre enfants. Je ne me suis jamais plaint pendant neuf ans. J'ai essayé de me rendre utile (en prison), en épaulant les autres prisonniers."

Un nom entaché par les affaires judiciaires

Le nom de l'ex-star a également été mêlé à une affaire beaucoup plus sanglante. Le 13 juin 1994, les corps de son ex- femme, Nicole Brown - divorcée du sportif depuis deux ans pour violences conjugales - et celui de l'ami de celle-ci, Ronald Goldman, sont découverts sans vie. La première a été étranglée tandis que son ami a été lacéré de trente coups de couteau. En se rendant au domicile d'O.J Simpson, situé dans les beaux quartiers de Los Angeles, les enquêteurs découvrent un gant en cuir tâché de sang dans le jardin du sportif, lui-même absent.

Quelques jours plus tard, le 17 juin, alors que la somptueuse résidence est en état de siège par les journalistes et la police, O.J Simpson décide de ne pas se rendre au commissariat et prend la fuite à bord de la voiture d'un ami. Les forces de sécurité sont à ses trousses, faisant de l'ex-star un fugitif. Celui-ci se laisse finalement interpeller, filmé en direct par les hélicoptères des télévisons.

Finalement, au terme d'un procès de onze mois, O.J Simpson est acquitté du double meurtre, provocant de vives réactions. Beaucoup affirment que sa notoriété et sa richesse lui ont permis d'éviter la case prison.

Yelen BONHOMME-ALLARD

L'interview surréaliste de Trump en quelques extraits

Six mois après l'investiture présidentielle américaine, le New York Times a publié, mercredi, une interview de Donald Trump qui s'est entretenu pendant cinquante minutes avec trois journalistes du célèbre média américain, Peter Baker, Michael S. Schmidt et Maggie Haberman.

C'est bien connu, entre Donald Trump et les médias c'est une histoire de désamour. Alors que le prestigieux journal new-yorkais avait été qualifié de "fake news" par le président américain, ce dernier a quand même accepté de recevoir les journalistes du New York Times dans le Bureau Ovale. Une occasion pour lui d'avoir son heure de vérité, sous la forme d'un long entretien enregistré, puis retranscrit à l'écrit.

Voici quelques extraits qui illustrent une conversation totalement décousue, sans queue ni tête, de la part du locataire de la Maison-Blanche. C'est un Donald Trump dans toute son incohérence qui se révèle ici.

Son "amitié" avec Emmanuel Macron

Donald Trump est revenu sur son voyage en France à l'occasion du 14 juillet. “Il m’a appelé et m’a dit, ‘j’adorerais que vous veniez pour vous rendre hommage en France’, en rapport à la fête du 14 juillet. En plus, c’est le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale. C’est énorme. Et j’ai dit oui", raconte-il. Sauf qu'Emmanuel Macron l'avait invité à assister au traditionnel défilé des Champs-Elysées surtout pour commémorer le 100ème anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis pendant la Première Guerre mondiale en 1917.

Un peu plus loin, il raconte aux journalistes : "Quand Macron m'a demandé de venir, j'ai dit : 'Tu penses que c'est une bonne chose que je vienne à Paris? Je viens de rompre l'Accord de Paris la semaine dernière. Est-ce une bonne idée ?' Il m'a répondu, 'Ils vous adorent en France.' Du coup j'ai dit, 'OK, je ne veux pas te blesser".

Capture d'écran 2017-07-20 11.54.09

Extrait de l'interview du New York Times

C'est un fait, le président américain ne cache pas son enthousiasme à l'égard du nouveau président français, évoquant la fameuse poignée de main. Pour lui, il ne fait aucun doute qu'Emmanuel Macron "adore" lui tenir la main... et il n'hésite pas à le répéter trois fois de suite.

Capture d'écran 2017-07-20 11.49.19

Extrait de l'interview du New York Times (2)

C’est un mec génial. Intelligent. Fort. Il adore me tenir la main. Les gens l’ignorent mais il adore me tenir la main. Ça, c’est bien. […] Vraiment. C’est un mec super. Et c’est un mec coriace, mais bon, il est obligé. Je pense qu’il sera un président formidable pour la France. Mais il adore me tenir la main”, s'enthousiasme-t-il.

A propos du dîner présidentiel à la Tour Eiffel, pour Trump, ce fut la "plus grande célébration dans l'histoire de la Tour Eiffel". "Je veux dire, il y avait des milliers et des milliers de personnes, parce qu'elles ont appris qu'on allaient dîner là",  Et si on lui expliquait le concept du tourisme ?

La petite leçon d'histoire 

Lors de sa visite du tombeau de Napoléon aux Invalides, Macron a donné un petit cours d'histoire à Trump, notamment sur l'héritage laissé par l'empereur à la France. "C'est incroyable ce qu'il a fait. Il a dessiné Paris." C'est en tout cas ce qu'a retenu le président américain de la leçon d'histoire de son homologue français.

Sauf que c'est Napoléon III qui a redessiné Paris au XIXème siècle, et non pas le premier. Confusion ? Mais la petite leçon d'histoire ne s'arrête pas là. Le milliardaire américain récite face aux journalistes ce qu'il a appris, expliquant que Napoléon a trop sous-estimé le climat russe et laissé sa Grande Armée "mourir de froid". Et continue son récit en racontant que "la même chose" est arrivée à Hitler : "La météo a chuté à -35 degrés, et ce fut la fin de cette armée."

Capture d'écran 2017-07-20 15.47.15

Extrait de l'interview du New York Times (3)

L'entrevue secrète avec Vladimir Poutine 

De quoi ont bien pu parler les deux présidents américain et russe lors de leur rencontre à Hambourg à l'issue du G20 le 7 juillet ? Le mystère reste entier. Sur Twitter, Trump avait écrit que les fake news sont de plus en plus malhonnêtes. Même un dîner organisé pour les leaders du G20 en Allemagne devient suspect " afin d'enlever toute idée de soupçons. Mais voilà qu'au New York Times, il affirme qu'il s'agissait juste d'un "échange de politesses" qui n'a duré que 15 minutes.

Capture d'écran 2017-07-20 15.57.58

Extrait de l'interview du New York Times (4)

"Elle était assise à côté de Poutine et quelqu’un d’autre, et c'est comme ça. On était en train de manger et au moment du dessert, je suis juste allé dire bonjour à Melania, et pendant que j’étais là, j’ai dit bonjour à Poutine. Un échange de politesses plus que tout autre chose. Ça n’a pas été une longue conversation, vous savez, peut-être 15 minutes. On a juste parlé – de choses. À vrai dire c’était très intéressant, on a parlé d’adoption", raconte-il au New York Times.

Puis, plus loin dans la conversation, il bafouille quelques réponses "inaudibles", mais nie toute implication financière avec la Russie : "On dit que j'ai gagné de l'argent grâce à la Russie. C'est faux. Ce n'est pas mon truc, je ne fais pas ce genre de choses."

Capture d'écran 2017-07-20 16.08.54

Extrait de l'interview du New York Times (5)

Le renvoi de James Comey, ex-directeur du FBI 

Le locataire de la Maison-Blanche s'est aussi confié sur James Comey, ancien directeur du FBI qu'il a limogé en mai dernier. Ce dernier était en charge de l'enquête sur une possible ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine. Un acte qui a fait la une de tous les journaux, certains faisant le parallèle avec le scandale du Watergate qui a abouti à la démission du président Richard Nixon, dans les années 1970. Le 11 mai dernier, il confiait sur NBC News : "J'allais le virer de toute façon. C'est un fanfaron qui est là pour amuser la galerie." Cette fois-ci, au New York Times, il explique qu'il a agi pour le pays : "Je pense que j'ai fait là quelque chose de bien pour le peuple américain."

Capture d'écran 2017-07-20 16.19.18

Extrait de l'interview du New York Times (6)

Un grand-père gâteux 

C'est sans conteste le moment le plus surréaliste de toute l'entrevue. L'interruption de l'interview par la petite-fille du président, Arabella, 6 ans. Trump ne cache pas sa fierté envers sa petite-fille, cherchant à impressionner les journalistes en lui faisant parler chinois : "Elle est géniale. Elle parle couramment chinois. Elle est vraiment top. […] Elle a même parlé avec le Président Xi. Chérie ? Peux-tu dire quelques mots en chinois ? Je ne sais pas moi un truc comme 'Je t'aime, Grand-père'. Elle est incroyable, hein?" Et de glisser à la fin aux journalistes, "c'est dans les gènes". 

Capture d'écran 2017-07-20 16.31.00

Extrait de l'interview du New York Times (7)

Aliénor Vinçotte

Un robot de surveillance se suicide dans une fontaine

Un robot de sécurité de la marque K5 s'est littéralement jeté dans les eaux d'une fontaine du Washington Harbour, un centre commercial de la capitale américaine, lundi 17 juillet.  

Triste histoire. Un robot K5 aux faux airs de R2-D2 (le robot de Star Wars), développé par la société Knightscope, semble avoir bel et bien décidé de mettre fin à ses jours. Sous le regard surpris des passants, il s'est dirigé vers le bassin du centre commercial, dévalant les quelques marches de la fontaine jusqu'à plonger dans l'eau, où il s'est noyé. Un drame qui a été relayé sur les réseaux sociaux par des témoins de la scène.

L'androïde aurait-il ainsi manifesté des signes de conscience et d'émotion ? Pourtant, créer une intelligence artificielle capable d'avoir une conscience et de ressentir des émotions est un rêve de laboratoire encore impossible.

Ce robot de sécurité, de la forme d'un oeuf d'un mètre et demi, était chargé de seconder les forces de sécurité humaines pour 7 dollars de l'heure (6 euros). Capable de progresser à une vitesse de près de 5km/h, il est équipé d'une combinaison de microphones, de caméras vidéos et d'autres capteurs, qui lui permettent de détecter un élément perturbateur. Dans ce cas, il est censéfaire du bruit pour dissuader les malfaiteurs et alerter ses collègues humains.

"On nous a promis des voitures volantes, à la place on a des robots suicidaires"

Plusieurs témoins du drame se sont empressés de poster des photos de la noyade sur Twitter, indiquant dans une formule ironique qu'il s'agissait d'un acte de suicide.

"Le bâtiment de nos bureaux s'est offert un robot de sécurité. Il s'est tué par noyade. On nous a promis des voitures volantes, à la place on a des robots suicidaires", a commenté cet internaute, retweeté plus de 130 000 fois.

"C'est ok, robot de sécurité. C'est un métier stressant, nous sommes tous passés par là", a réagi pour sa part, un autre utilisateur.

Ce n'est pas la première fois que le modèle K5 fait parler de lui. En 2016, à Palo Alto en Californie, un autre de ces robots de plus de 130 kg avait roulé sur un enfant de 16 mois, lui causant de légères blessures.

L'entreprise Knightscope a répondu en plaisantant, aux tweets moqueurs sur son "robot suicidaire" : "Robot de sécurité, oui. Robot sous-marin, non. Compris. - K5". Puis, la compagnie a publié un tweet illustrant le robot, muni d'une bouée, avec cette phrase : "Je voulais juste profiter de l'été."  Puis, en commentaire : "ALERTE INFO : J'ai appris que les humains pouvaient faire trempette dans l'eau avec cette chaleur, mais pas les robots. Je suis désolé", a dit K5 dans une déclaration officielle." 

Le directeur de l'entreprise, William Santana Li, a, quant à lui, déclaré qu'un nouveau robot serait délivré dans les jours à venir et qu'une enquête était en cours pour expliquer les raisons de cet erreur de parcours, probablement due à un bug informatique ou une surchauffe des circuits. Les raisons techniques de cet incident n'ont pas encore été déterminées.

Hommage sur les réseaux sociaux 

Depuis ce matin, des hommages en l'honneur de Steve, le petit robot blanc, se sont multipliés. Un mini mémorial a même été dressé par des anonymes sur le lieu du drame. Fleurs, bougies, lettres et même batteries, ont été déposées. Sur l'une des notes, on peut lire : "A la mémoire de ce robot de sécurité... mais plus important, notre ami." 

Ce suicide est-il le premier d'une longue série? Seul l'avenir nous le dira. La révolte des robots est peut-être déjà en marche.

Aliénor Vinçotte

Les diners, la fin d’une tradition à New-York

Nous avons emmenons cette semaine au coeur de New-York, la ville qui ne dort jamais. Face à la rénovation urbaine et aux changements alimentaires, la tradition des diners se perd, au grand dam des touristes. 

Le Stardust, situé au coeur du quartier de Times Square, est le deuxième restaurant le plus fréquenté de la "grosse pomme". Les curieux s'y pressent tous les jours pour le déjeuner ou le diner. La file d'attente, de plusieurs heures parfois, est loin de décourager les plus téméraires. À l'intérieur, entre le ballet des plats, les serveurs assurent le divertissement des clients. Chants, danse et lancer de confettis pour le final forgent la réputation du lieu. Une chose est certaine : on y vient plus pour le spectacle, que pour les conversations en tête à tête.

Mais tous les diners ne se targuent pas d'une telle notoriété. Le Square Diner, par exemple, est plus authentique. La tradition familiale prime. Le propriétaire a quitté la Grèce il y a 50 ans, "comme un simple immigré", précise son fils. À la plonge, puis derrière les fourneaux, le responsable a gravi les échelons avant de racheter l'affaire et le terrain à son ancien patron. Depuis rien a changé, et c'est justement ce look rétro que les touristes apprécient.

Grâce à leur image vintage, les diners sont régulièrement les décors de nombreux films et séries américains. Les cinéphiles se souviendront de Happy Days dans les années 70 et 80, ou Goodfellas (Les Apprentis en français). Auparavant, ces restaurants étaient fréquentés par la classe ouvrière mais les changements alimentaires actuels ont eu raison de ces établissements. Leur nombre a considérablement baissé, à tel point que les diners se font rares dans le paysage américain, notamment dans les mégapoles.

Reportage de Jacques Cardoze, Laurent Desbois et Andréane Williams