Cesare Battisti, ancien militant d'extrême gauche, arrêté à la frontière bolivienne

L'écrivain et ancien militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti a été placé en détention provisoire par un juge brésilien. Il avait été interpellé mercredi dans la ville brésilienne de Corumba, à la frontière bolivienne.

A 62 ans, il pourrait être transféré dans une autre prison du pays à partir de vendredi. "Aujourd'hui nous travaillons avec l'ambassadeur italien au Brésil pour ramener Battisti en Italie et le remettre à la justice. Nous continuons à travailler avec les autorités brésiliennes", a déclaré jeudi le ministre italien des Affaires étrangères Angelino Alfano.

Condamné à la prison à perpétuité par la justice italienne pour des meurtres commis dans les années 70, M. Battisti, 62 ans, aurait tenté de traverser la frontière mercredi avec une forte somme d'argent en espèces, et peut-être de la cocaïne.
"Les autorités brésiliennes pensent qu'il tentait de se réfugier en Bolivie", poursuit le quotidien, affirmant qu'il avait été interpellé en possession de 5.000 dollars et 2.000 euros.

Renzi : "nous demandons la justice"

Les gouvernements de Renzi et Gentiloni avaient multiplié leurs appels à l’extradition de Battisti ces derniers mois. Hier, l’ex premier ministre italien Matteo Renzi a écrit dans un tweet « les autorités brésiliennes doivent restituer Cesare Battisti à l’Italie, tout de suite. Nous demandons la justice ».

Il clame toujours son innocence

Cesare Battisti est réclamé par l'Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970 - les années de "plomb" du terrorisme -, crimes dont il se dit innocent.
De 1990 à 2004, il vit en France, où il séjourne librement, devient gardien d'immeuble et publie plusieurs romans policiers. Il quitte la France en 2004 devant la perspective d'une extradition vers l'Italie. Il a vécu dans la clandestinité de 2004 à 2007, date de son arrestation à Rio de Janeiro.
Deux ans plus tard, la Cour suprême brésilienne avait autorisé son extradition mais laissé la décision finale au président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

Nouvelle demande d’extradition de l’Italie

Au dernier jour de son mandat le 31 décembre 2010, le président brésilien avait refusé d'extrader Battisti vers l'Italie, déclenchant la colère de Rome.
Incarcéré pendant quatre ans près de Brasilia, il avait été libéré le 9 juin 2011.
Selon la presse brésilienne, le gouvernement italien a émis une nouvelle demande d'extradition la semaine dernière, ce qui aurait pu motiver sa tentative de fuite vers la Bolivie. Le pays "travaille depuis longtemps à son extradition qui reste notre principal objectif", a répété la semaine dernière le ministre italien de la justice.
Une "surprise", pour l'avocat de Battisti. "Pour nous, quoi qu'il en soit, parler d'extradition n'a pas de sens. Le cas est prescrit depuis 2009, le délai pour une révision est passé".

Le 22 juin 2011, le Conseil national de l'immigration lui avait accordé un permis de résidence permanente au Brésil, où l'ancien militant a refait sa vie, devenant auteur de romans policiers et se mariant avec une Brésilienne en 2015.

(avec AFP)

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article