L'Italie aujourd'hui : En Italie, Google et les autres géants du web devront payer

En Italie, Google et les autres géants du web devront payer, La corruption : le combat du pape François, Bus à Rome : plus personne ne paye son ticket !

En Italie, Google et les autres géants du web devront payer  

C’est une petite révolution que vient d’initier l’Italie par rapport aux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Google vient en effet de reconnaître que sa filiale italienne est bien un « établissement stable ». Conséquence : l’Italie pourra appliquer l’impôt sur les sociétés aux revenus 2016 de Google et pour toutes les années à venir.

Cette décision s’ajoute à l’accord trouvé le 5 mai dernier entre l’Etat italien et Google. Afin de compenser les pertes du fisc pour les années de 2009 à 2015, le moteur de recherche s’est engagé à verser 306 millions d’euros de taxes.Ces nouvelles mesures pourraient mettre un frein au processus d’optimisation fiscale de Google. Jusqu’à présent, la filiale irlandaise de Google facture les services de la multinationale aux annonceurs établis en Europe. Le bénéfice de l’activité de l’entreprise dans chacun des pays européens se concentre donc dans cette entité basée en Irlande.

Si à l’instar de l’Italie, la France arrive à faire reconnaître par Google la notion « d’établissement stable », alors elle pourrait recouvrer plusieurs milliards d’euros d’impôts.Google n’est qu’un exemple parmi d’autres. L’Etat italien a déjà obtenu un accord similaire avec Apple. Il s’attaque désormais à la plateforme de location de logements Airbnb.

La corruption : le combat du pape François  

Le livre "Corrosion", sorti aujourd’hui, et écrit par un cardinal ghanéen et un philosophe italien, secoue le Vatican.Cet ouvrage, que le Pape a décidé de préfacer, dénonce la corruption qui sévit partout : dans la société, la politique et même dans l’Eglise catholique.Le pape François lance un appel : « Nous devons nous unir pour combattre cette chimère, ce cancer qui ronge nos vies. Même l'Eglise ne doit pas avoir peur de se purifier elle-même ».

Ce n’est pas la première fois que le pape dénonce la corruption dans l’église. Depuis son arrivée au Vatican il en a fait un combat personnel.

Bus à Rome : plus personne ne paye son ticket !

autobus-atac

Ces 4 derniers mois, 600 000 tickets de moins ont été vendus pour emprunter les bus et métro de la capitale. Pour l’entreprise gestionnaire du réseau (ATAC), cette fraude représente un manque à gagner de 900 000 euros par rapport à la même période en 2016.

Les Romains ne veulent plus payer ces 1,50 euros de ticket ou leur abonnement annuel à 35 euros. Les bus souvent vétustes, ne passent pas, ou ne fonctionnent plus. S’ajoutent également des pannes à répétitions et l’absence de « craintes » de contrôles à bord. Les habitants de la capitale se tournent vers d'autres moyens de transports plus sûrs et peu coûteux comme les voitures et les deux roues en autopartage. Les Romains se demandent finalement si ce ne sont pas les touristes qui sont les seuls à payer leurs tickets de bus !

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article