Réchauffement climatique : les vins anglais veulent concurrencer le Champagne

Vignoble Chardonnay. Crédits : JLPC / Wikimedia Commons

Les vignobles de Grande-Bretagne ont le vent en poupe. Avec la hausse généralisée des températures, le sud-est de l'Angleterre affiche désormais des conditions climatiques similaires à la région Champagne d'il y a une trentaine d'années. De nouvelles exploitations ouvrent en permanence et le secteur accroît rapidement sa productivité et son savoir-faire.

"On ne peut pas faire confiance à des gens qui ont une cuisine aussi mauvaise…" : la petite phrase est de l'ancien président Jacques Chirac et les français manquent rarement une occasion de conspuer les goûts culinaires de leurs voisins britanniques. Et pourtant, d'ici quelques années, votre dinde de Noël pourrait bien s'arroser d'un petit verre de Côtes de Tamise ou de Gros Plant gallois… Si ces appellations ne sont pas encore une réalité, les vins d'Outre-Manche connaissent une croissance exceptionnelle.
A l'heure actuelle, le royaume de Sa Majesté compte plus de 500 vignobles, avec près de 38 000 hectolitres produits en 2016. Les 45 millions d'hectolitres français sont encore loin, mais la tendance est réelle : l'industrie a connu une croissance de 135% en dix ans et aspire même à doubler sa production sur la période allant de 2015 à 2020.

L'ambition affichée des vignerons : que les restaurants proposent des bouteilles de Sussex aux côtés des grands noms du Champagne d'ici 20 ans. L'idée peut faire sourire, mais la maîtrise anglaise surprend déjà les spécialistes et commence à remporter des prix. En mai dernier, le domaine Winbirri Vineyards (Norfolk) s'est même vu attribuer le titre de meilleur vin blanc issu d'une seule variété par les très sérieux Decanter World Wine Awards. Il a su séduire un panel de 200 juges et se démarquer dans sa catégorie, au milieu de 17 200 compétiteurs venus des quatre coins du globe.

Bien que la nouvelle puisse réjouir au Royaume-Uni, cinquième plus gros consommateur de vin au monde, le réchauffement climatique en est tristement l'une des raisons indéniables : depuis 2002, le pays a connu huit de ses années les plus chaudes en cent ans… Pour autant, la qualité des techniques et le terroir local n'y sont pas non plus pour rien. Les sols crayeux du Sussex et du Hampshire sont particulièrement fertiles et favorables au chardonnay, cépage essentiel aux vins blancs et effervescents dont les britanniques sont très friands.

Si les tables françaises ne sont pas encore forcément prêtes à bousculer leurs habitudes, il faudra s'attendre à réentendre parler de cette petite révolution dans le futur.

Maxence Peigné, avec Loïc de La Mornais

A lire aussi

  • enfaitpourquoi

    Prions le ciel, Dieu, Allah, le Grand Mongol, la Mère Nature, ... que le Gulf Stream ne s'arrête pas... sinon que ce soit en Champagne ou dans la fière Albion, ce n'est pas du vin qu'on pourra produire... mais du thé glacé!

  • Pascal Tersiquel

    Oui, qu'ils en profitent, puisque nous sommes dans une période interglaçiaire!