Elections: et si Schulz s’était trompé de campagne ? [revue de presse 23/08]

Martin Schulz et le SPD se sont lancés dans la campagne avec un thème majeur: plus de justice sociale. Mais cela ne semble pas, à ce stade, convaincre les électeurs, le parti de centre-gauche étant toujours largement distancé par la CDU d’Angela Merkel, près de 15 points en moyenne dans les sondages. Mais pourquoi ce thème ne prend-il pas dans l’opinion, alors que les problèmes de précarité dans la société allemande sont bien réels ? Dans le Tagesspiegel ce matin, un sondage vient apporter un élément d’explication. Seul un quart des sondés considère ce thème de la justice sociale comme le thème numéro un de la campagne. Ils sont beaucoup plus nombreux à considérer la question des retraites (74%) ou la lutte contre le terrorisme et les cambriolages (72%) comme des priorités. Le Tagesspeigel souligne aussi un paradoxe dans l’opinion: alors que près des trois quarts personnes interrogées considèrent que l’Allemagne a un problème de justice sociale, ils sont dans le même temps 60% (et 60% des sympathisants du SPD) à penser que l’Allemagne reste, malgré tout, un « pays juste ». Un politologue explique dans les colonnes du quotidien: « le SPD a choisi un thème, la justice sociale, qui provoque de la gêne chez les Allemands. On peut alors se demander si avec cela il peut prendre des voix à d’autres partis ou mobiliser les indécis ».

Turbulences dans le ciel allemand, le sort d’Air Berlin en suspens

La deuxième compagnie allemande a été déclarée en faillite le 15 août dernier, et depuis ce matin 9 heures le comité des créanciers se réunit pour étudier comment les actifs de l’entreprise vont pouvoir être vendus. Un favori se dégage pour la reprise d’une partie des liaisons, des appareils et des 8500 employés: la compagnie nationale Lufthansa, jusqu’ici principal concurrent d’Air Berlin via sa filiale low cost Eurowings. Mais d’autres acteurs se sont aussi positionnés, notamment la compagnie à bas-coûts EasyJet, qui « devrait reprendre au moins une partie de Air Berlin », affirme ce matin la Bild. Tout cela sera surveillé de très près par le gouvernement qui veut absolument éviter un scénario noir avant les élections fédérales: un crash très rapide, faute de repreneur, de la compagnie et des dizaines de milliers de vacanciers allemands ne pouvant rentrer de vacances. C’est pour cette raison que Berlin a consenti un prêt d’urgence de 150 millions à Air Berlin, et que les salaires de 6500 employés de la compagnie sont pris en charge pour les trois prochains mois par l’Agence pour l’emploi. Coût estimé selon la Bild: 70 millions d’euros.

Foot: Dortmund va-t-il perdre son joyau français ? 

Cela fait des jours que le feuilleton agite le marché des transferts en Allemagne: l’intérêt du FC Barcelone pour le joueur français du Borussia Dortmund, Ousmane Dembélé, est toujours aussi grand. C’est la priorité numéro un dans le recrutement des Catalans, surtout après le départ de leur star Neymar au PSG. Mais le club allemand est dur en négociations, et demande 150 millions d’euros, plus les primes, pour son attaquant. La Bild croit savoir que des émissaires du Barça se sont rendus à Dortmund pour une mission, et une proposition, de la dernière chance. Le temps presse, le marché des transferts sera fermé le 31 août….

Bonne journée !

Toute l'équipe du bureau de Berlin.

A lire aussi

  • enfaitpourquoi

    très très intéressant de lire ce que sont les préoccupations premières des Allemands; il y a aussi certainement un fond de: "tout a été de mieux en mieux énonomiquement depuis quelques décennies; les plus défavorisés seront donc de moins en moins nombreux, alors continuons cette politique."