Merkel/Trump: la rencontre capitale [Revue de presse 17/03]

Guten Morgen !

Il avait qualifié sa politique d’accueil des réfugiés « d’erreur catastrophique », avant d’expliquer en janvier: « je la respecte, je l’aime bien mais je ne la connais pas ». Elle avait, au lendemain de l’élection du président américain, rappelé l’importance des valeurs démocratiques et du libre-échange. Entre Donald Trump et Angela Merkel, il y a un monde. Deux personnalités diamétralement opposées, qui vont apprendre à se connaître lors de cette première rencontre aujourd’hui à la Maison Blanche (18h20 heure de Paris). Les thèmes de la rencontre ne sont pas encore précisés mais ils devraient se focaliser sur les échanges bilatéraux entre l’Allemagne et les Etats-Unis, et notamment la question du protectionnisme. Pour le Tagespiegel, le nouveau président reste un « mystère ». Le ministre des Finances, Wolfgang Schaüble espère que les Etats-Unis vont garder leur « important et irremplaçable rôle qu’ils jouent dans l’organisation et la direction du monde ». La Bild n’hésite pas à donner quelques conseils à Donald Trump pour cette rencontre : « ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. Si vous ne comprenez pas quelque chose, vous pouvez lui demander ». Car la chancelière, affirme le quotidien, serait incollable sur tous les sujets : environnement, Europe, les sanctions russes, la guerre en Syrie…  

Visite significative d’Emmanuelle Macron à Berlin

Une visite pour se forger une stature internationale. Emmanuel Macron a rencontré hier Angela Merkel à Berlin, et la FAZ souligne ce matin l’importance de ce geste: « normalement, Angela Merkel aurait accordé le privilège d’une audience à un candidat à la présidentielle de sa famille politique. Mais ce ne sont pas des temps normaux, et face à la situation du candidat François Fillion, Angela Merkel ne prend pas de risques. Elle pense clairement que Macron est le seul candidat capable de bloquer Marine Le Pen à l’Elysée. Les dégâts potentiels d’une victoire de Marine Le Pen seront perçu de manière très forte en Allemagne, presque autant qu’en France. Le fait que Macron soit connu du gouvernement fédéral en tant que réformateur économique est presque de seconde importance. ». Le Tagespiegel n’hésite pas à comparer Macron à Mark Rutte, récent vainqueur de la droite face à l‘extrême droite hollandaise. Le candidat hollandais représentant, comme Emmanuel Macron, le contre-pouvoir de l’extrême-droite et la volonté de renforcer l’Europe.

L’Allemagne, meilleur pays au monde pour étudier

C’est du moins ce que dit le palmarès Study.eu dans sa première édition. L’Allemagne est sur la première marche du podium avec une note de 83,2 sur 100, loin devant le Royaume-Uni (69,8), les Pays-Bas (66,1) et la France (63,8). Pour arriver à ce classement, trois critères ont été retenus: l’éducation (présence d’universités de renommée mondiale, nombre de programmes en anglais), les coûts (frais d’inscription et coûts de la vie), et la « vie et carrière ». L’Allemagne arrive en tête dans la première catégorie, et réalise de bons scores dans les autres. Bref, une bonne moyenne générale, et une première place qui devrait convaincre nombre d’étudiants qui cherchent à partir à l’étranger avec Erasmus.

Bonne journée !

Toute l'équipe du bureau de Berlin.

Publié par Amaury Guibert / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article