De la difficulté de vieillir quand on est une actrice

Helen Hunt dans "The Sessions", un des rares films à représenter la sexualité d'une "femme mûre" au cinéma.

Il y a trois mois, je suis tombée sur une infographie pas banale, repérée par le site Le Tag parfait : une collecte de données sur les actrices et acteurs pornos depuis les années 1970. Sexe, couleur de peau, de cheveux, prénoms, etc. Tout y était. Mais pourquoi s'arrêter au porno ? J'ai eu envie de savoir à quoi ressemblaient les héros et héroïnes des films d'aujourd'hui, hors cinéma X. Voici le résultat de mon enquête, qui m'a pris environ trois semaines de travail. J'espère que vous l'apprécierez.

Une des principales conclusions de cet exercice de "data journalisme", c'est qu'il est particulièrement difficile pour les actrices de prolonger leur carrière au-delà de 40 ans, surtout aux Etats-Unis où la moitié des interprètes féminines de premier plan ont moins de 34 ans (!). Pour l'historienne du cinéma Geneviève Sellier, auteure de La Drôle de Guerre des sexes du cinéma français, cette inégalité/injustice/état de fait n'est pas une fatalité, mais révèle au contraire à quel point les normes masculines sont entretenues au cinéma, y compris par les femmes.

A tel point, me semble-t-il, que nous ne prêtons plus vraiment attention aux différences d'âge entre hommes et femmes à l'écran, ni à l'écart d'âge qui existe parfois entre les actrices et leurs personnages. Pourtant, certaines situations pourraient paraître sinon aberrantes, du moins surprenantes. Voici quelques exemples qui illustrent la collecte de données que j'ai effectuée.

Une mère plus jeune que son fils

S'il existe un jeunisme au cinéma, notamment pour les femmes, il ne date pas d'aujourd'hui. Ainsi, en 1948, pour interpréter Gertrude dans son adaptation d'Hamlet, Laurence Olivier a choisi une actrice plus jeune que lui : Eileen Herlie, née en 1918. Gertrude aurait donc accouché onze ans après la naissance de son fils !

hamlet (1948) uk

"20 ans d'écart", vraiment ?

Une comédie remarquée cette année brode sur le thème des "Milfs" (Mother I'd like to fuck), ces mères de famille jugées encore dignes d'être troussées. Sauf que Virginie Efira et Pierre Niney n'ont, en réalité, pas vingt ans d'écart mais douze ans seulement, soit l'âge qui sépare Mila Kunis et Mark Wahlberg dans Ted (sans que cela ne choque personne). Rien à voir avec Perfect Mothers, où Naomi Watts et son petit mignon James Frecheville ont une vraie génération d'écart (vingt-trois ans).

photo-20-ans-d-ecart-2012-6

Des amantes ultra jeunes

Début avril, le site Vulture.com (en anglais) a publié une série de graphiques sur l'âge des acteurs et de leurs partenaires féminines. Denzel Washington, Harrison Ford, Johnny Depp, Tom Cruise, George Clooney, Richard Gere, Steve Carell, Brad Pitt, Liam Neeson, Tom Hanks : à chaque fois, les courbes bleues et roses s'éloignent à mesure que les années passent. La palme revient à Liam Neeson, qui n'a pas moins de trente-deux ans d'écart avec Olivia Wilde dans The Third Person.

ROME: Olivia Wilde and Liam Neeson on movie set

Nina Simone, cette pimpante mannequin

Vous saviez que Nina Simone était svelte comme Naomi Campbell ? Moi non plus. Pour incarner la chanteuse de jazz dans le biopic Nina, pas encore sorti au cinéma, Cynthia Mort n'a pas trouvé mieux que Zoe Saldana, la Navi bleue d'Avatar, âgée de 34 ans. Son choix a provoqué un tollé aux Etats-Unis car l'actrice est jugée trop claire de peau pour interpréter Nina Simone. Au-delà de cette polémique, il confirme que les biopics préfèrent mettre l'accent sur la jeunesse des personnages. Les techniques sophistiquées de vieillissement n'aident pas les actrices "mûres" à obtenir ces rôles. Même Meryl Streep, dans La Dame de fer, a au moins dix ans de moins que Margaret Thatcher dans la vraie vie.

 FFN_Saldana_Zoe_COQ_EXCL_102612_50927841

Le tabou de la chirurgie esthétique

Chez certaines actrices, la difficulté de vieillir passe presque pour du déni. Le recours à la chirurgie esthétique ou aux techniques pour rajeunir, s'il n'est presque jamais évoqué frontalement, paraît néanmoins évident. Ainsi, on a aperçu Isabelle Adjani (57 ans) fraîche comme une trentenaire dans David et Madame Hansen. Un autre exemple récent est celui de Nicole Kidman. A 45 ans, l'Australienne s'est battue pour interpréter Grace Kelly dans le biopic d'Olivier Dahan. Or, en 1962, année sur laquelle se concentre le film, Grace de Monaco n'avait que 33 ans. Magie du cinéma ?

Grace-de-Monaco-Nicole-Kidman-Grace-Kelly-1

Publié par Ariane Nicolas / Catégories : Actu

A lire aussi

  • lyseam

    Oui.
    C'est bien de s'en rendre compte et de le dire.
    Ce serait encore mieux de se positionner davantage, non ?
    Pourquoi ne pas rendre au niveau des médias (enfin de ceux qui le veulent) inconfortable ce problème de l'image et du jeunisme mâtiné de sexisme, pour tous ceux hommes et femmes qui s'y plient ?
    Que ça existe depuis toujours et partout (comme l'esclavagisme ) n'est bien sûr pas un argument.

    Il faut faire changer les mentalités car avec ce siècle d'image et de flux soi-disant informatif plus important que jamais, les dérives deviennent ou deviendront dramatiques.

  • Ariane Nicolas

    Le travail que j'ai effectué n'a pas pour but de "dénoncer" à l'aveuglette, je voulais simplement voir, chiffres à l'appui, ce qu'il en était de la diversité du cinéma au sens large. Je remarque que Najat Vallaud Belkacem, ministre des droits des Femmes, a demandé un "diagnostic chiffré" sur la présence des femmes dans l'industrie cinématographique (pas seulement à l'écran, donc). Qui sait ce qu'il en ressortira...

    http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2013/05/21/femmes-dans-le-cinema-pour-un-autre-regard/

  • maxicougar

    J'ai envie de dire : vive les films cougars qui sont un must pour les actrices de plus de 40 ans ;)!